Alexandre Zgouridi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre Zgouridi
Naissance
Saratov
Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Nationalité Drapeau de la Russie russe →
Drapeau de l'URSS soviétique →
Drapeau de la Russie russe
Décès (à 94 ans)
Moscou
Drapeau de la Russie Russie
Profession Réalisateur et scénariste

Alexandre Mikhaïlovich Zgouridi (en russe : Александр Михайлович Згуриди) est un réalisateur et un scénariste soviétique, né le à Saratov, dans l'Empire russe, et décédé le à Moscou, en Russie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'une famille d'origine grecque, il perdit ses parents très jeune et dut faire quantité de «petites boulots» pour survivre. Passionné par la peinture, la musique, le droit, la technique cinématographique et le sport, il suivit des études de droit à l'université de Saratov. Lorsqu'il fut titulaire de son diplôme il exerça le métier d'avocat. Vers 1930, il rencontra un ami d'enfance sur un stade qui lui permit de rentrer dans un laboratoire de films scientifiques puis de le diriger à l'institut de microbiologie et d'épidémiologie de sa ville natale. Ceci explique sans doute que son premier court-métrage documentaire, en 1931, soit consacré aux strongles, (on trouve aussi stongles sur des sites ?), vers parasites chez les chevaux peu connus des profanes.

En 1932, il continua de tourner au studio central de vulgarisation scientifique et de films éducatifs à Moscou de brèves bandes sur la biologie marine ou sur la vie des oiseaux, de leur naissance jusqu'à ce que les poussins deviennent autonomes, le long du cours inférieur de la Volga. La documentation obtenue servit à monter deux films : Sentinelle ailée et Sur la Volga en 1936.

Ses premiers longs métrages furent Au fond des mers, en 1938, le premier de cette durée sur la nature, et La Force de la vie en 1941. Avant 1965 il a surtout tourné des documentaires comme celui sur les castors en 1949 où ces jeunes animaux ont été filmés dans leur hutte grâce à l'installation d'une paroi en verre. D'autres entraînèrent le réalisateur et les spectateurs autour du monde: au Pôle Nord pour Au cœur de l'Arctique en 1953, en Polynésie pour Dans l'Océan Pacifique en 1957, en Chine pour Sur la piste de la jungle en 1959, sur des chantiers de fouilles en Sibérie pour Chers ancêtres en 1962, dans les mers du Sud pour L'île merveilleuse en 1966, dans la toundra pour La symphonie de la forêt en 1967.

Ensuite il réalisa des fictions. Après avoir adapté Jack London avec Croc-Blanc en 1946, il adapta son «pendant canadien», James Oliver Curwood, avec En pleine nature, où coulent les rivières en 1987. À partir de 1947, il enseigna au VGIK et en devint le directeur administratif et un professeur en 1966, département des sciences populaires, à Moscou, où il eut, entre autres élèves, Alexandre Sokourov et Rabah Bouberras. En 1960, à Mosnauchfilm, plus tard Tsentrnauchfilm, il devint directeur de «Orbit» une association créative de films de vulgarisation scientifique à Moscou dont il resta, de 1968 à 1975, le directeur et le responsable du programme de télévision Dans le monde animal.

De 1958 à 1962 il fut vice-président et président de l'Association internationale du cinéma scientifique, son président à partir de 1971 et de 1958 à 1965 il assura la fonction de vice-président du comité d'organisation de l'union des travailleurs de la cinématographie soviétique.

Il est enterré dans le cimetière de Novodevitchi à Moscou.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Autres écrits[modifier | modifier le code]

  • 1961 : Dans le monde des animaux.
  • 1962 : Sur la piste de la jungle.
  • 1968 : Pages autobiographiques.
  • 1976 : Au pays des glaces éternelles.
  • 1983 : La Vie de la science.

Distinctions[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]