Alexandre Oparine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandre Oparine
Aleksandr Oparin and Andrei Kursanov in enzymology laboratory 1938b.jpg
Alexandre Oparine (à droite) et Andreï Koursanov en 1938
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Faculté de physique et de mathématiques de Moscou (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Religion
Membre de
Distinctions

Alexandre Ivanovitch Oparine (en russe : Александр Иванович Опарин ; ISO 9 : Aleksandr Ivanovič Oparin), né le à Ouglitch et mort le à Moscou, est un biochimiste soviétique, auteur d'une théorie pionnière de l'origine de la vie basée sur l'existence d'une chimie organique prébiotique (théorie qui a précédé celle de la soupe primitive)[1].

Travaux de recherche[modifier | modifier le code]

Vers 1920, il élabore l'hypothèse qu'il y a eu dans l'atmosphère de la terre primitive (peut-être bien avant l'apparition de la vie) une synthèse prébiotique de biomonomères du vivant (acides aminés, bases azotées des acides nucléiques, sucres, acides gras) à partir des éléments présent dans l'atmosphère de cette époque, susceptibles de former des coacervats. Ces coacervats sont des sortes de gouttelettes capables de passivement grandir et bourgeonner dans un milieu contenant les biomonomères et éléments qui leur sont "nécessaires". Ils présentent une partie des caractéristiques des futures cellules vivantes.

Cette hypothèse est publié en 1924 à Moscou (« Proiskhozhdenie zhizni » ou « L'Origine de la vie »). Elle marque une étape importante dans la compréhension de l'apparition de la vie sur Terre (ou potentiellement ailleurs).
Sa théorie a été reprise ensuite par d'autres qui ont supposé qu'une partie de ces molécules ont pu être protégées de leur destruction par les UV solaires (dans l'eau), en formant la « soupe prébiotique » d'où auraient pu émerger (en divers lieux et à divers moments) des protocellules (Expérience de Miller-Urey) dont certaines auraient ensuite acquis la possibilité de se diviser en léguant à ces cellules-filles tout ou une partie de leur patrimoine génétique ;
À la fin des années 1940, John Desmond Bernal introduit une autre théorie, qui peut coexister avec la précédente) supposant que la vie a aussi pu apparaitre au fond des océans ou sur des argiles.

Autres recherches : Elles ont porté sur les bases biochimiques de la transformation des matières premières végétales et les réactions enzymatiques dans les cellules de plantes. Il a démontré que beaucoup de processus agroalimentaires dépendent de la biocatalyse et a été le pionnier de la biochimie industrielle en URSS.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tirard, S. (2000). Les origines de la vie: un problème, des disciplines. Aster, 2000, 30" Rencontres entre les disciplines".

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]