Alexandre Minkowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alexandre Minkowski
Image dans Infobox.
Alexandre Minkowski
Fonction
Conseiller régional d'Île-de-France
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Mère
Françoise Minkowska (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Distinction

Le professeur Alexandre Minkowski, né le à Paris et mort le à Paris (hôpital des Invalides), est un pédiatre français et l'un des fondateurs de la néonatalogie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Minkowski est le fils d'un père et d'une mère psychiatres d'origine juive polonaise, Eugène Minkowski et Françoise Minkowska[1]. Il se marie avec Anne Wade, qui est d'origine américaine et fille d'une violoniste. Il est le père du chef d'orchestre Marc Minkowski, dont il soutient la vocation. Il est également le grand-père de Julia Minkowski, pénaliste inscrite au barreau de Paris et épouse de Benjamin Griveaux[2].

Il est étudiant à la Faculté de médecine de Paris avec Gabriel Richet, Jean Dausset et Marcel Bessis.

Il est membre du conseil régional d'Île-de-France et du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence, notamment des années 1980-90, chargé de mission par Bernard Kouchner au secrétariat d'État de l'action humanitaire, puis militant du mouvement Génération Écologie de Brice Lalonde[3].

Il est l'auteur de plusieurs essais dont un paru en 1975 aux éditions du Seuil, intitulé Le mandarin aux pieds nus. Ce livre est un ensemble d'entretiens avec Jean Lacouture.

Il décède sans avoir terminé son dernier livre "Les Déesses oubliées" en collaboration avec l'écrivain Sébastien Ripari qui devait paraître aux éditions Acte Sud.[réf. nécessaire]

Sympathisant avec des membres de la communauté bénédictine du Bec-Hellouin dans l'Eure, il est inhumé dans le cimetière de la commune.

Publications[modifier | modifier le code]

1975 : Le mandarin aux pieds nus. Edition SEUIL.

1976 : Pour un nouveau-né sans risque. Edition STOCK.

Décoration[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jeannine Pilliard-Minkowski, Eugène Minkowski, 1885-1972 et Françoise Minkowska, 1882-1950 : éclats de mémoire, Paris, L'Harmattan,
  2. Closermag.fr, « Qui est Julia Minkowski, la femme de Benjamin Griveaux ? », Closermag.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. La galaxie Minkowski, le Figaro, le 2 juin 2011, p. 24