Alexandre Minkowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité politique image illustrant français
image illustrant un médecin image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant une personnalité politique française et un médecin français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Minkowski.
Alexandre Minkowski
Defaut 2.svg
Fonction
Conseiller régional
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Le professeur Alexandre Minkowski, né le à Paris et mort le à Paris (hôpital des Invalides), est un pédiatre français et l'un des fondateurs de la néonatalogie.

Il est le fils d'un père et d'une mère psychiatres, Eugène Minkowski et Françoise Minkowska. Il se marie avec Anne Wade, d'origine américaine et fille d'une violoniste. Il est le père du chef d'orchestre Marc Minkowski dont il encourage les rêves de musicien.

Il est membre du conseil régional d'Île-de-France et du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence, notamment des années 1980-90, chargé de mission par Bernard Kouchner au secrétariat d'État de l'action humanitaire, puis militant du mouvement Génération Écologie de Brice Lalonde[1].

Il est l'auteur d'un essai, paru en 1975 aux éditions du Seuil, intitulé Le mandarin aux pieds nus. Ce livre est un ensemble d'entretiens avec Jean Lacouture.

Il est connu notamment pour avoir dit du système d'éducation français, que c'était une remarquable machine à fabriquer des crétins[2].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

engagé volontaire dans le 19e bataillon de chasseurs portés sous le commandement du lieutenant-colonel Albert Moillard, ayant pour adjoint le médecin sous-lieutenant Robert de Monvallon (gendre du lieutenant-colonel), et P. Moillard (fils du général).

Références[modifier | modifier le code]

  1. La galaxie Minkowski, le Figaro, le 2 juin 2011, p. 24
  2. Un juif pas très catholique, 1980