Alexandre Loupy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandre Loupy
Naissance
Saint-Denis de la Réunion (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Domaines Néphrologie, Transplantation, Epidémiologie, Biostatistique, Recherche translationnelle, Médecine translationnelle, Transplantation d'organe
Institutions Hôpital Necker
Institut national de la santé et de la recherche médicale
Banff Foundation for Allograft Pathology
Diplôme Université Pierre-et-Marie-Curie (2011)
Université Paris-Descartes (2014)
Distinctions Prix de l'Académie nationale de médecine (2018),
AST Clinical Science Investigator Award (2017)


Alexandre Loupy (né le à Saint-Denis de la Réunion) est un néphrologue français. Il est surtout connu pour l’élaboration d’une approche populationnelle de la transplantation à l'aide de nouveaux outils méthodologiques utilisés pour la stratification des risques[1]. En 2018, il est lauréat du Prix de l'Académie nationale de médecine[2] et Vanity Fair France le place dans la liste des 50 Français les plus influents du monde cette année-là[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Loupy est né à Saint-Denis de la Réunion le 21 juillet 1977. Il est le fils de Jack Loupy, directeur d’agences de voyages et de Françoise Loupy, pharmacienne[4]. Il effectue toute sa scolarité dans l’enseignement privé catholique de Saint-Denis avant d’entrer en faculté de médecine à Bordeaux [5].

En 2002, il intègre l’internat des hôpitaux de Paris et il décroche en 2008 son Diplôme d’études spécialisées de Néphrologie, avec une médaille d’or de l’Internat[6]. En 2011, il soutient son doctorat en sciences fondamentales, puis obtient en 2014 un doctorat en biostatistiques[1]. Il est aujourd’hui professeur associé de l’hôpital Necker au service de transplantation rénale[1].

En 2018, Alexandre Loupy est récompensé par l'Académie nationale de médecine pour ses travaux portants sur la transplantation rénale, les rejets de greffons par anti-HLA et l'identification de biomarqueurs associés[2]. Cette même année, le magazine Vanity Fair France le classe 35ème parmi les Français les plus influents du monde.

Alexandre Loupy est reconnu pour ses contributions en Europe mais également aux Etats-Unis. Il est notamment lauréat de la Société américaine de transplantation[6] et du StrongTogether PRO Award[7], et membre expert de la Food and Drug Administration (FDA)[8].

Travaux[modifier | modifier le code]

Les travaux d’Alexandre Loupy portent sur le rejet de l'allogreffe rénale par les anticorps et la relation avec les lésions histologiques des greffons, le vieillissement vasculaire à médiation immunitaire et les résultats des allogreffes.

Alexandre Loupy a mis au point une approche populationnelle de la transplantation rénale à l'aide de nouveaux outils méthodologiques qui sont utilisés pour la stratification des risques. Cette nouvelle approche populationnelle de cohortes extrêmement bien phénotypées a été étendue à la transplantation cardiaque et à la transplantation pulmonaire[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Loupy a soutenu deux thèses de doctorat.

  • “Rôle du Calcium/polycation-sensing receptor >> CaSR dans la régulation de la calcémie indépendamment de l'hormone parathyroïdienne” en physiologie et physiopathologie à l’Université Pierre-et-Marie-Curie sous la direction de Pascal Houillier en 2011[9]
  • “Rôle pronostic des anticorps anti-HLA en transplantation rénale : approches en population” en médecine humaine et pathologie à l'Université Paris-Descartes sous la direction de Xavier Jouven en 2014[9].

Alexandre Loupy est l'auteur de nombreuses publications majeures.

Références[modifier | modifier le code]