Alexandre Loupy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandre Loupy
Naissance
Saint-Denis de la Réunion (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Domaines Néphrologie, Transplantation, Epidémiologie, Biostatistique, Recherche translationnelle, Médecine translationnelle, Transplantation d'organe
Institutions Hôpital Necker
Institut national de la santé et de la recherche médicale
Banff Foundation for Allograft Pathology
Diplôme Université Pierre-et-Marie-Curie (2011)
Université Paris-Descartes (2014)
Distinctions Prix de l'Académie nationale de médecine (2018),
AST Clinical Science Investigator Award (2017)

Alexandre Loupy (né le à Saint-Denis de la Réunion) est un néphrologue français. Il est connu pour ses découvertes dans le domaine de la transplantation et notamment sur le sujet du rejet de greffe[1],[2],[3]. Son approche proposant des outils méthodologiques innovants ont permis une meilleure compréhension mais ont également conduit à des modifications importantes de la classification internationale du rejet de greffe[4],[5]. Ces découvertes permettent à l’heure actuelle d’améliorer la performance des essais cliniques et d’envisager de nouvelles thérapies innovantes en transplantation[6].

En 2017, il reçoit le Prix de la Société Américaine de Transplantation pour la recherche clinique[7]. En 2018, il est lauréat du Prix de l'Académie nationale de médecine[8] et Vanity Fair France le place dans la liste des 50 Français les plus influents du monde cette année-là[9].

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Loupy est né à Saint-Denis de la Réunion le . Il est le fils de Jack Loupy, chef d'entreprise et directeur d’agences de voyages et de Françoise Loupy, pharmacienne[10]. Il effectue toute sa scolarité sur l'Île de la Réunion avant d’entrer en faculté de médecine à Bordeaux[11].

En 2002, il intègre l’internat des hôpitaux de Paris et il décroche en 2008 son Diplôme d’études spécialisées de Néphrologie, et est récompensé de la médaille d’or de l’Internat des Hôpitaux de Paris[12]. En 2011, il soutient son doctorat en sciences fondamentales, puis obtient en 2014 un doctorat en biostatistiques[13]. Il est aujourd’hui professeur des universités et praticien hospitalier à l’hôpital Necker de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, dans le service de transplantation rénale[13],[14].

En 2018, Alexandre Loupy est récompensé par l'Académie nationale de médecine pour ses travaux portants sur la transplantation rénale, les rejets de greffons par anti-HLA et l'identification de biomarqueurs associés[8]. Cette même année, le magazine Vanity Fair France le classe 35e parmi les Français les plus influents du monde.

Alexandre Loupy est reconnu pour ses contributions en Europe mais également aux États-Unis. Il est notamment lauréat de la Société américaine de transplantation[12] et du StrongTogether PRO Award[15].

Alexandre Loupy exerce le rôle d’expert pour la Food and Drug Administration[16],[17] et exerce la fonction de directeur scientifique de la classification internationale du rejet depuis 2015[4],[18]. Il est également éditeur de la revue American Journal of Transplantation depuis 2017[19] et relecteur pour les revues scientifiques The New England Journal of Medicine, Journal of the American Medical Association, The Lancet, American Journal of Transplantation et Journal of the American Society of Nephrology.

Travaux[modifier | modifier le code]

Les travaux d’Alexandre Loupy portent principalement sur le rejet de l'allogreffe et la relation entre la présence d’anticorps et la destruction progressive du greffon. Il a développé avec son équipe de recherche à l'Inserm qu’il a créé en 2017[13] (Paris Transplant Group) une approche populationnelle de la transplantation d’organes à l'aide d’outils méthodologiques faisant appel aux techniques statistiques classiques mais également à l’apprentissage automatisé, au machine learning et l'intelligence artificielle[6]. Le Paris Transplant Group a été classé par la Société Européenne de Transplantation comme l’équipe la plus productive scientifiquement 4 années de suite[20].

Avec son équipe de recherche, Alexandre Loupy développe un algorithme, nommé intégrative Box ou iBox, qui permet de prédire le devenir du greffon à court moyen et long terme[6]. Cet outil permet également de caractériser de façon très fine le rejet de greffe par l'analyse de l’expression des gènes dans le greffon rénal, cardiaque ou pulmonaire. Il peut également prédire de manière individualisée les patients qui répondront à des traitements immunosuppresseurs particuliers.

Plus récemment, les travaux d'Alexandre Loupy se sont étendus à l’optimisation de l’allocation des organes et leur meilleure utilisation dans le monde[21]. Les résultats de ses recherches ont donné lieu en 2019 aux États-Unis à des recommandations pour l’utilisation de greffons issus de donneurs plus âgés[22],[23].

Alexandre Loupy pilote actuellement de larges études épidémiologiques sur les conséquences de la pandémie COVID-19 sur la transplantation d’organes dans 12 pays. Son équipe a été également mobilisée pour évaluer la qualité méthodologique et scientifique des études portant sur le COVID-19[24].

Ses travaux sont régulièrement repris dans les médias généralistes français et à l'international tels que L'Obs[25], CNN[22], le Daily Mail[26], le Washington Post[27], le New York Times[28] ou la chaîne NBC[29].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Loupy a soutenu une thèse de doctorat en médecine en 2008. Il a également soutenu deux thèses académiques :

  • en biologie cellulaire sur le “Rôle du Calcium/polycation-sensing receptor >> CaSR dans la régulation de la calcémie indépendamment de l'hormone parathyroïdienne” à l’Université Pierre-et-Marie-Curie sous la direction de Pascal Houillier en 2011[30]
  • en épidémiologie sur le “Rôle pronostic des anticorps anti-HLA en transplantation rénale : approches en population” à l'Université Paris-Descartes sous la direction de Xavier Jouven en 2014[30].

Alexandre Loupy est l'auteur de nombreuses publications dont :

  • "Système de prédiction du risque de perte du greffon rénale : étude internationale et en population" paru dans la revue BMJ en 2019[6].
  • "Disparités dans l'acceptation des reins de donneurs décédés entre les États-Unis et la France et effets estimés de l'augmentation de l'acceptation aux États-Unis", paru dans la revue JAMA Internal Medicine en 2019[21].
  • “Identification et caractérisation des trajectoires des vasculopathies des allogreffes cardiaques après une transplantation cardiaque” paru dans le journal Circulation en 2020[31].

Alexandre Loupy est l'auteur principal de nombreuses publications majeures dans les plus grande revues médicales telles que The New England Journal of Medicine, The Lancet, Journal of the American Medical Association, British Medical Journal, Annals of Internal Medicine, PLOS Medicine, Journal of Clinical Investigation, Circulation et Circulation Research. Ses travaux sont également régulièrement publiés dans les revues spécialisées telles que Kidney International, Journal of the American Society of Nephrology et American Journal of Transplantation.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alexandre Loupy, Carmen Lefaucheur, Dewi Vernerey et Christof Prugger, « Complement-Binding Anti-HLA Antibodies and Kidney-Allograft Survival », New England Journal of Medicine, vol. 369, no 13,‎ , p. 1215–1226 (ISSN 0028-4793 et 1533-4406, DOI 10.1056/NEJMoa1302506, lire en ligne, consulté le 25 avril 2020)
  2. (en) Alexandre Loupy et Carmen Lefaucheur, « Antibody-Mediated Rejection of Solid-Organ Allografts », New England Journal of Medicine, vol. 379, no 12,‎ , p. 1150–1160 (ISSN 0028-4793 et 1533-4406, DOI 10.1056/NEJMra1802677, lire en ligne, consulté le 25 avril 2020)
  3. (en) Carmen Lefaucheur, Alexandre Loupy, Dewi Vernerey et Jean-Paul Duong-Van-Huyen, « Antibody-mediated vascular rejection of kidney allografts: a population-based study », The Lancet, vol. 381, no 9863,‎ , p. 313–319 (DOI 10.1016/S0140-6736(12)61265-3, lire en ligne, consulté le 25 avril 2020)
  4. a et b (en) A. Loupy, M. Haas, K. Solez et L. Racusen, « The Banff 2015 Kidney Meeting Report: Current Challenges in Rejection Classification and Prospects for Adopting Molecular Pathology », American Journal of Transplantation, vol. 17, no 1,‎ , p. 28–41 (PMID 27862883, PMCID PMC5363228, DOI 10.1111/ajt.14107, lire en ligne, consulté le 25 avril 2020)
  5. (en) M. Haas, A. Loupy, C. Lefaucheur et C. Roufosse, « The Banff 2017 Kidney Meeting Report: Revised diagnostic criteria for chronic active T cell-mediated rejection, antibody-mediated rejection, and prospects for integrative endpoints for next-generation clinical trials », American Journal of Transplantation, vol. 18, no 2,‎ , p. 293–307 (PMID 29243394, PMCID PMC5817248, DOI 10.1111/ajt.14625, lire en ligne, consulté le 25 avril 2020)
  6. a b c et d (en) Alexandre Loupy, Olivier Aubert, Babak J Orandi et Maarten Naesens, « Prediction system for risk of allograft loss in patients receiving kidney transplants: international derivation and validation study », BMJ,‎ , l4923 (ISSN 0959-8138 et 1756-1833, PMID 31530561, PMCID PMC6746192, DOI 10.1136/bmj.l4923, lire en ligne, consulté le 25 avril 2020)
  7. (en) « 2017 AST Achievement Award Recipients », sur American Society of Transplantation, (consulté le 25 avril 2020)
  8. a et b Académie Nationale de Médecine
  9. Vanity Fair France
  10. Article "Dr Alexandre Loupy, le génie des greffes et des rejets"
  11. Article Clicanoo "Alexandre Loupy primé par l'American Society of Transplantation"
  12. a et b Article Outremers 360 "Alexandre Loupy, Néphrologue réunionnais à Necker, primé par la Société américaine de transplantation"
  13. a b et c Site du groupe de recherche Paris Transplant Group
  14. « Avancées majeures dans le diagnostic et le traitement du rejet d’allogreffe », sur www.aphp.fr (consulté le 27 avril 2020)
  15. Article M-Soigner "L’intelligence artificielle au service des transplantés rénaux"
  16. Surrogate Endpoints for Clinical Trials in Kidney Transplantation 28 septembre 2015
  17. (en) Michael Farkas, « MEETING OF EVIDENCE-BASED TREATMENT DECISIONS IN TRANSPLANTATION, THE RIGHT DOSE & REGIMEN FOR THE RIGHT PATIENT/INDIVIDUALIZED TREATMENT », sur fda.gov, (consulté le 25 avril 2020)
  18. (en-US) « About The Banff Foundation for Allograft Pathology », sur BANFF (consulté le 25 avril 2020)
  19. (en) « American Journal of Transplantation », sur Wiley Online Library (consulté le 25 avril 2020)
  20. (en) « PTG awarded the ESOT StrongeR Together Pro Award », sur PTG (consulté le 25 avril 2020)
  21. a et b (en) Olivier Aubert, Peter P. Reese, Benoit Audry et Yassine Bouatou, « Disparities in Acceptance of Deceased Donor Kidneys Between the United States and France and Estimated Effects of Increased US Acceptance », JAMA Internal Medicine, vol. 179, no 10,‎ , p. 1365 (ISSN 2168-6106, PMID 31449299, PMCID PMC6714020, DOI 10.1001/jamainternmed.2019.2322, lire en ligne, consulté le 25 avril 2020)
  22. a et b Jen Christensen CNN, « Trump administration seeks to make more kidneys available for transplants », sur CNN (consulté le 25 avril 2020)
  23. (en) Jeffrey Pearson, Marc Turenne et Alan Leichtman, « The Executive Order on Kidney Care: An Opportunity to Improve Outcomes for Individuals With Kidney Disease », Kidney International Reports, vol. 4, no 11,‎ , p. 1519–1522 (ISSN 2468-0249, DOI 10.1016/j.ekir.2019.09.011, lire en ligne, consulté le 25 avril 2020)
  24. Alexandre Loupy, Olivier Aubert, Peter P Reese et Olivier Bastien, « Organ procurement and transplantation during the COVID-19 pandemic », The Lancet,‎ (ISSN 0140-6736, PMCID PMC7213957, DOI 10.1016/s0140-6736(20)31040-0, lire en ligne, consulté le 13 mai 2020)
  25. « La France greffe des reins plus vieux qu'aux Etats-Unis, et sauve des vies », sur L'Obs (consulté le 25 avril 2020)
  26. Sam Blanchard Senior, « US hospitals throw away 3,500 donated kidneys every year », sur Mail Online, (consulté le 25 avril 2020)
  27. (en) « Organ transplants dive amid virus crisis, start to inch back », Washington Post,‎
  28. (en) « Organ Transplants Dive Amid Virus Crisis, Start to Inch Back », THE NEW YORK TIMES,‎
  29. (en) « JAMA Internal Medicine: First International Real-world Data Analysis of Kidney Transplants Supports Redesigned System That Could Benefit Wait-listed Patients in U.S. », sur nbc-2.com, (consulté le 28 août 2019)
  30. a et b Liste des thèses rédigées et dirigées par A.Loupy
  31. Loupy Alexandre, Coutance Guillaume, Bonnet Guillaume et Van Keer Jan, « Identification and characterization of Trajectories of Cardiac Allograft Vasculopathy After Heart Transplantation: A Population Based Study », Circulation, vol. 0, no 0,‎ (DOI 10.1161/CIRCULATIONAHA.119.044924, lire en ligne, consulté le 5 mai 2020)