Alexandre Laurent (pilote)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre Laurent
Alias
Sacha
Semelle
Naissance
Brest
Décès (à 38 ans)
Nationalité Drapeau de la France France
Diplôme
Brevet de pilote
Profession
Militaire
Activité principale
Pilote de chasse
Distinctions
Officier de la Légion d'Honneur

Alexandre Laurent était un pilote de chasse français de la 2e Guerre mondiale. Il est né le à Brest et décédé le des suites d'une maladie contractée en Indochine. Il a rejoint le GC3 Normandie-Niemen le 18 mai 1943 à Mozalsk (URSS).

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Laurent est le seul pilote à avoir noué une idylle avec une jeune Russe qui aboutira à un mariage. Son épouse, Rita, le rejoindra en France en 1946.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Alexandre Laurent s'engage dans l'Armée de l'Air le 11 janvier 1937 pour 5 ans. Il est d'abord affecté à la base aérienne de Dugny. Il est envoyé au Groupe de Chasse I/5 le 24 août 1938 à la base aérienne 112 de Reims. Il passe ensuite par la Base Aérienne de Lyon, puis par le Bataillon Air numéro 113 de Rochefort avant d'être envoyé à Royan, le 18 avril 1939. Il est breveté militaire le 10 août 1939 et nommé Sergent le 16 août 1939.

Pilote[modifier | modifier le code]

Le 2 septembre 1939, il part pour l'école d'aviation d'Avord, puis à Salon-de-Provence le 19 avril 1939. Le 30 septembre 1939, il est affecté à la base de stockage de Carcassonne et en mai 1941, il rejoint l'Escadrille de Chasse 565 à Madagascar, sur la base de Diego Suarez.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Il est replié sur Tananarive le 20 septembre 1942 où il est fait prisonnier et désarmé le 4 novembre 1942. Il est interné jusqu'au 10 novembre au camp d'Amabtoroka puis il est libéré et s'engage dans les Forces aériennes françaises libres (FAFL). C'est là qu'il se porte alors volontaire pour le front de l'Est.

Front de l'est[modifier | modifier le code]

Il est nommé aspirant le 1er mai 1943 et rejoint le GC3 Normandie le 18 mai 1943 à Mosalsk. Malgré son manque d'entraînement sur avion de chasse[1], il est mis en double commande sur Yak 7 pour instruction sur le "tas", avant de se voir confier un avion de chasse Yak-9. Il est affecté à la 2e Escadrille "Le Havre". Il se distingue notamment en octobre 1944 en abattant 2 Fock Wulf 190.

Il regagne la France le 20 juin 1945, atterrissant au Bourget aux commandes de son Yak-3. Il quitte l'unité en décembre de la même année avec les anciens.

Fin de la carrière de pilote de chasse[modifier | modifier le code]

Dès son retour, il présente des troubles fonctionnels qui motivent son retrait de la chasse. Il n'est plus capable de piloter que des avions monomoteurs et des appareils de liaison. Il est nommé lieutenant le 1er avril 1946. Il est ensuite affecté au Maroc et en Allemagne et est promu capitaine le 1er février 1952.

Il est ensuite envoyé en Indochine où il effectue un séjour du 19 août 1954 à janvier 1956. Pendant son séjour, il contracte une amibiase. À son retour en France, il est affecté à l'ERALA 3/37 à Villacoublay comme officier d'active, commandant en second et instructeur, en septembre 1956.

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Courrière 1979, p. 260-281.

Liens externes[modifier | modifier le code]