Alexandre Jevakhoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandre Jevakhoff
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Alexandre Jevakhoff, né le à Paris 19e, est un historien et haut fonctionnaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Jevakhoff est issu de la diaspora des Russes blancs fuyant l'avancée des bolcheviks lors de la guerre civile russe. Ses deux grands-pères étaient officiers de la flotte impériale. Ils quittent la Crimée en novembre 1920, avec le général Wrangel par le port de Sébastopol pour immigrer en France[1].

Titulaire d’un diplôme d’études comptables supérieures, ancien élève de Sciences Po Paris, d'HEC et de l'ENA (Promotion Droits de l'Homme, 1979-1981), Alexandre Jevakhoff appartient au corps des inspecteurs des finances depuis 1981[2], inspecteur général depuis 2001.

Chargé de mission à la direction des relations économiques extérieures puis chef du bureau de la promotion des exportations du ministère des Finances (19851987), conseiller économique et financier au secrétariat général du Comité interministériel pour les questions de coopération économiques européennes (1987-1988), il devient directeur adjoint du cabinet de Maurice Faure au ministère de l’Équipement et du Logement (1988-1989).

De 1990 à 1992, il est directeur à la direction générale de TF1 puis Secrétaire Général de TF1 Entreprises.

Il rejoint le ministère de l'Intérieur en qualité de directeur de la programmation, des affaires financières et immobilières au ministère de l’Intérieur (1993-1999). A ce titre, il est également nommé en juillet 1993, commissaire du gouvernement au conseil d'administration de la SOFREMI (SOciété FRançaise d'Exportation de matériels du Ministère de l'Intérieur)[3].

De 1999 à 2001, il est directeur général du groupe Aura-Engeu (de Vendôme Rome, groupe de gestion immobilière[4])[5].

En 2002, Alexandre Jevakhoff devient conseiller pour les affaires économiques, puis directeur adjoint du cabinet de Michèle Alliot-Marie au ministère de la Défense[6],[7], de l'Intérieur[8], de la Justice[9] et des Affaires étrangères[10].

Entre juillet et octobre 2013, il est directeur général du Groupe des Industries Métallurgiques de la région parisienne (GIM)[11], principale chambre syndicale territoriale de l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM)[12].

Après son départ du GIM, il est revenu à l'inspection générale des Finances. En 2014, il remet au gouvernement un rapport sur la distribution de la presse[13].

Il est chevalier de l'Ordre national du mérite depuis 1995[14] et officier de la Légion d'honneur depuis 2012[15].

Président du Comité France-Turquie de 2000 à 2002, il est également président de l’Association des Anciens Officiers de la Marine Impériale Russe en France[16],[17], et membre de l'Union de la noblesse russe[18].

Depuis juin 2013, Alexandre Jevakhoff est marguillier de la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky de Paris.

Alexandre Jevakhoff a rédigé plusieurs ouvrages historiques consacrés notamment à Mustafa Kemal Atatürk[19] et à la guerre civile russe.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres
Articles (accessibles en ligne)
  • « Le kémalisme, cinquante ans après », CEMOTI (association française pour l'étude de la Méditerranée orientale et du monde turco-iranien), no 8, juin 1989 (disponible en ligne)
  • « À Constantinople, Byron admire... Byron », Historia, juillet 2001, no 655 (disponible en ligne)
  • « Kemal Atatürk, champion de la laïcité », Historia, octobre 2003, no 682 (disponible en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Vidéo d'avril 2010 mise en référence
  2. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000363296
  3. « Karachi : grand danger pour Nicolas Sarkozy », sur agoravox.fr, (consulté le 10 février 2018)
  4. « Naissance du groupe Vendome Rome », sur lesechos.fr, (consulté le 10 février 2018)
  5. « Carnet des Echos au sujet d'Alexandre Jevakhoff », sur lesechos.fr, (consulté le 10 février 2018)
  6. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000778902
  7. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000616136
  8. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000467769
  9. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020810995
  10. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000023105632
  11. http://www.gimrp.org
  12. http://www.uimm.fr
  13. « Distribution de la presse : les grandes lignes du rapport "Jevakhoff" sur l'avenir du schéma de diffusion de la presse écrite », (article pp. 5-10), sur sgpresse.fr, (consulté le 9 février 2018)
  14. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000721927
  15. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000025641749
  16. « Site du Cercle de la Marine Impériale Russe », sur aaomir-cmir.net (consulté le 10 février 2018)
  17. « L`interview d`Alexandre Jevakhoff, président de l’Association des Anciens Officiers de la Marine Impériale Russe (AAOMIR). », (vidéo de 3 min 14 s, à l'occasion de la commémoration des 90 ans du dernier départ de l'armée blanche de Crimée), sur dailymotion.com, (consulté le 9 février 2018)
  18. « Site de l'Union de la Noblesse Russe », sur noblesse-russie.org (consulté le 9 février 2018)
  19. Abou Diab Khattar, Alexandre Jevakhoff. Kemal Atatürk : les chemins de l'Occident (compte-rendu), Politique étrangère, Année 1989, 54-4, pp. 794-795
  20. http://www.inkilap.com/
  21. (actes de deux colloques tenus en 1999 et en 2005 à Saint-Germain-en-Laye)
  22. Jean-Guillaume Lanuque, « Compte-rendu de lecture de La guerre civile russe (1917-1922) », sur dissidences.hypotheses.org, (consulté le 9 février 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]