Alexandre Gurita

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alexandre Gurita
Alexandre Gurita By Tatiana Chaumont - 2015.jpg
Alexandre Gurita par Tatiana Chaumont - 2015
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (51 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Artiste contemporainVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Maîtres
Représenté par
Influencé par

Alexandre Gurita est un artiste contemporain français, né le . Il vit et travaille à Paris.

Depuis 2000 il est le directeur de la Biennale de Paris et depuis 2012 il enseigne à l’École nationale d’art (ENDA) de Paris, établissement qu'anciennement portait le nom d'Institut des hautes études en arts plastiques.

Alexandre Gurita est à l’origine du terme invisuel[1] qu’il a créé en 2004 à partir de son travail et des pratiques d’artistes qu’il a identifié auparavant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études de 1994 à 1999 à l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Le , il dépose sa vie comme une œuvre d’art pour une durée de cinq ans auprès de la société Protécréa[2] service de dépôt d'œuvres[3].

Le , il présente son mariage comme projet de diplôme de fin d'études à l'école nationale supérieure des beaux-arts, ce qui provoque à l’époque une controverse[4] parmi les professeurs et la direction de cette institution.

Depuis 2000, il opère sous l'identité Biennale de Paris, qualifiée par Cristina Lambrou, dans un article paru dans le journal Polítis du , comme un « monde de l’art parallèle, souterrain et hors-la-loi »[5].

La Biennale de Paris réactive l’Institut des hautes études en arts plastiques (Iheap) à Paris en 2012, et Alexandre Gurita devient le directeur de cette école. L'Iheap, créé par la ville de Paris en 1988 comme une alternative à l'école nationale supérieure des beaux-arts de Paris, devient un établissement supérieur de recherche et d’expérimentation en art. Il dispense un cursus et offre à ses participants l’opportunité de se libérer des acquis hérités de l’histoire de l’art du XXe siècle. Il propose également de mettre en évidence certains des enjeux de l’œuvre dans l’art du XXIe siècle, une histoire en cours d’écriture[6].

Il s’engage en 2015 dans la création d’un nouvel institut à New York, Iheap New York[7] - reprenant les mêmes spécificités qu’à Paris.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]