Alexandre Gefen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre Gefen
Description de l'image Alexandre Gefen.jpg.
Naissance
Nationalité Drapeau de la France Française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Diplôme
Agrégation de lettres, doctorat de littérature française
Profession
Chargé de recherche au CNRS
Activité principale
Critique littéraire
Autres activités
Formation

Alexandre Gefen, né en 1970, est critique littéraire et chercheur universitaire français.

Il a travaillé sur des questions de théorie littéraire appliquées en particulier à la littérature française contemporaine (théorie de la Mimesis, théorie des émotions, théorie de la fiction). Éditeur de l'œuvre de Marcel Schwob[1], il a contribué à l'étude du genre de la fiction biographique[2].

Il se consacre également à l'édition électronique, à la littérature de réseaux[3], à la philologie numérique et ses enjeux épistémologiques, ainsi qu'aux humanités numériques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été maître de conférences à l'université de Bordeaux 3[4] en littérature française du XXe siècle, de 2006 à 2012, il rejoint en 2013 le Centre d'étude de la langue et de la littérature française, UMR 8599 du CNRS et de l'université Paris Sorbonne-Paris IV[5].

Fondateur en 1999 du site Internet Fabula[6], site consacré à la recherche en littérature, et la plateforme d'édition numérique CEPM à l'université Paris Sorbonne-Paris IV, il s'est intéressé très tôt aux humanités numériques des travaux portant sur la diffusion du savoir, les réseaux et outils collaboratifs scientifiques, la philologie numérique et ses enjeux épistémologiques et les écritures en réseau. Il est également membre des comités de pilotage du consortium « Cahier » et du Labex « OBVIL » (Sorbonne Universités).

Il a travaillé à la coordination d’un programme de recherche international intitulé « Pouvoirs des arts »[7], financé par l’Agence Nationale de la Recherche, qui s’intéresse à la question des émotions littéraires, conçue comme une piste novatrice dans l’analyse du champ littéraire.

Membre des comités de lecture des revues Modernités, Lendemains, Temps zéro, Acta-Fabula et Fabula Littérature-Histoire-Théorie et de la Revue critique de fixxion française contemporaine, il est directeur de la rédaction de la Nouvelle Revue d’Esthétique (Presses Universitaires de France). Depuis 2015, il est membre du CNU (9e section) et du Conseil Scientifique de l'INSHS (CNRS).

Il a soutenu en 2016 (Université Paris 7 – Diderot) son habilitation à diriger des recherches (HDR), sur le thème « Le recours à la fiction », avec un livre inédit intitulé Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle », qui fait état d'une littérature française contemporaine qui serait aujourd'hui une médecine de l'âme, qui, par l'écriture et la lecture permettrait de soigner, d'aider ou du moins de « faire du bien », en donnant à chacun la possibilité d'inventer sa propre forme de vie.

Il est notamment l'auteur d’articles dans La Nouvelle revue française[8], Sciences humaines[9], Littérature, la Revue critique de fixxion française contemporaine[10], la RSH, L'Herne[11], Europe[12], Modernités[13], Acta Fabula, Les Temps modernes[14], et LHT[15].

En parallèle à ses activités scientifiques, Alexandre Gefen est également critique au Magazine littéraire[16] et à Marianne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Résumés[modifier | modifier le code]

Alexandre Gefen a publié plusieurs essais et éditions critiques. Il a également dirigé des ouvrages collectifs et revues.

En 2002, il publie trois études critiques. La première d'entre elle, les Œuvres de Marcel Schwob, réactualise la dernière édition parue entre 1927 et 1930. La présente édition tente de combler des lacunes, notamment des passages absents des éditions antérieures et restitue à Schwob toute son importance, celle d'un grand conteur, d’un éminent théoricien de la littérature, d’un satiriste, d’un critique, d’un découvreur et d’un témoin de son temps. Les Frontières de la fiction est une étude consacrée au renouvellement des genres frontières tels que la biographie, l’autobiographie, l’essai, le journal intime et le récit de voyage et questionne les notions de littérarité et fictionalité. Enfin, La Mimésis interroge le phénomène de la représentation des choses par les signes et de la transposition du monde par la littérature.

En 2003, paraît les actes du colloque « Fabula » au sujet de Barthes, au lieu du roman, qui vise à peser lucidement l'héritage de celui qui fut l'un des derniers grands intellectuels français en réunissant les plus grands spécialistes de la théorie littéraire et de l'histoire des idées contemporaines. La prochaine étude publiée en 2005, concerne le plus long roman français jamais écrit et dénigré depuis plus de trois siècles Artamène ou le Grand Cyrus et s'interroge sur le succès de l'ouvrage auprès du public de l'époque, en sondant le mode de consommation des genres mondains, ainsi que la lecture à haute voix dans un contexte social interactif. En 2006, paraît un dossier intitulé « Et la critique américaine ? » dans la revue Littérature. Celui-ci s'intéresse à la richesse de la production intellectuelle américaine, avant tout visible à travers les nombreuses revues qui font le tissu de la vie intellectuelle et qui tient sans doute à l’extension du champ traditionnel de la critique littéraire, en termes à la fois intellectuels et institutionnels : cinéma, multimédia, questions juridiques ou médicales, épistémologie, économie, psychiatrie, révolution cognitiveLittérature et exemplarité est un collectif qui remet en question et en mouvement certaines des fausses évidences ou des certitudes préconçues touchant à la puissance ou à l’impuissance des œuvres, leur capacité à produire des exemples, à proposer des conduites, à servir d’étalon pour le jugement et de modèle pour la vie concrète.

En 2010, paraît un dossier sur l’œuvre de Pascal Quignard dans la revue Europe[17], qui étudie son cycle en dix tomes, Le Dernier royaume.

Il a également travaillé sur des questions de théorie littéraire avec La Taille des romans, amenant sa réflexion sur les pouvoirs quantitatifs du roman qui dépassent les autres genres littéraires. Les actes de colloque en 2010 à Bordeaux sur l'Empathie et esthétique se propose d'interroger la place, le statut, les fonctions et le fonctionnement de l’empathie dans la relation que nous entretenons avec les œuvres, quelles qu’elles soient, littéraires ou artistiques. Dans Pouvoir et modernité, la piste des émotions en littérature est traitée : elle se situe au carrefour de questions esthétiques et éthiques et a été récemment relancée à travers les sciences cognitives et les théories psychologiques ou sociologiques de la réception et de la lecture.

Une partie de ses recherches et essais traite de la biofiction : dans Inventer une vie, Alexandre Gefen prend comme point de départ les Vies Imaginaires de Marcel Schwob parues en 1895[18], qui scellent l’acte de naissance d’un genre littéraire, la fiction biographique et déroule un voyage parmi ces vies imaginaires, qui font partie de notre histoire littéraire et développe une réflexion sur nos identités modernes, ainsi que sur la biofiction. Dans l'anthologie des Vies imaginaires, sont illustrés des récits d'existences de personnages illustres ou d'inconnus – qu'ils soient réels, mythiques ou fictionnels –, qui convoquent ainsi un jeu littéraire.

En 2016, il signe un numéro de la Revue critique de fixxion française contemporaine au sujet des « Fictions de l’intériorité »[19] qui s’intéresse à la représentation de l’intériorité, à la capacité du roman à représenter la vie psychique. Enfin est paru en 2016 un dictionnaire Art et émotions, qui fournit un outil unique pour cartographier un champ de recherche en plein essor : les liens complexes et variés que les arts entretiennent avec les affects, en l’enrichissant de la contribution des sciences cognitives et des théories psychologiques ou sociologiques de la réception et de la lecture.

Essais[modifier | modifier le code]

  • La Mimèsis (étude accompagnée d’une anthologie de textes théoriques), Paris, Flammarion, coll. « Corpus », 2002[20].
  • Inventer une vie, La Fabrique littéraire l’individu, préface de Pierre Michon, Les Impressions nouvelles, 2015[21].
  • Vies imaginaires, Anthologie de la biographie littéraire, édition d'Alexandre Gefen, Gallimard, Coll. Folio classique (no 5810), Gallimard, 2014[22].
  • Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, HDR, à paraître en 2017.

Éditions critiques[modifier | modifier le code]

  • Œuvres de Marcel Schwob, préfaces de Pierre Jourde et Patrick McGuinness, Paris, Les Belles Lettres, 2002.
  • (avec Claude Bourqui), Madeleine et Georges de Scudéry, Artamène ou le Grand Cyrus, extraits, Paris, GF Flammarion, 2005[23].

Directions d'ouvrages collectifs et de revues[modifier | modifier le code]

Collectifs[modifier | modifier le code]

  • Frontières de la fiction, actes du colloque « Fabula », préfacés par Thomas Pavel, présentés par Alexandre Gefen et René Audet, Laval (Québec), Éd. Nota Bene-Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, série « Modernités » (17), 2002. Actes du colloque Frontières de la fiction, en ligne[24].
  • Barthes, au lieu du roman, actes du colloque « Fabula », textes réunis et présentés par Marielle Macé et Alexandre Gefen, Laval (Québec), Éd. Nota Bene-Paris, Éd. Desjonquères, 2003. Actes du colloques Actualités de Roland Barthes, en ligne[25].
  • Retours à Marcel Schwob : d’un siècle à l’autre, 1905-2005, actes du colloque international de Cerisy-la-Salle (13-20août 2005), sous la dir. de Christian Berg, Alexandre Gefen, Monique Jutrin et Agnès Lhermitte, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2007[26].
  • Littérature et exemplarité, sous la dir. d’Emmanuel Bouju, Alexandre Gefen, Guiomar Hautcœur et Marielle Macé, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences »/« Cahiers du Groupe Phi », 2007[27].
  • « L'usage des mondes », in La Théorie des mondes possibles, sous la dir. de Françoise Lavocat, Paris, CNRS éditions, 2009, p. 293-306.
  • L'Émotion, puissance de la littérature ?, sous la dir. d’Emmanuel Bouju et Alexandre Gefen, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Modernités », 2012[28].
  • La Taille des romans, sous la dir. d'Alexandre Gefen et de Tiphaine Samoyault, Paris, Garnier, 2013[29].
  • Empathie et esthétique, avec Bernard Vouilloux, Paris, Éd. Hermann, 2013[30].
  • Arts et émotions. Un dictionnaire, avec Carole Talon-Hugon et Mathilde Bernard Armand Colin, 2016 (direction du dictionnaire et divers articles dont « Littérature », « Fiction », « Reconnaissance »)[31].

Revues[modifier | modifier le code]

  • Marcel Schwob, coordination du numéro spécial 925 de la revue Europe, mai 2006.
  • Pascal Quignard, coordination avec Dominique Rabaté du numéro spécial 976-977 de la revue Europe, août-septembre 2010.
  • « Et la critique américaine ? », dossier coordonné par Alexandre Gefen, Jean-Louis Jeannelle et Marielle Macé, Littérature (Armand Colin), no 144, avril 2006[32].
  • « La littérature au présent », avec Simon Bréan et Catherine Douzou, ELFe XX-XXI, revue de la Société d’études de la littérature française des xxe et xxie siècles, Garnier, 2013.
  • « Fiction et démocratie », Revue critique de fixxion française contemporaine, décembre 2013.
  • La naturalisation de l'esthétique, Nouvelle Revue d'Esthétique, n° 15, PUF, juin 2015.
  • « Des chiffres et des lettres. Les Humanités Numériques », Critique, n° 819-820, août-septembre 2015.
  • « Fictions de l’intériorité », avec Dominique Rabaté, Revue critique de fixxion française contemporaine, décembre 2016 (présentation, entretien avec Belinda Cannone et Vincent Descombes).

Articles en ligne[modifier | modifier le code]

  • « Tombeaux pour la littérature », numéro 6 de la revue LHT, juin 2009, publié en ligne[15]
  • « Le chat jaune de l'abbé Séguin ou les ambiguïtés du genre biographique »[24].
  • « Le Jardin d'Hiver (les « biographèmes » de Roland Barthes) », publié en ligne[33].
  • « Vie imaginaire et poétique du roman au xixe siècle : la Notice biographique de Louis Lambert», Littérature (Larousse), no 128, décembre 2002, p. 3-25 ; publié en ligne[34].
  • « À quoi bon? Les pouvoirs de la littérature selon Barthes », in Con Roland Barthes : alle sorgenti del senso, actes du colloque de Bari (février 2006), sous la dir. d’Augusto Ponzio, Patrizia Calefato et Susan Petrilli, Rome, Meltemi, 2006, p. 594-604 ; version sonore consultable en ligne[35].
  • « Aux frontières de la fiction», Sciences humaines, no174, août 2006, p. 40-43 ; publié en ligne[36].
  • « “Je est tout le monde et n’importe qui”: les Microfictions de Régis Jauffret », Revue critique de fixxion française contemporaine, no 1, décembre 2010 ; publié en ligne[37].
  • « Le livre et l’anneau: le projet Fabula, ou le rêve d’une communauté scientifique virtuelle », Cahiers de l’Association internationale des études littéraires, no 54, 2002, p. 381-393; en ligne[38].
  • « Le site Fabula. Courte histoire d’un portail universitaire pour la littérature », Bulletin des bibliothèques de France, no 4, juin 2003 ; en ligne[39].
  • « L’atelier de théorie littéraire de Fabula: une entreprise théorique à l’âge de l’hypertexte », communication au colloque « L’édition électronique en littérature et dictionnairique : évaluation et bilan », Université de Rouen (17-21 juin 2002), en ligne[40].
  • « Réseaux sociaux, microblogging et création littéraire contemporaine », Itinéraires LTC (Université Paris-Nord), no 2, juin 2010, p. 155-166 ; en ligne[41].
  • « Ce que Molière doit à Internet : la première édition critique de l'ère numérique », Le Magazine littéraire, no 497, mai 2010 ; en ligne[42].
  • (avec Claude Bourqui et Delphine Denis), « Deux romans baroques français en ligne : Artamène, L’Astrée », colloque « Digital Humanities » (ALLC/ACH), Université Paris-Sorbonne, 5-9 juillet 2006 ; publié en ligne[43].
  • « TEI et édition critique de textes anciens. Bénéfices et problèmes. L’exemple du projet “Corpus électroniques de la première modernité” de l’Université Paris-Sorbonne», colloque international « Patrimoine à l’ère numérique », Université de Caen, 11 décembre 2009 ; publié en ligne[44].
  • « La littérature contre elle-même : enjeux éthiques de l’ironie romanesque contemporaine », in Hégémonie de l’ironie ? (1980-2007), actes du colloque d’Aix en Provence (8-9 novembre 2007), publié en ligne[45].
  • « L’éthique est-elle un récit ? Le récit une éthique ? Retour sur la querelle du narrativisme », in actes du colloque international « Les moralistes modernes », Université de Belgrade (22-23 octobre 2009) ; publié en ligne[46].
  • « La littérature contemporaine face au numérique : assimilation, résistance ou reconversion ? », à paraître dans Olivier Bessard-Banquy (dir.), Les Mutations de la lecture, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, « Cahiers du livre », 2012, preprint publié en ligne[47].
  • «  D'un penchant pour l'abstraction », « Que reste-t-il de l'exception culturelle française ? », Les Grands débats (Le Point-La Recherche-L’Histoire)[48].

Entretiens en ligne[modifier | modifier le code]

  • « On assiste à une hyper-démocratisation de la littérature », Le Magazine littéraire, en ligne[49].
  • « Redéfinir la littérature ? », séminaire du « Cercle 17-21 » et de « Transitions » (Hélène Merlin-Kajman, université Paris3-Sorbonne Nouvelle), novembre 2010, en ligne[50].

Compte rendus en ligne[modifier | modifier le code]

  • « Portrait de l'intellectuel en sinthome », sur William Marx, Vie du lettré, Paris : Éditions de Minuit, coll. «Paradoxe», 2009, en ligne[51].
  • « Le tournant éthique de la critique littéraire en question », sur Carole Talon-Hugon, Morales de l’art, Paris : Presses Universitaires de France, coll. « Lignes d’art », 2009, 224 p., EAN : 9782130574453, en ligne[52].
  • « La littérature, une biographie », sur Ann Jefferson, Biography and the Question of Literature in France, Oxford, Oxford University Press, 2007. 425 p. ISBN 978-0-19-927084-2, en ligne[53].
  • « Théorie des possibles, possibles de la théorie», sur Valincour, "Lettres à Madame la Marquise de *** sur la Princesse de Clèves", chronologie, présentation notes, dossier et bibliographie par Christine Montalbetti, GF-Flammarion, 2001. 174 p. ISBN 2-08-071114-8[54].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Schwob, Œuvres, Textes réunis et présentés par A. Gefen. Préfaces de P. Jourde et P. McGuinness. Chronologie d'A. Gefen et B. Gauthier. Édition du Voyage à Samoa établie par B. Gauthier. 2002, Les Belles Lettres, (ISBN 2-251-44220-0).
  2. Fictions encyclopédiques, Laurent Demanze, CERCC (Centre d'études et de recherche comparés sur la création), ENS Lyon, http://cercc.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique17
  3. Paveau M.-A., 2012, “Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter”, La pensée du discours, 27.02.2012, http://penseedudiscours.hypotheses.org/8338
  4. http://ciuen2008.org/index.php/ciuen2008/intervenant/alexandre_gefen/
  5. http://cellf.paris-sorbonne.fr/annuaire/chercheur.php?idr=7&idc=82
  6. Serge PROULX, Louise POISSANT, Michel SÉNÉCAL, dir., Communautés virtuelles :penser et agir en réseau44, Québec, Presses de l’université Laval, 2006, p. 265.
  7. « Alexandre Gefen » Pouvoir des arts », sur www.pouvoir-des-arts.fr (consulté le 13 avril 2016)
  8. http://www.centenaire-nrf.fr/nrf/auteur.nrf?idAuteur=34133
  9. ALEXENDRE GEFEN, « Aux frontières de la fiction », sur Sciences Humaines (consulté le 16 février 2016)
  10. Alexandre Gefen et Emilie Brière, « Fiction et démocratie », Revue critique de fixxion française contemporaine, vol. 0,‎ , p. 1–5 (ISSN 2033-7019, lire en ligne)
  11. « Cahier N° 98 : Modiano », sur Scribd (consulté le 16 février 2016)
  12. « Accueil », sur www.europe-revue.net (consulté le 16 février 2016)
  13. « L'émotion, puissance de la littérature ? », sur www.lcdpu.fr (consulté le 16 février 2016)
  14. « Les Temps Modernes - Revue Les Temps Modernes - GALLIMARD - Site Gallimard », sur www.gallimard.fr (consulté le 16 février 2016)
  15. a et b http://www.fabula.org/lht/6/
  16. « Accueil - Cairn.info », sur www.cairn.info (consulté le 16 février 2016)
  17. « Revue Europe »
  18. Marcel Schwob, Vies imaginaires, Paris, Charpentier et Fasquelle,
  19. « Revue Fixxion »
  20. Équipe de recherche Fabula, « Enquête sur la mimèsis », sur www.fabula.org (consulté le 16 février 2016)
  21. Alexandre Gefen, Inventer une vie, La Fabrique littéraire de l'individu, Belgique, Les Impressions Nouvelles, , 304 p. (ISBN 9782874492471)
  22. Gefen, Vies imaginaires, Paris, Galliamard, , 598 p. (ISBN 9782070301263)
  23. « Artamène ou le Grand Cyrus », sur www.artamene.org (consulté le 16 février 2016)
  24. a et b Équipe de recherche Fabula, « Le chat jaune de l'abbé Séguin (Alexandre Gefen) », sur www.fabula.org (consulté le 16 février 2016)
  25. Équipe de recherche Fabula, « Actualité de Roland Barthes : sommaire », sur www.fabula.org (consulté le 16 février 2016)
  26. http://www.marcel-schwob.org/Actualites/222/retours-marcel-schwob
  27. Alexandre Gefen et Emmanuel Bouju, Littérature et exemplarité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, , 406 p. (ISBN 9782753504912)
  28. Alexandre Gefen, "L'Émotion, puissance de la littérature ?", Modernités, n° 34, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, (ISBN 9782867818257)
  29. Alexandre Gefen, La Taille des romans, Paris, Classiques Garnier, coll. « Théorie littéraire », , 278 p. (ISBN 9782812408175)
  30. Alexandre Gefen et Bernard Vouilloux (dir.), Empathie et esthétique, Paris, Hermann, , 426 p. (ISBN 9782705684723)
  31. Alexandre Gefen, Arts et émotions. Un dictionnaire, Paris, Armand Colin, , 468 p. (ISBN 9782200294823)
  32. Alexandre Gefen, "Et la critique américaine?", Revue Littérature, n°144, Paris, Larousse / Armand Colin, , 120 p. (ISBN 9782200921828)
  33. Équipe de recherche Fabula, « Le Jardin d'Hiver (les « biographèmes » de Roland Barthes) », sur www.fabula.org (consulté le 16 février 2016)
  34. http://www.armand-colin.com/download_pdf.php?idd=0&cr=10&idr=12&idart=2422
  35. « Web TV / Web Radio : A quoi bon ? Les pouvoirs de la littérature (La tentation de l'écriture) », sur archives-sonores.bpi.fr (consulté le 16 février 2016)
  36. ALEXENDRE GEFEN, « Aux frontières de la fiction », sur Sciences Humaines (consulté le 16 février 2016)
  37. http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/francais/publications/no1/gefen_fr.html
  38. Alexandre Gefen, « Le livre et l'anneau : le projet Fabula, ou le rêve d'une communauté scientifique virtuelle », Cahiers de l'Association internationale des études francaises, vol. 54,‎ , p. 381–393 (DOI 10.3406/caief.2002.1471, lire en ligne)
  39. Gefen, Alexandre et Lermigeaux, François, « Le site Fabula », sur bbf.enssib.fr (consulté le 16 février 2016)
  40. « Canalc2 : Colloques et Conférences - L'édition électronique en littérature et dictionnairique », sur canalc2.u-strasbg.fr (consulté le 16 février 2016)
  41. http://www.fabula.org/Microblogging.pdf
  42. http://www.magazine-litteraire.com/content/Homepage/article.html?id=15930
  43. http://www.allc-ach2006.colloques.paris-sorbonne.fr/DHs.pdf
  44. http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/files/alexGefen101209.pdf
  45. http://www.fabula.org/colloques/sommaire978.php
  46. : http://www.fabula.org/colloques/document1352.php
  47. « La littérature contemporaine face au numérique », sur u-bordeaux3.academia.edu (consulté le 16 février 2016)
  48. http://www.lesgrandsdebats.fr/Debats/Que-reste-t-il-de-l-exception-culturelle-francaise/D-un-penchant-pour-l-abstraction-436
  49. « Alexandre Gefen : «On assiste à une hyper-démocratisation de la littérature» | Le Magazine Littéraire », sur www.magazine-litteraire.com (consulté le 16 février 2016)
  50. « Séminaire Ensemble », sur Transitions
  51. http://www.fabula.org/revue/document5677.php
  52. http://www.fabula.org/revue/document5648.php
  53. [1]
  54. Équipe de recherche Fabula, « Théorie des possibles, possibles de la théorie », sur www.fabula.org (consulté le 16 février 2016)