Alexandre del Valle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alexandre Del Valle)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Del Valle.
Alexandre del Valle
Description de l'image Defaut.svg.
Nom de naissance Marc d'Anna
Naissance (49 ans)
Marseille, Bouches-du-Rhône, France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Alexandre del Valle — nom de plume de Marc d'Anna — est un essayiste franco-italien né le à Marseille.

Spécialisé en géopolitique, il s'intéresse principalement à l'islamisme, au terrorisme islamiste, aux relations entre l'Europe et la Turquie, et au monde arabo-musulman.

Chroniqueur et enseignant, il a milité en politique, notamment à l'Union pour un mouvement populaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marc d'Anna naît le [1] à Marseille[2], d'une mère espagnole pied-noire et d'un père italien originaire de Tunisie[3],[4], ce qui lui confère la double nationalité française et italienne.

Il est diplômé de Sciences Po Aix, où il a obtenu un DEA en histoire militaire, sécurité et défense en 1993. Il est également titulaire d'un DEAE (DEA européen) de l'université de sciences politiques de Milan en histoire des doctrines politiques et des institutions politiques, ainsi que d'un doctorat en histoire contemporaine, qu'il a obtenu en 2015 à l'université Paul-Valéry-Montpellier[n 1],[5],[6],[7].

Il épouse, en 2001, une intellectuelle juive d'origine argentine impliquée dans la cause israélienne, Monica Altman[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Marc d'Anna intègre le secrétariat général de la défense nationale en 1997, où il est rédacteur-analyste de la Lettre Faits et Tendances de la section Affaires Internationales et Stratégiques[8]. Ensuite, il évolue dans la fonction publique territoriale et internationale avant de fonder son cabinet de conseil à Bruxelles[5].

Il est également enseignant en géopolitique à Sup de Co La Rochelle et à l'IPAG[7],[9],[10], et intervient à l'Université européenne de Rome, à l'Institut international de géopolitique, ainsi qu'à l'École de guerre économique (EGE)[2]. Il est chercheur-associé à l’Institut Choiseul, et co-fondateur de l’Observatoire géopolitique de la Méditerranée (basé à Chypre)[11].

En tant qu'Alexandre del Valle, il a été chroniqueur à la Nouvelle Liberté (Marseille), La Une, Le Figaro Magazine, Le Figaro, Le Spectacle du Monde, Israël Magazine, Libéral (Italie) et France-Soir[8],[3]. Il a aussi collaboré à plusieurs revues de géopolitique, Hérodote, Stratégique, Géostratégiques, Nova Storica, Risk, Politique Internationale, Outre-Terre, Daedalos Papers, Geopolitical affairs, Géoéconomie[11],[12]. Il se focalise sur la géopolitique du monde arabo-musulman[3].

Il est membre de divers groupes de réflexion, tels que le Daedalos Institute of Geopolitics[13].

Parcours idéologique[modifier | modifier le code]

Marc d'Anna commence à s'intéresser aux questions moyen-orientales durant des séjours au Liban au début des années 1990, durant lesquels il participe à des missions humanitaires en faveur des chrétiens du Liban, sous l'égide de l'ordre de Malte[14].

Naissance d'Alexandre del Valle[modifier | modifier le code]

En 1997, il publie son premier ouvrage Islamisme et États-Unis sous le pseudonyme « Alexandre del Valle ». Il explique que del Valle est le nom de sa mère, et Alexandre un nom de plume, qu'il a dû prendre pour honorer son devoir de réserve de fonctionnaire[15].

L'alliance américano-islamiste[modifier | modifier le code]

Dans ce livre il essaie de prouver que le gouvernement américain utilise l'islamisme dans le but de détruire l'Europe[16]. Selon Denise Artaud, la thèse d'Alexandre del Valle concernant un « machiavélisme américain qui pousserait les États-Unis à s'allier à l'Islam pour nuire à l'Europe » est difficilement admissible, mais l'ouvrage traite également de « questions essentielles pour tous ceux qui s'intéressent à la géopolitique », notamment en ce qui concerne la « vassalité » et l'identité de l'Europe, qui s'affaiblit en renonçant à ses « racines culturelles »[17].

Le complexe occidental[modifier | modifier le code]

En 1998, il participe, sous la direction d'Alain Griotteray, à la rédaction d'un ouvrage collectif intitulé Une certaine idée de la France. Il y défend l'idée du « patriotisme intégrateur » c'est-à-dire qu'il invite les européens à se déculpabiliser des Croisades, de la colonisation, de l'esclavage, ... afin de pouvoir offrir aux nouvelles populations arrivant sur le sol européen une Histoire en héritage[18]. C'est à cette époque qu'il entame ses activités de chroniqueur, notamment pour Le Figaro et France-Soir[2].

Alexandre del Valle reprend l'idée, développée par Bat Ye'or, d'une « dhimmitude » de l'Occident face à un « islamisme conquérant »[19].

Dans son ouvrage le Complexe occidental, petit traité de déculpabilisation publié en 2014, Alexandre del Valle développe ses idées de 1998. Il y estime que cette « mauvaise conscience » et ce sentiment de culpabilité seraient la principale menace contre les sociétés occidentales[20]. Il estime que l'« européen n’a pas à s’excuser éternellement pour les Croisades, l’Inquisition, la Colonisation ou la Shoah. L’utilisation systématique, obscène même, des drames de la IIe Guerre mondiale pour discréditer les Patriotes européens est devenu tout simplement insupportable. »[21] Il considère que la seule façon d’assurer sa pérennité pour la vieille Europe serait de renouer avec son identité, de se déculpabiliser, de se réconcilier avec son histoire judéo-chrétienne et ses racines dans le cadre d’un monde multipolaire fait de retour des identités et de Realpolitik décomplexée[22]. Il exprime régulièrement son opposition à l'entrée de la Turquie dans l’UE[23]. Ce processus relèverait, selon lui, d'une stratégie menée par certains dirigeants politiques turcs issus du courant islamiste et visant à « subvertir les valeurs occidentales et à pénétrer l'Union européenne pour mieux mettre fin à l'expérience d'essence occidentale et européenne par excellence que fut le kémalisme »[24].

Nouvelle judéophobie[modifier | modifier le code]

En 1999 et 2000, Alexandre del Valle défend dans Le Figaro la communauté juive et Israël, « alors victimes d’une vague de haine sans précédents », et il devient pro-israélien[3]. C'est également à cette époque qu'il épouse Monica Altman, une juive argentine militante de la cause israélienne[3].

Il estime qu'il n'est plus possible aujourd'hui en France de dénoncer la judéophobie d'origine arabo-islamique sans être qualifié d'« agent sioniste » ou de « complice du colonialisme israélien » et d'être catalogué islamophobe ou raciste[25]. Il rappelle que les premières victimes du « totalitarisme islamiste » sont des Musulmans et que les « défenseurs » de la lutte anti-raciste feraient mieux de dénoncer ce « fascime vert » plutôt que d'essayer de « fasciser la communauté juive »[25]. Il estime que devant l'ampleur de l'électorat musulman, « la gauche et l'extrême-gauche, engluées dans leurs idées tiers-mondialistes et anti-sionistes (...) ne veulent pas admettre que le retour du totalitarisme, du racisme et de l'intolérance, passe également et même surtout, actuellement, par le Sud, [et] qu'il est le fait principalement de l'islamisme[25]. »

L'après-11 Septembre[modifier | modifier le code]

Alexandre del Valle, en s'appuyant sur les attentats du 11 septembre 2001, assimile l'islamisme à un « totalitarisme » ou un « fascisme »[26],[27]. Ainsi, dans son ouvrage Le totalitarisme islamiste à l’assaut des démocraties[28], il considère que le terrorisme islamiste sunnite et l’idéologie salafiste à prétention impérialiste qui le sous-tendrait ne sont pas une forme d'intégrisme, un concept qui selon lui mettrait sur un même plan les « trois monothéismes », mais bien une forme de « totalitarisme », à l’instar d’autres idéologies totalitaires « rouges » et « brunes » conquérantes et violentes fondées sur la terreur et le contrôle total de l’homme[29].

Il déplore en conséquence le rejet de la Russie par les pays de l’OTAN, à commencer par les États-Unis [30], et continue de plaider, a contrario, pour un « pan-Occident » réconciliant les anciens ennemis de la Guerre froide face à la menace selon lui principale du « totalitarisme islamiste »[31].

Persécution du christianisme[modifier | modifier le code]

Alexandre del Valle soutient que la religion la plus persécutée est le christianisme. Selon lui, la banalisation de la haine envers les chrétiens et le christianisme dans le monde résulterait de son assimilation à un Occident colonial, dominant, donc à la « religion de l’oppresseur » blanc-européen, voire à l’impérialisme américain[32]. Dans son essai Pourquoi on tue les chrétiens dans le monde aujourd'hui, la nouvelle christianophobie, Alexandre del Valle dénonce les persécutions, voire le « génocide », des chrétiens dans le monde « anti-occidental », essentiellement les pays musulmans, certains États d’Inde et la Corée du Nord[33]. Il assimile ces actes à une forme de « solution finale » des chrétiens, éradication qui participerait d’un anti-occidentalisme radical propre à la montée des indigénistes et des idéologies radicales dans le cadre d’un monde multipolaire de plus en plus désoccidentalisé[34].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Selon Vincent Geisser, il aurait dans sa jeunesse été proche de certains milieux de l'extrême droite européenne néo-païenne[35] liés à la mouvance identitaire[36]. D'après Nicolas Lebourg, « il réussit le tour de force, durant quelques années, de collaborer à la fois avec l'extrême droite catholique intégriste partisane du nationalisme-intégral et les Völkischen néo-païens. Participant aux travaux du G.R.E.C.E., il se joint à l'axe Vial-Faye, comme eux collabore avec le parti de B. Mégret, avec Synergies européennes, et est proche de Réfléchir & Agir »[37]. Ainsi, en 2001, la revue d'extrême gauche REFLEXes juge que del Valle présente un double visage, le décrivant comme « celui qui s’incruste dans la communauté juive et multiplie les gages de bonne conduite politiquement correcte en attaquant les « nazis » et « celui qui continue à écrire dans des revues extrême droitières comme Relève politique » et « continuerait à rencontrer quelques représentants de la droite la plus nazifiante »[21], ce qu'il dément par plusieurs droits de réponses[38],[39].

La même publication écrit qu'à l'IEP d'Aix-en-Provence, « ses fréquentations le poussent à participer aux activités d’Yggdrasill, petite secte païenne ultra-droitière, pour laquelle il écrit quelques articles dans la revue Muninn[21] ». Alexandre del Valle conteste ces accusations, accusant ses détracteurs d’être issus de l’extrême gauche [40] et de livrer une instruction à charge ne mentionnant que ses conférences ou articles accordés dans des milieux néo-païens en éludant ses autres interventions auprès de milieux divers. Dans son premier livre Islamisme et États-Unis paru en 1997, il dénonçait une tendance qui, selon lui, existerait dans les mouvements néo-païens, le GRECE et la nouvelle droite antisémite et islamophile : « Croire que l'ultra monothéisme islamique constitue une solution de rechange au monothéisme judéo-chrétien est une aberration que soutiennent certains intellectuels d'extrême droite se réclamant du « nationalisme européen », de « la nouvelle droite » ou du « néo-paganisme ». »

René Monzat écrit, dans un article paru en avril dans la revue Ras l'front[41], que del Valle aurait initialement exposé ses thèses dans des cercles et conférences de la Nouvelle droite et du GRECE. Lorsque, la même année, Le Monde diplomatique, Le Monde, Politis et Libération reprennent les informations de Ras l'front sur le passé de del Valle[42], ce dernier réfute ces accusations et porte l'affaire devant la justice[43], intentant des procès à tous les journaux qui l'incriminent. Le premier d'une série de procès se solde par un arrêt de la 11e chambre de la Cour d'appel de Paris en février 2005, qui le déboute sur l'accusation de diffamation. Toutefois, la cour ne se prononce pas sur les accusations portées par Ras l'front contre del Valle dont elle n'a pas été saisie[44],[8].

Toujours étudiant à l'IEP d'Aix-En-Provence, Alexandre del Valle fait ensuite un passage au Centre national des indépendants et paysans (CNIP). Au même moment, il suit le mouvement de Philippe de Villiers Combat pour les valeurs, puis le Rassemblement pour la France (RPF) de Villiers et Charles Pasqua, dont il reste proche jusqu'à son adhésion à l'Union pour un mouvement populaire (UMP) en 2002.

Il cofonde, avec son ami Rachid Kaci, La Droite libre, courant libéral-conservateur associé à l'UMP[45].

Le 17 novembre 2002, lors de l'assemblée constituante de l'UMP, Rachid Kaci et lui[n 2] se présentent en tandem à la direction de l'UMP. Ils obtiennent 3,17 %, puis 14 % l'année suivante en liste commune avec Nicolas Dupont-Aignan[2].

En 2006, les journalistes Cécilia Gabizon et Johan Weisz, relevant plusieurs de ses interventions entre 2002 et 2004, indiquent qu'« il suffit de suivre Del Valle pour s'apercevoir qu'il reste lié à la mouvance identitaire »[46].

Critiques[modifier | modifier le code]

Les auteurs du livre OPA sur les juifs de France estiment qu'il demeure lié à la « mouvance identitaire » mais que ses positions « pro-sionistes » n'auraient qu'un angle utilitaire[47]. C'est aussi le thème d'un article du journal Le Monde[48] auquel il répond par une ferme « mise au point »[49].

D'après la journaliste Marika Mathieu, Alexandre Del Valle a tout au long de sa carrière été contesté par des universitaires, qui critiquent notamment son utilisation du terme fascisme, et il est, selon elle, « perçu comme un intellectuel de plateaux qui diffuse des analyses simplistes ». Elle voit en lui une figure emblématique de ce que le sociologue Raymond Boudon nomme « les intellectuels du second marché », comme Bernard-Henri Lévy et Ivan Rioufol, des personnalités médiatiques dont la pensée vise l'opinion et les média, contrairement aux « intellectuels du premier marché », orientés vers l'académique, tels que Alain Finkielkraut et Pierre-André Taguieff. Marika Mathieu cite Nicolas Lebourg, qui reproche aux « intellectuels du second marché » de ne pas maîtriser les « acquis et débats historiographiques sur les objets fascisme, nazisme, totalitarisme, et islamisme »[50].

Au contraire, Lazare Zylbergleitt de Riposte laïque voit en lui un « honnête homme » sur lequel se referme le piège du « politiquement correct » aux côtés de personnalités telles que Éric Zemmour, Gilles-William Goldnadel, Alain Finkielkraut, Pierre-André Taguieff ou Guy Millière[51] : « [l]a presse a réduit ce chercheur à la Droite souverainiste ou la droite dure, mais ses ennemis ou détracteurs auraient tout autant pu désinformer en faisant croire à un Del Valle issu de la Gauche tant il est complexe et inclassable. [Mais] homme libre, il a [en définitive] toujours continué à soutenir les positions politiques patriotiques »[51].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il a soutenu sa thèse le  : L'Occident face à la seconde décolonisation portée par les idéologies islamistes et indigénistes, de la guerre froide à nos jours, sous la direction de Carol Iancu (ro). Voir la notice SUDOC
  2. Comme vice-président.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice de personne : Del Valle, Alexandre (1968-....) », sur bnf.fr, BnF (consulté le 31 octobre 2016)
  2. a, b, c et d Yann Picand, Dominique Dutoit, « Alexandre Del Valle : définition de Alexandre Del Valle et synonymes de Alexandre Del Valle (français) », sur dictionnaire.sensagent.leparisien.fr (consulté le 18 mai 2017)
  3. a, b, c, d, e et f « Mais qui est donc Alexandre del Valle – par Jean-Patrick Grumberg », sur Dreuz.info, (consulté le 18 mai 2017)
  4. « Site officiel : biographie », sur alexandredelvalle.com (consulté le 31 octobre 2016)
  5. a et b « Alexandre del Valle – Le projet totalitaire des monarchies du Golfe – Salut les Terriens (C8) | », sur www.ihsnews.net (consulté le 18 mai 2017)
  6. « Notice professionnelle », sur esc-larochelle.fr, Sup de Co la Rochelle (consulté le 31 octobre 2016)
  7. a et b (en) « Alexandre Del Valle », sur esc-larochelle.fr, Sup de Co la Rochelle (consulté le 31 octobre 2016)
  8. a, b et c Normann L., "Qui est Alexandre del Valle?", 5 mars 2011 (consulté le 26 avril 2016)
  9. « Faculté et Recherche | IPAG », sur www.ipag.fr (consulté le 31 mai 2017)
  10. « Un professeur de l’IPAG parle des relations russo-américaines | IPAG », sur www.ipag.fr (consulté le 31 mai 2017)
  11. a et b « 15 juin Paris – Diner-débat : Alexandre del Valle, Robert Ménard, Xavier Lemoine, Xavier Raufer : « La réalité des Molenbeek français » », Dreuz.info,‎ non daté (lire en ligne)
  12. « DEL VALLE Alexandre , Pôle Culture (Culture générale), Les professeurs, Les professeurs, Le corps professoral, Professeurs Recherche, ESC La Rochelle | Ecole de commerce », sur www.esc-larochelle.fr (consulté le 21 mai 2017)
  13. Comité de rédaction de la revue française de géopolitique Outre Terre - Daedalos Institute.
  14. Alain Wagner, « Vidéo française de l'intervention d'Alexandre Del Valle », sur libertiesalliance.org, (consulté le 30 octobre 2016)
  15. « Alexandre le magnifique ! - Turquie Européenne », sur www.turquieeuropeenne.eu (consulté le 18 mai 2017)
  16. (en) Bat Ye'or, « Review of Islamisme et États-Unis : une Alliance contre l'Europe », sur meforum.org, Middle East Forum, (consulté le 30 octobre 2016)
  17. Denise Artaud, « Alexandre del Valle. Islamisme et Etats-Unis : une alliance contre l'Europe », Politique étrangère, vol. 63, no 4,‎ (lire en ligne)
  18. Causeur.fr, « L’Occident malade de lui-même - Causeur », Causeur,‎ (lire en ligne)
  19. Alexandre del Valle, La "dhimmitude" volontaire de l’Occident face à l’islamisme conquérant, alexandredelvalle.com, 1 mars 2017 (consulté le 25 août 2017.)
  20. Alexandre Devecchio, "Alexandre del Valle : «L'Occident doit cesser de se sentir coupable»", LeFigaro.fr, 19 mai 2014 (consulté le 31 janvier 2016)
  21. a, b et c Portrait Alexandre del Valle - REFLEXes, 29 novembre 2004.
  22. Pascal Lorot, Géoéconomie no. 72 (novembre-décembre 2014), p. 5, Institut Choiseul, en ligne (consulté le 5 mai 2016)
  23. Alexandre del Valle, « Turquie, Union Européenne, États-Unis : Un subtil jeu à trois », revue Politique Internationale, no 126 hiver 2010, (consulté le 31 janvier 2016)
  24. Jean-Michel Demetz, "Pour ou contre la Turquie dans l'Union? ", L'Express, 31 mai 2004, en ligne, (consulté le 27 avril 2016)
  25. a, b et c Alexandre del Valle, La quadrature du cercle Islamophobie, nouvelle judéophobie et reductio ad hitlerum, Outre-Terres, 2003/2.
  26. Racisme anti-arabe : Nouvelle évolution - MRAP, 6 août 2003 [PDF] (consulté le 31 janvier 2016)
  27. Joseph Macé-Scaron, «Nous avons affaire au troisième grand totalitarisme», Le Figaro, 16 octobre 2002.
  28. Propos recueillis à la conférence du 12 septembre 2012, Front Nouveau Belge, (consulté le 31 janvier 2016)
  29. A. Del Valle, "Daesh et la 'stratégie de la sidération' ", La Revue des deux Mondes, décembre 2015 - janvier 2016 (consulté le 3 mai 2015)
  30. Alexandre del Valle, « Le Pentagone abat ses cartes sur son objectif pour l’Europe : empêcher le rapprochement entre Europe et Russie à tout prix », Atlantico.fr, 4 février 2016, en ligne (consulté le 13 août 2016).
  31. Alexandre Devecchio, « Alexandre del Valle : 'L'Occident doit cesser de se sentir coupable' », LeFigaro.fr, 19 mai 2014 (consulté le 13 août 2016).
  32. Alexandre Del Valle, « Les Chrétiens persécutés dans le monde : entre indifférence et complicité», Atlantico.fr, 14 décembre 2012 (consulté le 13 août 2016).
  33. A. Del Valle, « Le terrible sort des chrétiens coptes d'Egypte», FranceSoir.fr, 8 mai 2011 (consulté le 13 août 2016).
  34. Après l'UNI, la Droite libre : Guéant de moins en moins complexé - François Krug, Rue89, 16 février 2012
  35. M. Haddad, « Vincent Geisser, La nouvelle islamophobie », Archives de sciences sociales des religions, (En ligne), 134 | 2006, document 134-37, mis en ligne le 5 septembre 2006, consulté le 16 janvier 2011 ; assr.revues.org lire en ligne.
  36. Cécilia Gabizon, Johan Weisz, OPA sur les juifs de France : enquête sur un exode programmé (2000-2005), Grasset, 2006, pages 83, 87
  37. Nicolas Lebourg, Le Monde vu de la plus extrême droite : du fascisme au nationalisme-révolutionnaire, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, coll. « Études », , 260 p. (ISBN 978-2-35412-075-7, notice BnF no FRBNF42334897, lire en ligne)
  38. Claudine Douillet, « J'en ris ! » Alexandre del Valle répond à ses détracteurs - Jerusalem Post, édition française no 771, 19 juin 2006 (consulté le 26 avril 2016)
  39. A. Del Valle, "Droit de réponse à Marianne", 16 septembre 2006 (consulté le 26 avril 2016)
  40. Lettre d'Alexandre del Valle à Fiammetta Venner, Cercle d'Étude de Réformes Féministes (consulté le 26 avril 2016)
  41. « L'étonnant parcours d'Alexandre del Valle, portraits croisés d'un militant multicartes », Ras l'front no 87, avril 2002
  42. Au nom du combat contre l'antisémitisme - Le Monde diplomatique, décembre 2002
  43. «  Au nom du combat contre l’antisémitisme » : droit de réponse d'Alexandre del Valle - Le Monde diplomatique, mars 2003
  44. Anne Vigerie, "Alexandre Del Valle: Nouveau livre à paraître en mai 2011", Cercle d'Étude de Réformes Féministes, 5 avril 2011 (consulté le avril 2016)
  45. Biographie d'Alexandre del Valle sur Bibliomonde.
  46. Cécilia Gabizon et Johan Weisz, Opa sur les juifs de France : enquête sur un exode programmé (2000-2005), Grasset, , 270 p. (lire en ligne).
  47. Cécilia Gabizon, Johan Weisz, OPA sur les juifs de France : enquête sur un exode programmé (2000-2005), Grasset, 2006, p. 86-87.
  48. Xavier Ternisien, Le danger de l'islamophobie, 11 mai 2002, sur Le Monde (consulté le 15 avril 2016)
  49. Une lettre d'Alexandre Del Valle , 21 juin 2002, sur Le Monde (consulté le 15 avril 2016).
  50. Marika Mathieu, La Droite forte : année zéro : enquête sur les courants d'une droite sans chef, La Martinière, coll. « Essais et Documents », 336 p. (ISBN 9782732459653, lire en ligne).
  51. a et b Portrait d’Alexandre del Valle, un résistant trop souvent traité de « fasciste » par les complices de l’islam, Riposte laïque, 6 décembre 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :