Alexandre Braun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alexandre Braun
Image dans Infobox.
Alexandre Braun revêtu de sa toge d'avocat.
Fonction
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau : Belgique belge
Activités
Autres informations
Parti politique
Archives conservées par

Conrad Alexandre Braun, né à Nivelles le et mort à Bruxelles le [1], est un juriste et homme politique belge.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Alexandre Braun est le fils de Thomas Braun Sr.

Il fait ses études primaires et secondaires au Collège de Nivelles et ses études de droit à Liège.

Il épouse en 1875 Stéphanie Marcq (1857-1944). De ce mariage naissent douze enfants (quatre garçons, huit filles) dont :

Alexandre Braun est le frère du baron Émile Braun, bourgmestre de Gand entre 1895 et 1921.

Il passe souvent ses vacances en Ardenne et particulièrement à Resteigne et Maissin.

Carrière d'avocat[modifier | modifier le code]

  • Docteur en droit de l'Université de Liège.
  • Étudiant boursier aux universités de Berlin et Heidelberg.
  • Membre du Conseil de l'Ordre des avocats de 1889 à 1898 et de 1904 à 1907.
  • Promoteur en 1886, puis président en 1892 de la Fédération des avocats belges.
  • Bâtonnier de l'Ordre des avocats de 1893 à 1895.
  • Plaide et défend les Belges traduits devant le conseil de guerre allemand durant la guerre de 1914-1918 comme membre du Comité de défense gratuit pour la défense des Belges devant les tribunaux de guerre allemands[2].
  • Ancien conseiller juridique de la légation allemande à Bruxelles avec laquelle il rompit le , le lendemain de l'invasion allemande de la Belgique.
  • En 1929, après avoir plaidé en juin le procès de la balustrade de l'Université de Louvain[3], il met un terme à une carrière d'avocat de soixante années.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

  • En 1892, il participe à la fondation de la Ligue Nationale pour le suffrage universel et la représentation proportionnelle. Il en devient un des vice-présidents.
  • Il fonda sous la devise Nova et Vetera à Bruxelles le Cercle Léon XIII, cercle de lectures, de discussions et de conférences.
  • En 1902, il fonda la société Patria, siège de l'Association catholique de Bruxelles qui s'installa successivement impasse du Parc, rue du Parchemin, rue des Ursulines et finalement rue du Marais.
  • Élu au Sénat en sur la liste de l'Association catholique, siégea dans cette assemblée jusqu'en 1929. Il présida la commission de la Justice.

Ses travaux parlementaires ont porté notamment sur :

  • la personnalité civile des Universités de Bruxelles et de Louvain (1911)
  • la Protection de l'enfance (1912)
  • l'exploitation du jeu
  • les droits et devoirs respectifs des époux
  • les associations sans but lucratif (1921)

Une de ses propositions de réforme du régime de la séparation de corps a été déposée en 1905 et a été adoptée en 1927!

Il a été nommé Ministre d'État en 1925.

Autres[modifier | modifier le code]

Théo van Rysselberghe, Les trois sœurs, trois filles du fils Thomas d'Alexandre Braun.

Reconnaissances[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Quinze jours aux Bords du Rhin. Impressions d'un touriste, Liège, Dessain, 1867.
  • L'Âme, ses facultés et ses principales opérations, Liège, Dessain, 1869.
  • Chacun à sa place. Proverbe en un acte, Bruxelles, Parent, 1870.
  • Traité des marques de fabrique et de commerce, Bruxelles 1880
  • Nouveau Traité des marques de fabrique et de commerce Bruxelles et Paris, 1880, 768 p.
  • Des droits des étrangers en Belgique en matière de marques de fabrique et de commerce et de nom commercial. Journal du droit international pr., 1881.
  • avec Th.-M. Hegener et Em. Verhees Traité pratique de droit civil allemand. Bruxelles-Bruylant et Paris-Marescq, 1893.
  • La loi sur la milice du , in: Revue catholique de droit, Louvain, 1902.
  • Les marques de fabrique et de commerce, Thomas Braun, Albert Capitaine, Alexandre Braun, Bruxelles, Bruylant et Paris, Librairie générale de Droit et de Jurisprudence, 1908.
  • Succession de S. M. Léopold II. Plaidoirie pour le baron Auguste Goffinet, Bruxelles, 1911,
  • Étude sur la garantie du vendeur en matière d'objets d'art
  • Étude sur la responsabilité civile en cas d'accident
  • Pages intimes 1914-1918, recueil de poèmes, Vromant, Bruxelles, 1918.
  • Pages intimes , recueil de poèmes, Vromant, Bruxelles, 1927.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Victor Bonnevie. La défense des Belges devant les tribunaux de guerre allemands, Bruxelles Lebègue, 1919. 32 pp. (cité pp.11,33,41)
  • « La gens Braun » dans Forum revue de l'ordre français du Barreau de Bruxelles, no 191 du , pp

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre Braun, in memoriam, Larcier, Bruxelles, 1935.
  2. Avec Victor Bonnevie, Sadi Kirschen, Alfred Dorff, Thomas Braun, Louis Braffort et Meganck.
  3. Pour défendre le droit de L'Université de Louvain contre celui de l'architecte Whitney Warren. Procès plaidé avec ses confrères Veldekens et Nyssens contre les autres ténors Edouard Huysmans, Jules Destrée et Wauvermans. Bis diruta bis restituta. Contribution à l’histoire de la bibliothèque de Louvain. Scrinium Lovaniense. Mélanges historiques Étienne Van Cauwelaert. Presses Universitaires de Louvain. 1961. Page 26 et suivantes.
  4. voir Théo van Rysselberghe : monographie et catalogue raisonné par Ronald Feltkamp les mentions de portraits de Ida Braun (1901), de Marguerite van Mons (1899), de Françoise Braun (1900), d'Alexandre Braun (1907), d'Antoine Braun (1901), e.a., Lannoo, 2003.
  5. Van Schoute, R., « Historique », dans Lefrancq, J., Vilquin-Van Straeten, M., et Goyens de Heusch, S. (eds), Institut supérieur d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de Bruxelles 1903-2003 – Centième anniversaire. Bruxelles, 2003, p. 9.