Alexandre Besredka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandre Besredka
Alexandre Besredka.jpg
Alexandre Besredka
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Père
Elimelekh Wechsler-Besredka (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Maître
Directeur de thèse

Alexandre Mikhalovich Besredka est un médecin et biologiste français, d'origine russe, né à Odessa (Ukraine, Russie), le et décédé à Paris le .

Besredka a fait l'essentiel de sa carrière à l'Institut Pasteur. Il est le premier à avoir démontré, dès le début du XXe siècle, les effets de la désensibilisation dans les cas d'allergie. La méthode qu'il a utilisée et qui consiste à injecter de manière répétée des doses de produit allergisant insuffisantes pour déclencher une allergie, mais suffisantes pour que l'individu se désensibilise progressivement, est connue sous le terme de « méthode Besredka ». Besredka avait utilisé pour sa démonstration un cobaye auquel il avait injecté un sérum de cheval.

Il propose une vaccinothérapie de la fièvre typhoïde par un virus-vaccin sensibilisé antityphique.


Suggestion de modifications à confier à l'auteur de cet article :

Il a eu une importante activité dans la bactériologie et est un des précurseurs de la phagothérapie, toujours pratiquée en Géorgie, Pologne et Russie avec succès. Cela après le français Félix d'Herelle connu comme en étant l'inventeur. Il lutta, inspiré par son maître Metchnikov, longtemps en pure perte, contre Fleming et ses antibiotiques et contre les sulfamides avec son Antivirus.

Il eut bien d'autres résultats et influences. L'article est un peu succinct net mériterait d'être complété.

La phagothérapie reviendra sans doute au premier plan, par nécessité, dans le monde occidental. Ne pouvant faire l'objet de brevets, elle n'intéresse guère, et sa validation coûterait chère, sans rapporter autre chose que de guérir.


Fleming et l'antivirus de Besredka : Milton Wainwright, "Besredka's « antivirus » in relation to Fleming's initial views on the nature of penicillin", in Med. History, 34, n° 1, 1990[modifier | modifier le code]

[compte-rendu][modifier | modifier le code]

Coignerai-Devillers Lucie

Revue d'Histoire de la Pharmacie Année 1990 287 pp. 483-484

Liens externes[modifier | modifier le code]