Alexandre Barbera-Ivanoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbera (homonymie) et Ivanoff.
Alexandre barbera-Ivanoff
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance

Flag of France.svg Paris, France
Nationalité
Activité
Maître

Alexandre Barbera-Ivanoff est un artiste peintre français né à Paris, France, en 1973.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Alexandre Barberà-Ivanoff est petit-fils du peintre Serge Ivanoff, d'origine russe par sa mère (Elisabeth Ivanoff) et espagnole par son père (Vicente Barbera, danseur au Moulin Rouge).

Il étudie la peinture dès l’âge de 12 ans, auprès des peintres Christian Welter, puis Gérard Di-Maccio et Jean Bertholle. Il est copiste au Louvre, avant d'officier au Service National comme peintre de l’Armée de Terre.

En 2001, il effectue des fresques au Palais du Roi Mohammed VI à Marrakech, Maroc.

Il est surtout connu pour ses portraits corsaires, notamment celui qu'il réalise en 2006, représentant Jean-Marie Le Pen[1], collectionneur et parrain de Barbera-Ivanoff, baptisé en 2008 par l'abbé Guillaume de Tanoüarn.

De 2005 à 2007, nombre de ses toiles sont exposées à Saint-Malo, à l'Hôtel d'Asfeld, au Fort national, ainsi qu'aux casinos de Saint-Malo et de Dinard.

Le 9 septembre 2005, Alexandre Barberà-Ivanoff rend public son Manifeste sur L’Essentialisme Artistique.

Ses principales œuvres ont été exposées en mars 2008 à la Maison Consulaire de Saint-Leu-la-Forêt, et en juin 2010 au Parlement européen de Strasbourg[2].

Au printemps 2015, Barbera-Ivanoff participe, en Italie et avec 4 autres peintres européens, à l'élaboration des 25 tableaux qui sont exposés de manière permanente au centre ville de Cosenza[3]. Ces 25 grands tableaux ( de 2 x 3 mètres) représentent les différentes périodes de l'histoire de la ville.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Illustrations de livres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. ARTE TV La carte blanche de Jean-Marie Le Pen
  2. Marcelo Wesfreid, « Eurodéputés, la politique à la strasbourgeoise », L'Express,‎ (lire en ligne)
  3. (it+en) « MUSEO STORICO ALL'APERTO » (consulté le 18 janvier 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]