Alexandre Allard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Allard.
Alexandre Allard
Alexandre Allard.jpg
Biographie
Naissance
Nationalités
Activité
Autres informations
Domaine
créativité et immobilier

Alexandre Allard, né le à Washington aux États-Unis, est un entrepreneur français connu notamment pour la création et la vente de ConsoData[1] et la réhabilitation du Royal Monceau à Paris. Depuis 2011, il développe un projet immobilier et culturel à São Paulo, au Brésil [2].

Enfance[modifier | modifier le code]

Fils aîné d'une famille de trois enfants, son père est ingénieur en travaux public et sa mère est professeur de mathématiques. Il a grandi dans les quartiers d’Abidjan en Côte d’Ivoire jusqu'à l’âge de 15 ans. Il arrive en France en 1984 et devient pensionnaire à l’école St Martin de France jusqu'à l'obtention du baccalauréat[3].

Débuts[modifier | modifier le code]

Entreprises et nouvelles technologies[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu le baccalauréat, il commence ses premières activités entrepreneuriales dans le secteur des nouvelles technologies et établit ses bureaux dans une ancienne boucherie à Puteaux. Il développe SeaWay Promer Sarl en 1987, entreprise de Publication Assistée par Ordinateur (PAO) avec son cousin Pierre-Yves Gires.

En 1991, il crée PSCHITT avec Laurent Tordjman, précurseur dans la gravure numérique. Il remportera à deux reprises, le prix de l'association Jacques Douce des jeunes entrepreneurs (prix attribué aux personnalités du monde de l'entreprise âgées de moins de 30 ans) pour ses initiatives en 1990 et 1992.

Il développe par la suite la société Diacom SA en 1991 avec Gérard Bonvicini et Luis Borges Quina, spécialisée dans la conception de base de données et de systèmes de collectes d’information. Il lance avec Jacques Séguéla, Mondher Abdenader et Franck Tapiro les Infomercials[4]. Ces publicités comptant des acteurs tels que Daniel Gélin, Christophe Malavoy ou Eric Cantona permettent de capter l’attention d'un large public et de séduire les chaines de télévision. Diacom SA devient ainsi le prestataire des annonceurs de groupes publicitaires tels que RSCG et de leurs clients tels que BMW, L’Oreal, Danone, Procter & Gamble. La campagne Phillips créée par Diacom SA remportera notamment le grand prix Effie[4] de l’efficacité publicitaire en 1995.

Consodata[modifier | modifier le code]

En 1994, alors que le marketing individuel prend le pas sur la publicité, il rencontre Marc Hénon. Ensemble, ils créent une base de données mutualisée, partagée par l’ensemble des annonceurs. Alexandre Allard vend ses autres entreprises pour se consacrer à son développement mondial. En cinq ans, Consodata devient le leader sur le marché des fichiers de consommateurs et la plus grande base de données au monde avec 580 millions de foyers et plus de 10000 clients. Elle sera introduite au nouveau marché de la bourse de Paris en 1999. En 2000, Consodata est acquise par le groupe Telecom Italia pour 500 millions d'euros[5].    

Mondes des affaires et créativité[modifier | modifier le code]

À partir des années 2000, Alexandre Allard se consacre à des projets de réhabilitation immobilière ayant une forte dimension culturelle.

Qianmen[modifier | modifier le code]

Alexandre Allard développe des opérations à Paris, en Espagne, à Rome, à Londres, à Miami, au Maroc, rénovant de bâtiments historiques pour se lancer en 2004 dans un projet de réhabilitation de Qianmen, quartier situé dans le centre historique de Pékin[6]. En 2006, associé à l'architecte Christophe Dorey dans ce projet de réhabilitation, il obtient par la ville de Pékin, que le quartier soit protégé et classé au patrimoine culturel.

Le Royal Monceau[modifier | modifier le code]

Après sa tentative échouée en 2006 d’acquérir le centre de conférence du ministère des affaires étrangères pour 368 000 000 , Alexandre Allard devient président de la SA Royal Monceau en juin 2007, moyennant 200 000 euros[7], l'hôtel étant alors confronté à de grandes difficultés. La rénovation est inaugurée par une vente aux enchères du mobilier du palace, pilotée par Pierre Cornette de Saint Cyr, qui rapporte 3,3 millions d'euros[8].

Demolition party[modifier | modifier le code]

Le 26 juin 2008 il réunit au sein d'un évènement artistique des invités célèbres au Royal Monceau. Munis de casques de chantier et de marteaux, les invités démolissent les chambres et les salles de l’hôtel[9],[10].La performance est accompagnée par 20 artistes dont André, Chen Man, Wang du, Arne Quinze, Jean Baptiste Mondino, Roberto Cabot, Xavier Veilhan, Philippe Perrin, Adel Abdessemed, John Nollet ou Olympia Scary. L'événement remportera le prix Lions Cannes et le grand prix Stratégies du meilleur événement 2008[11].

La renaissance du Royal Monceau[modifier | modifier le code]

Alexandre Allard fait appel au designer Philippe Starck pour redéfinir l'esprit du lieu[12]. L' hôtel rouvert en 2010, reçoit les acclamations des critiques : élu meilleur hôtel d’Europe, meilleur spa, meilleur restaurant, selon les guides de tourisme Michelin, CondeNast Traveler, Palace, Virtuoso et Forbes[13],[14],[15].

L'Hôtel de la Marine[modifier | modifier le code]

Avec Jean Nouvel et Renaud Donnedieu de Vabres, il propose un projet pour l'Hôtel de la Marine dans le cadre d'un appel à projet lancé par l'État[16]. Occupé par l'État-major de la Marine, ce monument sera en effet laissé vacant par le Ministère de la Défense, qui doit regrouper ses activités dans le nouveau "Pentagone à la française", quartier Balard. La candidature est officiellement déposée en janvier 2011. Le projet porte le nom de code "La Royale"[16]. Selon ses concepteurs, ce projet veut faire de l'Hôtel de la Marine un espace ouvert, consacré à l'art et à l'artisanat d'art [17] pour promouvoir la création et accueillir mécènes et artistes. Soutenus par l’Association nationale des Maîtres d’art et celle des Grands Ateliers de France, le monument accueillerait également le haut artisanat. "Dans les deux cours ouvrant sur la rue Royale, on peut rassembler 150 métiers d'art " déclarait alors Alexandre Allard[16]. Les salons d'apparat et les cours, ouverts au public, auraient accueillis des expositions temporaires. Le projet se heurte néanmoins à de vives réticences, qui tiennent au caractère historique du monument, malgré l'engagement affiché de le restaurer intégralement. Malgré une lettre ouverte soutenant le projet publiée dans Le Monde de 181 personnalités du monde de la création[18] dont Johnny Hallyday, Daniel Buren, Yannick Noah ou le navigateur Olivier de Kersauson, la commission remet le 19 septembre 2011 un rapport préconisant le maintien de l'occupation administrative du monument et la dévolution des salons historiques donnant sur la place de la Concorde au Musée du Louvre [19].

Cidade Matarazzo[modifier | modifier le code]

Groupe Allard acquiert l'ancien Hôpital Umberto Primo, connu sous le nom de l'hôpital Matarazzo en 2011. Témoignage de l’influence architecturale et culturelle de la communauté italienne, lieu de naissance d’un demi-million de paulistes, le corps bâti au milieu des trois hectares de végétation de la forêt Mata Atlantica, à 200 mètres de son artère principale, l'Avenida Paulista, est l’un des monuments historiques les plus célèbres de São Paulo. Il fait actuellement l'objet de grands travaux de restauration. Cidade Matarazzo rouvrira ses portes dans le courant de l'année 2019[20]. La tour attenante aux édifices classés de l'ancien hôpital Umberto I, est signée par l'architecte Jean Nouvel. Elle a été conçue comme un hommage à la Forêt atlantique qui épouse l’essentiel de la côte brésilienne. Le projet de Jean Nouvel  est un « bâtiment-paysage » qui se nourrit de la végétation luxuriante locale, ses fleurs, ses buissons et ses arbres.

« Le parc de Matarazzo est un vestige. Plus qu’un vestige, je dirais que c’est une oasis. C’est l’endroit d’un urbanisme paisible. Un espace aux arbres incroyables, entre figuiers et magnolias. L’hôpital situé au milieu de la parcelle est une sorte de mini-ville, très bien organisée autour de patios. Ce petit diamant est entouré d’une ville chaotique. Ce qui est le plus important pour moi est de travailler avec la mémoire du lieu », explique Jean Nouvel à propos de son premier projet en construction. « La tour résulte de l’analyse du contexte singulier de la location et du désir de créer une alliance fertile entre l’héritage architectural  Matarazzo et la modernité ». Mr. Philippe Starck, directeur artistique du complexe Matarazzo, dit, à propos de l'ancien hôpital qui a vu naître plus de cinq cent mille Paulistes, que ce "projet va réussir à capturer la renaissance de Sao Paulo"[21].

Made by...Feito por Brasileiros[modifier | modifier le code]

Présentée comme une préfiguration de l'esprit de Cidade Matarazzo, une "Invasion créative" conçue par Alexandre Allard a invité 100 artistes Brésiliens et internationaux en septembre et octobre 2014 à venir envahir l'ancien hôpital. Plus de 120 installations, vidéos, peintures et sculptures occupent les espaces intérieurs et extérieurs de l'hôpital lors d'une performance conçue pour célébrer l'énergie et la diversité de la scène artistique contemporaine du Brésil[22]. Parmi les artistes présents figuraient Kenny Scharf, Beatriz Milhazes, Vik Muniz, Xavier Veilhan, Jean-Michel Othoniel et Joana Vasconcelos. L'association des critiques d'Arts de la ville, APCA a récompensé Made by...Feito por Brasileiros du prix du meilleur évènement culturel de 2014 [23].

Balmain[modifier | modifier le code]

À partir de 2005, Alexandre Allard crée des entreprises ayant pour vocation de fédérer et valoriser les métiers créatifs. Il devient actionnaire de la maison de couture Balmain en 2005 [24] et accompagne Alain Hivelin dans la renaissance de la maison[25].

Faith Connexion[modifier | modifier le code]

En 2009, Alexandre Allard rachète la marque parisienne de prêt-à-porter Faith Connexion. Entouré d'une nouvelle équipe de stylistes, la marque développe des collaborations avec l'actrice américaine Annabelle Dexter Jones en 2012 et une collection capsule avec le mannequin brésilien Isabeli Fontana en 2013. À partir de 2014 la marque agrandit son équipe de création et crée parallèlement une ligne masculine[26]. En 2014, Faith Connexion lance un nouveau modèle économique baptisé Circle of Faith, visant à équilibrer la répartition économique entre la marque[27] et les enseignes qui la représentent ainsi qu'à promouvoir des jeunes talents[28]. Faith Connexion a présenté son premier défilé à Paris le 2 mars 2017 à Paris.[29]

Autres réalisations[modifier | modifier le code]

À partir des années 2000, Alexandre Allard développe des projets qui s'inscrivent dans une démarche de responsabilité sociale ainsi que des partenariats culturels.

L'Architecture d'Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Tombée en déshérence au début des années 2000, Alexandre Allard intervient aux côtés de Jean Nouvel et François Fontès pour racheter la revue L'Architecture d'Aujourd'hui en 2009. Alexandre Allard travaille au lancement de la nouvelle formule qui reprend sa périodicité traditionnelle dès le mois de septembre 2009 [30]. Il est depuis le propriétaire et le directeur de la revue créée dans les années 1930 par l'architecte André Bloc. Réunissant des architectes français et Internationaux au sein de son comité de rédaction, L'Architecture d'Aujourd'hui est un espace de dialogue et de débats liés aux sujets tels que la construction, l'aménagement des villes, le développement durable, etc. 

MicroWorld[modifier | modifier le code]

Membre du Conseil d'Administration du Groupe PlaNet Finance, Alexandre Allard lance en 2010 une plateforme de microcrédit [31]destinée aux micro-entrepreneurs, MicroWorld[32]. Il est le co-président de MicroWorld depuis 2010 [33]. En 2017, MicroWold fusionne avec Babyloan et réunit 70 000 membres, l'une des plus importantes communautés parmi les sites de financement participatif français[34]. Devenue la seconde plateforme mondiale de Microcrédit, Babyloan et MicroWorld prétendent passer le cap des 100.000 projets financés en 2018. Les principaux actionnaires de MicroWorld (dont Alexandre Allard et le groupe Positive Planet) intègrent la gouvernance de Babyloan : son fondateur, Arnaud Poissonnier, en conserve la présidence.[35]

Partenariats culturels[modifier | modifier le code]

Fondé et dirigé par Alexandre Allard depuis 2009, le Groupe Allard a parrainé les expositions de Jean-Michel Basquiat au Musée d'Art Moderne de Paris (2010), Veilhan Versailles au Château de Versailles (2009)[36] et Miró En son Jardin à la Fondation Maeght de Saint-Paul de Vence (2009).

Titres et récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1990 - Prix Jacques Douce jeunes entrepreneurs de moins de 30 ans
  • 1992 - Prix Jacques Douce jeunes entrepreneurs de moins de 30 ans
  • 1996 - Prix Oracle du meilleur développeur pour Consodata
  • 2008 - Prix Lions Cannes du meilleur événement pour la Demolition Party - Royal Monceau
  • 2009 - Grand Prix Stratégies du meilleur événement pour la Demolition Party - Royal Monceau
  • 2014 - Prix APCA du meilleur événement culturel pour Made by...Feito por Brasileiros[37]- Cidade Matarazzo-Sao Paulo, Brésil

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre Allard, le retour destructeur d'un expatrié
  2. "http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2014/09/15/03015-20140915ARTFIG00112-matarazzo-l-esprit-francais-de-la-cite.php"
  3. « Flibustier culturel » (consulté le 11 septembre 2015)
  4. a et b « Philips met le paquet sur l'infomercial. Première dimanche de cette pub grand format qui démarche le téléspectateur. » (consulté le 4 septembre 2015)
  5. 01net, « Seat achète Consodata pour 633 millions d'euros » (consulté le 4 septembre 2015)
  6. « Le Luxe français au cœur de Pékin » (consulté le 4 septembre 2015)
  7. Alexandre Allard Royal ennui, Le Monde, 3 juillet 2008
  8. « Révolution de palace au Royal Monceau », sur lesechos.fr (consulté le 9 septembre 2015)
  9. IstoeGente.com.br, « ISTOÉ Gente :: Petit comité no Royal Monceau - Jantar de pré-inauguração do hotel-palácio de Paris reformado por Philippe Starck reúne de Andréa e Charlote Dellal a Julie Depardieu :: Celebridades », sur www.terra.com.br (consulté le 4 septembre 2015)
  10. « Um novíssimo hotel très chic em Paris por Donata Meirelles », sur Leblog (consulté le 4 septembre 2015)
  11. « Grands Prix Stratégies » (consulté le 9 septembre 2015)
  12. « Le Royal Monceau réinventé par Starck » (consulté le 9 septembre 2015)
  13. « Restaurant italien étoilé Michelin à Paris - Il Carpaccio au Royal Monceau », sur www.leroyalmonceau.com (consulté le 4 septembre 2015)
  14. « Reviews, Awards and Accolades - Le Royal Monceau Raffles Paris », sur www.leroyalmonceau.com (consulté le 4 septembre 2015)
  15. « La Cuisine au Royal Monceau », sur MICHELIN Restaurants (consulté le 4 septembre 2015)
  16. a, b et c Trésor d'État, l'hôtel de la Marine, à Paris, est à louer meublé, au plus offrant
  17. Hôtel de La Marine : Allard défend La Royale, Les Echos, 28 juin 2011
  18. Contre les partisans de l'immobilisme, osons un projet créatif à l'hôtel de la Marine, Le Monde, 15 septembre 2011
  19. Hôtel de la Marine, Giscard d'Estaing coupe la poire en deux, Le Figaro, 20 septembre 2011
  20. « Matarazzo, l'esprit français de la cité », sur www.lefigaro.fr,
  21. (en) « Brazilian Hospital complex gets a Luxury Makeover », sur https://www.wsj.com,
  22. Judith Behamou-Huet, « Art en fête », sur Les Echos,
  23. (pt) « L'exposition Made by...Feito por Brasileiros gagne le prix APCA », sur Vogue Brésil,
  24. « Alexandre Allard, l'homme qui veut conquérir l'hôtel de la Marine »
  25. « Alexandre Allard, l'homme pressé du luxe parisien – Entreprendre.fr », sur www.entreprendre.fr (consulté le 11 septembre 2015)
  26. « Faith Connexion Resort 2016 Fashion Show », sur Vogue (consulté le 22 octobre 2015)
  27. Dominique Chapuis, « Un modèle pour sauver les magasins multimarques », sur Les Echos,
  28. Bruna Basini, « Casser les codes », Le Journal du Dimanche,‎
  29. « Défilé Faith Connexion prêt-à-porter femme automne-hiver 2017 », sur vogue.fr, nil
  30. « "L'Architecture d'aujourd'hui" : renaissance d'une revue », sur Le Monde.fr (consulté le 11 septembre 2015)
  31. « MicroWorld : un modèle d'entreprise sociale pour lutter contre la pauvreté - Positive Economy » (consulté le 25 septembre 2015)
  32. « Microcredit effectively for micro-entrepreneurs », sur www.microworld.org (consulté le 9 septembre 2015)
  33. « Forum de l'économie Positive », sur http://positiveeconomy.co/fr/reseau-economie-positive/,
  34. « Babyloan et Microworld fusionnent », sur Le Figaro, (consulté le 24 juillet 2017)
  35. « MicroWorld et Babyloan s'allient pour peser sur la microfinance solidaire. », sur Les Echos.fr, (consulté le 24 juillet 2017)
  36. « La recette de Xavier Veilhan pour occuper le château de Versailles », sur Lemonde.fr,
  37. « Exposição Made By...Feito por Brasileiros ganha prêmio APCA 2014 »