Alexandra Tolstoï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandra Tolstoï
Alexandra Lvovna Tolstaya.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
Valley Cottage (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Novo-Diveevo Russian Orthodox Cemetery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Père
Mère
Fratrie
Lev Lʹvovič Tolstoj (en)
Maria Lvovna Tolstaïa (d)
Serge Tolstoï (en)
Ilya Tolstoï (en)
Tatiana Sukhotina-TolstoïVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Genres artistiques

La Comtesse Alexandra (Sasha) Lvovna Tolstoï (russe : Александра Львовна Толстая ; [1]) était la plus jeune fille et la secrétaire du célèbre romancier russe Léon Tolstoï[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandra Tolstoï née à Iasnaïa Poliana dans le Gouvernement de Toula en 1884, cadette des enfants de Léon et Sophie Tolstoï[2].

Au début de la Première Guerre mondiale, elle est diplômée en soins infirmiers et se porte volontaire pour servir sur le front russe lors de la campagne du Caucase. Pour son service dans l'armée, elle reçoit la médaille de Saint-Georges de 3e et 4e classe[3].

En 1920, elle est arrêtée par les Bolcheviks durant la Guerre civile russe pour avoir créé un centre de réunion dans son appartement. Elle se défend, disant qu'elle n'a fait qu'installer un samovar pour ses visiteurs[4]. Le poète Alexander Chirjakov y fait référence dans l'un de ses poèmes[5] : « Éteignez votre fièvre civique dans un pays où une fille audacieuse fut plongée dans un cachot étroit pour avoir sorti un samovar »

Elle est condamnée à trois ans d'emprisonnement dans le monastère Novospasski à Moscou mais, grâce aux pétitions des habitants de sa ville natale[Laquelle ?], elle est libérée en 1921 et devient directrice du musée Tolstoï de la ville[Laquelle ?][4].

En 1924, elle est accusée dans la presse de mal gérer les affaires du musée, ce qui la pousse à quitter l'URSS en 1929, d'abord pour le Japon, avant de s'installer aux États-Unis, où elle crée la fondation Tolstoï pour venir en aide aux réfugiés soviétiques. Elle devient citoyenne américaine en 1941[6]. Dans les années suivante, grâce à sa fondation, elle aide de nombreux soviétiques à immigrer aux États-Unis, notamment Vladimir Nabokov[7].

A partir de 1952, elle dirige le conseil d'administration de la Chekhov Publishing House of the East European Fund fondée à New York[8],[9].

En 1956, lors de la répression par les soviétiques de l'Insurrection de Budapest, elle prononce un discours lors d'un rassemblement de soutien aux Hongrois, depuis le Madison Square Garden, dans lequel elle dénonce la décision des autorités russes[10].

Elle meurt le à Valley Cottage (New York) à l'âge de 95 ans.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) « Александра Львовна Толстая / Лев Толстой », sur tolstoy.ru (consulté le 13 juillet 2018)
  2. a et b « The Tolstoys »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 28 mars 2013)
  3. (ru) Незабытые могилы. Российское зарубежье: некрологи 1917—2001, Moscou, Maison de Pachkov,‎ (ISBN 5-7510-0345-4)
  4. a et b « Александра Львовна Толстая », sur lib.1september.ru (consulté le 13 juillet 2018)
  5. http://mag.russ.ru/zvezda/2009/11/se9.html
  6. Deseret News, 2 juillet 1974 p. 2A.
  7. « Untitled Document », sur lida.deil.ru (consulté le 13 juillet 2018)
  8. http://elibrary.ru/item.asp?id=12846344
  9. « Журнал «Библиотечное дело» - Архив журналов - № 3 (141)'11 - Зарубежные библиотеки: стратегия развития », sur www.bibliograf.ru (consulté le 13 juillet 2018)
  10. (ru) D. Sosin, Des étincelles de liberté (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rayfield, Donald, Staline and His Hangmen, Random House, 2004, (ISBN 0-375-75771-6).