Alexandra Goujon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goujon.
Alexandra Goujon
Portrait de Alexandra Goujon
Biographie
Naissance (46 ans)
Nationalité Drapeau de la France française
Thématique
Formation Paris-1, Sciences Po Paris
Titres doctorat en science politique
Profession PolitologueVoir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Institut d'études politiques de ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Travaux La transition démocratique en Europe de l'Est

Alexandra Goujon, née en 1972, est une politologue française spécialiste des pays d'Europe de l'Est et en particulier de la Biélorussie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études en administration économique et sociale à Tours et à Paris-1, elle obtient en 1994 une maîtrise de science politique (toujours à Paris-1), puis - après une année universitaire à Irkoutsk en 1994-1995 - en 1996 un DEA à l'Institut d'études politiques de Paris (études comparées sur la transition démocratique en Europe de l'Est)[1].

Elle soutient en 2001 sa thèse de doctorat en science politique rédigée sous la direction de Dominique Colas : Nationalisme et démocratie à la fin de l'URSS - Les fronts populaires d'Ukraine et de Biélorussie (1988-1991)[1].

Alexandra Goujon est maître de conférence à l'université de Bourgogne[2],[1]. Elle enseigne entre autres : Europe et ses institutions, Études des Partis Politiques, Analyses des politiques nationales. Elle enseigne également à l'Institut d'études politiques de Paris (à Paris et à Dijon)[3],[4],[5],[6].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Pour l'universitaire Anna Colin Lebedev, l'ouvrage d'Alexandra Goujon, Révolutions politiques et identitaires en Ukraine et Biélorussie donne « une présentation complète et précise de l’évolution institutionnelle et politique de l’Ukraine et de la Biélorussie à partir des dernières années de l’URSS ». Elle compare notamment l'évolution politique des deux pays, frontaliers et culturellement proches[7]. L'universitaire lituanien Andrei Stsiapanau indique qu'Alexandra Goujon utilise des ouvrages sur l’URSS et ses satellites de grandes importances et ce pour des périodes peu abordées par les chercheurs[8],[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Le « loukachisme » ou le populisme autoritaire (Politique et société, 2002)[12]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Notice biographique sur le site de l'Institut d'études politiques de Paris
  2. http://credespo.u-bourgogne.fr/equipe/sciences-politiques/87-goujon-alexandra.html
  3. [1], France Culture
  4. [2], RTL
  5. [3], France Inter
  6. Le recours à la force en Ukraine n'est pas une surprise, La Croix
  7. Anna Colin Lebedev, « Alexandra Goujon, Révolutions politiques et identitaires en Ukraine et Biélorussie (1998-2008) », Cahiers du monde russe, vol. 50, no 4,‎ , p. 899-902 (lire en ligne).
  8. Andrei Stsiapanau, « Révolution politiques et identitaires en Ukraine et Biélorussie », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 42, no 01,‎ , p. 238 - 254 (lire en ligne).
  9. « Alexandra Goujon «En Ukraine et ailleurs, le séparatisme est l’instrument de la politique russe» », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 janvier 2018).
  10. http://www.alternatives-internationales.fr/revolutions-politiques-et-identitaires-en-ukraine-et-bielorussie--1988-2008-_fr_art_882_46152.html
  11. Revue des livres, volume 42, mars 2011 Soulignons à cet égard que l'ouvrage d'Alexandra Goujon représente incontestablement l'une des rares recherches comparatives sur les pays postsoviétiques publiées en français : elle réanime et réintroduit la problématique des pays postsoviétiques dans la littérature scientifique française. En somme cette publication ouvre une « fenêtre d'opportunité » qui invite les étudiants et les chercheurs à relancer le débat scientifique.
  12. http://www.erudit.org/revue/ps/2002/v21/n2/000478ar.html

Liens externes[modifier | modifier le code]