Alexandra Goujon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alexandra Goujon, née le , est une politologue française spécialiste des pays d'Europe de l'Est et en particulier de la Biélorussie et de l'Ukraine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études en administration économique et sociale à l'université de Tours et à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, elle obtient en 1994 une maîtrise de science politique (toujours à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne) puis en 1996, après une année universitaire à Irkoutsk en 1994-1995, un DEA à l'Institut d'études politiques de Paris (études comparées sur la transition démocratique en Europe de l'Est)[1].

Elle soutient en 2001 sa thèse de doctorat en science politique rédigée sous la direction de Dominique Colas : Nationalisme et démocratie à la fin de l'URSS : les fronts populaires d'Ukraine et de Biélorussie (1988-1991)[1].

Alexandra Goujon est maîtresse de conférences à l'université de Bourgogne[1],[2]. Elle assure entre autres les cours consacrés à l'Europe et ses institutions, aux études des partis politiques et aux analyses des politiques nationales.

Elle enseigne également à l'Institut d'études politiques de Paris (campus de Paris et de Dijon)[3],[4],[5],[6].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Pour l'universitaire Anna Colin Lebedev, l'ouvrage d'Alexandra Goujon, Révolutions politiques et identitaires en Ukraine et Biélorussie donne « une présentation complète et précise de l’évolution institutionnelle et politique de l’Ukraine et de la Biélorussie à partir des dernières années de l’URSS ». Elle compare notamment l'évolution politique des deux pays, frontaliers et culturellement proches[7]. L'universitaire lituanien Andrei Stsiapanau indique qu'Alexandra Goujon utilise des ouvrages sur l’URSS et ses satellites de grandes importances et ce pour des périodes peu abordées par les chercheurs[8],[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Le “loukachisme” ou Le populisme autoritaire », in Politique et société, 2002[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Notice biographique sur le site de l'Institut d'études politiques de Paris.
  2. « Alexandra Goujon », site du Centre de recherche et d'étude en droit et science politique (CREDESPO) de l'université de Bourgogne.
  3. « Alexandra Goujon », France Culture.
  4. « Alexandra Goujon », France Inter.
  5. « Le recours à la force en Ukraine n'est pas une surprise », La Croix, 10 décembre 2013.
  6. « Alexandra Goujon, politologue spécialiste de l'Ukraine : “Je crois qu'il faut craindre le pire” », RTL, 19 février 2014.
  7. Anna Colin Lebedev, « Alexandra Goujon, Révolutions politiques et identitaires en Ukraine et Biélorussie (1998-2008) », Cahiers du monde russe, vol. 50, no 4,‎ , p. 899-902 (lire en ligne).
  8. Andrei Stsiapanau, « Révolution politiques et identitaires en Ukraine et Biélorussie », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 42, no 01,‎ , p. 238 - 254 (lire en ligne).
  9. « Alexandra Goujon. “En Ukraine et ailleurs, le séparatisme est l’instrument de la politique russe” », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « Révolutions politiques et identitaires en Ukraine et Biélorussie (1988-2008) par Alexandra Goujon. Belin (268 p., 29 euros). », Alternatives économiques.
  11. Andrei Stsiapanau/Stépanov, « Alexandra Goujon, Révolution politiques et identitaires en Ukraine et Biélorussie, Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles, 2010, 226 pages. » (Revue d'études comparatives Est-Ouest, volume 42, , p. 237-254) : « Soulignons à cet égard que l'ouvrage d'Alexandra Goujon représente incontestablement l'une des rares recherches comparatives sur les pays postsoviétiques publiées en français : elle réanime et réintroduit la problématique des pays postsoviétiques dans la littérature scientifique française. En somme cette publication ouvre une “fenêtre d'opportunité” qui invite les étudiants et les chercheurs à relancer le débat scientifique. »
  12. Goujon, Alexandra, « Le “loukachisme” ou le populisme autoritaire en Biélorussie – Politique et Sociétés », Politique et Sociétés, vol. 21, no 2,‎ , p. 29-50 (ISSN 1703-8480, DOI https://doi.org/10.7202/000478ar, lire en ligne, consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]