Alexander Sandor Asboth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexander Asboth
ASAsboth.jpg
Fonction
Ambassadeur
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalités
Allégeance
Activités
Autres informations
Arme
infanterie
Conflit
Grade

Alexander (Sandor) Asboth (Hongrois : Asbóth Sándor, - ) est un officier militaire d'origine hongroise mieux connu pour ses victoires en tant que général de l'Union de la guerre de Sécession. Il sert aussi en tant qu'ambassadeur des États-Unis en Argentine (en) et qu'ambassadeur des États-Unis en Uruguay (en).

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

Asboth est né à Keszthely, Hongrie[1]. Lorsqu'Asboth à 8 ans, sa famille part pour Zombor (maintenant Sombor en Serbie). Asboth veut devenir un soldat, comme son frère aîné Lajos, mais à la place ses parents décident qu'il doit être ingénieur. Il étudie à l'académie minière de Selmecbánya (en) et à l'institut Geometricum (en) à Pest[2].

Il s'entraîne ensuite à l'académie militaire hongroise. En 1836, Asboth s'engage dans la nouvelle armée hongroise[2]. Il travaille en tant que militaire et ingénieur pour l'armée. Il rejoint le révolutionnaire Lajos Kossuth lors de la révolution hongroise de 1848[2]. En décembre 1848, il est promu capitaine[1]. Pendant ce temps en tant que capitaine, il prend part aux batailles de Kápolna (en) et de Nagysalló. Asboth voyagent avec Kossuth dans l'Empire ottoman et ensuite aux États-Unis en 1851, après l'échec de la révolution[3].

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Asboth reste aux États-Unis et rejoint l'Union. Commençant en juillet 1861, il sert comme chef d'état-major du général John C. Frémont. Asboth est nommé brigadier général originellement en date du 3 septembre 1861 par le président Abraham Lincoln le , mais le Sénat des États-Unis confirme la nomination le 24 mars 1862 avec une date de prise de rang au puisque le président n'a pas formellement fait l'affection avant le [4]. Asboth est affecté au commandement de la 4th division lors de la campagne de l'ouest de Frémont[5]. Asboth mène plus tard une division de l'armée du Sud-Ouest sous les ordres de Samuel Curtis, et pendant la campagne de l'Arkansas il occupe Bentonville et Fayetteville. Il participe à la bataille de Pea Ridge, commandant les troupes sur la position de Little Sugar Creek[6]. Son bras droit est fracturé par une balle de fusil pendant qu'il achemine des renforts pour soutenir le colonel Eugene A. Carr. Les renforts sont transférés à Henry Halleck de l'armée du Sud-Ouest et pendant le siège de Corinth, Asboth commande une brigade de l'armée du Mississippi[2].

Asboth commande plus tard des garnisons au Kentucky et en Ohio. En août 1863, Asboth est affecté au district de Floride occidentale, avec ses quartiers généraux à fort Pickens. Il est sévèrement blessé lors de la bataille de Marianna le , son os jugal gauche étant cassé et son bras gauche fracturé à deux endroits[7]. Asboth est libéré du service des volontaires le [8]. Le , le président Andrew Johnson nomme Asboth pour la récompense d'un brevet de major général avec une date de prise de rang au et le sénat américain le confirme le [9].

Après la guerre[modifier | modifier le code]

En 1866, il est nommé ambassadeur des États-Unis en Argentine et en Uruguay, et meurt à Buenos Aires en 1868, certainement à la suite de ses blessures reçues en Floride[2]. Il est initialement enterré dans le cimetière anglais de la ville, mais est ré-inhumé en 1923 lorsque le cimetière devient un parc. Ses restes retournent aux États-Unis en octobre 1990 pour être enterrés dans le cimetière national d'Arlington[7],[10].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cox, pp. 5-6
  2. a b c d et e Warner, pp. 11-12
  3. Watson pg. 307
  4. Eicher et Eicher 2001, p. 717.
  5. Grant, pg. 3
  6. Gracza, p. 26
  7. a et b Welsh, pg. 8
  8. Eicher et Eicher 2001, p. 109.
  9. Eicher et Eicher 2001, p. 710.
  10. Arlington National Cemetery

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John H. Eicher et David J. Eicher, Civil War High Commands., Stanford, Stanford University Press, (ISBN 0-8047-3641-3).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]