Alexander Mitscherlich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mitscherlich.
Alexander Mitscherlich
Portrait de Alexander Mitscherlich

Tombe à Francfort

Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à MunichVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
à Francfort-sur-le-MainVoir et modifier les données sur Wikidata
Enterrement Cimetière principal de FrancfortVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays de nationalité AllemagneVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint Margarete MitscherlichVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation Université de HeidelbergVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession Psychologue, historien moderniste (d), essayiste (d), professeur d'université (d) et écrivainVoir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Université Goethe de Francfort-sur-le-Main et université de HeidelbergVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Médaille Wilhelm Leuschner (d) et prix de la paix des libraires allemands ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Alexander Mitscherlich, né le à Munich et mort le à Francfort-sur-le-Main, est un médecin et psychanalyste allemand connu pour ses travaux sur la psychosomatique.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1949 il écrit avec Fred Mielke un livre Medizin ohne Menschlihckeit (médecine sans humanité) dans lequel il aborde la question de la médecine et du corps médical sous le nazisme. L'Ordre allemand des médecins achète tous les exemplaires mis en vente. Il faut attendre l'année 1978 pour que l'ouvrage soit réédité et lu par les lecteurs allemands[1]. Margarete Mitscherlich son épouse, médecin et psychanalyste, écrit avec lui un livre qui a causé une certaine indignation en Allemagne, Le Deuil impossible (Die Unfähigkeit zu trauern. Grundlagen kollektiven Verhaltens). Cet ouvrage aborde le refus allemand de regarder en face les crimes nazis[2]. L'ouvrage est traduit en plusieurs langues.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Avec Margarete Mitscherlich, Le deuil impossible : les fondements du comportement collectif, Paris, Payot, Paris, 2005, (ISBN 2-228-89934-8).
  • Vers la société sans pères : essai de psychologie sociale, Paris, Gallimard, 1969, ASIN B001D3GFDY
  • L'idée de paix et l'agressivité humaine. Quatre essais, Paris, Gallimard, 1970, ASIN B004AM1BAM

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Didier Hurson, Alexander Mitscherlich 1908-1982. Psychanalyse, société et histoire, Paris, Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2002, # Coll.: Monde germanique, (ISBN 978-2-84050-242-5)
  • Hans-Martin Lohmann, « Mitscherlich Alexander », p. 1015-1017, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 2. M/Z. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Féral Médecine et nazisme: considérations actuelles éd.L'Harmattan p.28 (ISBN 2-7384-7008-4)
  2. Hans-Martin Lohman, « Mitscherlich, Alexander », cf. bibliographie.