Alexander Cadogan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cadogan.
Alexander Cadogan
Sir Alexander Cadogan.jpg
Alexander Cadogan
Fonctions
Permanent Representative of the United Kingdom to the United Nations, New York (en)
-
Sous-secrétaire d'État permanent aux Affaires étrangères (en)
-
Ambassadeur du Royaume-Uni en Chine (d)
-
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Gouverneur de la BBC (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
WestminsterVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Britannique, Britannique (jusqu'au )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité
Père
George Cadogan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Henry Cadogan, vicomte de Chelsea
Edward Cadogan (en)
Gerald Cadogan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
BBC, Foreign Office (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Alexander George Montagu Cadogan ( - ) était un haut fonctionnaire britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève d'Eton, après ses études d'histoire à Oxford (Balliol College), Alexander Cadogan entre dans les services diplomatiques pour en atteindre le plus haut échelon : sous-secrétaire d'État permanent aux affaires étrangères de 1938 à 1946. Au sujet de la crise tchécoslovaque — le pays étant menacé d'invasion par l'Allemagne nazie — il s'oppose fermement à l'idée d'une opération militaire franco-soviétique destinée à protéger la Tchécoslovaquie de l'expansionnisme allemand[1].

Il sera délégué à la conférence de Dumbarton Oaks en 1944, membre du Privy Council en 1946, ambassadeur du Royaume-Uni aux Nations unies de 1946 à 1950 et président de la BBC de 1952 à 1957, année de sa retraite. Ses Carnets, présentés et annotés en 1971 par l'historien britannique David Dilks[2], fournissent une chronique précieuse des années qu'il passa au ministère, notamment sur les relations diplomatiques de son pays pendant la période de guerre, où il accompagna Churchill dans la plupart des grandes conférences entre les alliés après 1941. En France, grâce entre autres au De Gaulle de Jean Lacouture, sa description des querelles et des bouderies entre les dirigeants alliés le 5 juin 1944, à la veille du Débarquement, après un entretien particulièrement orageux entre Churchill et de Gaulle, est restée célèbre : « C’est un vrai pensionnat de jeunes filles. Roosevelt, le P.M et – il faut bien l’admettre de G. – se comportent tous comme des adolescentes qui approchent de la puberté. Il n’y a rien à y faire ». Et Lacouture de conclure avec humour, malgré l'abord austère du personnage : « Où l'on voit que Cadogan se faisait une idée pessimiste des jeunes filles »[3].

Par ailleurs, Cadogan nous a légué un portrait parfois sans pitié des failles de Churchill pendant la guerre[4].

Ses Carnets sont donc une source indispensable pour tout historien qui se penche sur la diplomatie britannique des années de guerre et d’immédiate avant-guerre, de 1938 à 1945.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gabriel Gorodetsky, « Un autre récit des accords de Munich », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  2. Cadogan, Alexander Sir. The Diaries of Sir Alexander Cadogan, 1938-1945. Edited by David Dilks. London: Cassell, 1971. Cartonné. 881pages, avec illustrations et portraits.
  3. Lacouture, Jean. De Gaulle : (1) Le rebelle, 1890-1944. Paris : Le Seuil, 1984, p. 772.
  4. Capet, Antoine. Churchill : Le dictionnaire, Paris : Perrin, 2018. Rubrique "Cadogan, sir Alexander", p. 616-618.