Alexander Bening

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bening.
Alexander Bening
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
peintre, enlumineur +
Élève
Lieux de travail
Œuvres réputées

Alexander Bening appelé aussi Sanders Bening est un peintre enlumineur actif entre 1469 et 1519 en Flandre. Originaire de la ville de Gand, il est actif dans cette ville ainsi qu'à Bruges et Anvers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa date de naissance est inconnue, mais d'après une mention contenue dans le Bréviaire Grimani, il pourrait être né vers 1444 à Gand. En effet, une signature du peintre, la seule existante, apparait sur le Bréviaire Grimani (f.339v) daté de 1515 : « A.BE.NI.71 » qui pourrait signifier « A.(lexander) BE(ni)NC 71 », soit 71 ans[1]. La première mention dans les archives à son propos est son inscription à la guilde des peintres de saint Luc et de saint Jean en 1469, cautionné par Hugo van der Goes et Joos van Wassenhove. Il est d'ailleurs le apparenté au premier, marié avec Kathelijn van der Goes, la sœur ou la nièce d'Hugo. Sa sœur était la femme de Goswijn van der Weyden, petit-fils de Rogier. Alexander a eux fils, Simon Bening, devenu lui-même peintre et enlumineur, et Paul Bening dont la carrière est inconnue[2].

Alexander est installé à Gand mais travaille sans doute régulièrement à Bruges, où il est aussi inscrit à la guilde des peintres à partir de 1486. Il effectue aussi sans doute quelques missions à Anvers[3]. Outre Hugo van der Goes, il a sans doute collaboré avec le Maître du Livre de prières de Dresde, Gerard David et bien sûr son fils Simon Bening[4].

Œuvres attribuées[modifier | modifier le code]

Heures Hastings, f.42v-43, L'adoration des mages.

Aucune œuvre ne lui est attribuée par les sources historiques, seuls des éléments de styles permettent de lui constituer un corpus. Certaines de ses œuvres ont parfois été regroupées sous le nom de convention de Maitre du Premier (ou de l'Ancien) Livre de prière de Maximilien. Il a parfois aussi été identifié au Maître du Boèce flamand mais cette hypothèse n'est plus retenue par les historiens d'art[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Kren, Master of the First Prayer Book of Maximilian in Scot McKendrick et Thomas Kren, Illuminating the Renaissance: The Triumph of Flemish Manuscript Painting in Europe, Getty Publications, 2003, ISBN 9780892367047, 591 pages, pp.190-198 [lire en ligne]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Erik Drigsdahl, CHD Miscellanea, 2002
  2. Notice de la famille Bening du Grove Dictionary of Art sur answers.com
  3. Notice du Grove
  4. Kren, 2003
  5. Kren, 2003, p.190