Alex McKay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alex et McKay.
Alex McKay
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Alex McKay, de son nom complet Alexander Colin McKay, né le à Wellington[1], est un historien et tibétologue néozélandais, chercheur à la School of Oriental and African Studies de l'Université de Londres[2]. Il est l'auteur et l'éditeur de plusieurs ouvrages sur le Tibet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il se rend au Tibet pour la première fois en 1984 à l'époque de son ouverture aux voyageurs occidentaux[3].

En 1989, ses voyages au Tibet et dans l'Himalaya indien le conduisent à commencer des études à l’université de Londres. Il obtient un BA en sciences et histoire à l'université de Londres en 1992 et bénéficie d'une bourse majeure de la British Academy lui permettant de terminer sa thèse de doctorat en 1995 sur le Tibet et le Raj britannique[4].

Entre novembre 1995 et août 2000, Alex McKay travaille à l’Institut international d’études asiatiques (IIAS) à Leyde, dont il est resté membre associé[4].

En septembre 2000, il reçoit une bourse de recherche du millénaire de l'université de Londres de deux ans pour étudier l’histoire du pèlerinage indo-tibétain au mont Kailash[4].

En octobre 2002, il obtient une bourse de recherche au Centre d'histoire de la médecine Wellcome Trust à l'University College de Londres, où il reste jusqu'en avril 2006, date à laquelle il prend une retraite anticipée pour rejoindre le pays natal de son épouse artiste[1], l'Australie, et écrire[4].

En octobre 2008, il préside la conférence du jubilé d'or de l'Institut Namgyal de tibétologie à Gangtok réunissant 60 éminents universitaires, éducateurs, dignitaires et personnes intéressées dans le domaine des études bouddhiques himalayennes[5],[6].

En 2012, il fait partie des « plus grands spécialistes du Tibet » qui demandent à Xi Jinping d'intervenir pour sauver la langue tibétaine[7].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Son ouvrage Kailas Histories est qualifié par Himani Upadhyaya de livre bien documenté et opportun sur un site sacré « séculaire » de l’Himalaya d'une immense popularité récente : le mont Kailash (6 660 m) et les lacs de Mansarovar et de Rakas Tal, au sud-ouest du plateau tibétain. Contribution notable à l'histoire de l'Himalaya et du Tibet, l'ouvrage devrait intéresser les chercheurs étudiant l’Himalaya occidental et le Tibet. C'est le résultat de près de trois décennies d'études critiques de l'auteur se basant sur nombre de sources textuelles et non textuelles ainsi que des recherches anthropologiques de terrain[8].

Publications[modifier | modifier le code]

En tant qu'auteur
  • Footprints Remain: Biomedical Beginnings across the Indo-Tibetan Frontier 1870-1970, University of Amsterdam/IIAS, 2007 [University of Chicago Press, 2008][9]
  • Tibet and the British Raj: The Frontier Cadre 1904-1947, Curzon Press, Richmond, London, 1997 , préfacé par Michael Aris [2nd edition by Library of Tibetan Works and Archives, Dharamsala, India, 2009][10]
  • Kailas Histories: Renunciate Traditions and the Construction of Himalayan Sacred Geography, Serie: Brill's Tibetan Studies Library, Band: 38, Brill, 2015, (ISBN 978-90-04-30618-9), 530 pages[11],[12]
En tant que directeur
  • Pilgrimage in Tibet, Curzon Press, Richmond, London, 1998
  • Tibetan History: Tibet and her Neighbours, HansJorgye Mayer, London, 2003[13].
  • The History of Tibet (3 volumes), RoutledgeCurzon, London, 2003
  • Sikkim History and Culture (2 volumes), Namgyal Institute of Tibetology, Gangtok, Sikkim, 2010; avec Anna Balikci-Denjongpa

Référence[modifier | modifier le code]

  1. a et b Graham Beattie, The Team That Changed Rugby Forever.
  2. Thierry Dodin et Räther Heinz, Imagining Tibet : perceptions, projections, & fantasies, Wisdom Publications, (ISBN 0861711912 et 9780861711918, OCLC 46472218, lire en ligne), (page 456)
  3. http://www.asatours.com.au/people/tour-leader-alex-mckay/
  4. a b c et d Dr Alex McKay, Whangarei Boys' High School Old Boys' Association (Inc).
  5. Buddhist Himalaya: Studies in Religion, History and Culture. Conference October 1-5, 2008. The Namgyal Institute of Tibetology, Gangtok, Sikkim, IIAS (International Institute for Asian Studies (en)) Newsletter, no. 46 (Winter 2008).
  6. (en) John Bray, Conference Report: Golden Jubilee. Conference of the Namgyal Institute of Tibetology, Gangtok, Sikkim, 1-5 October 2008, Bulletin of Tibetology, 2008, Vol. 44 No. 1 & 2.
  7. Tibet. Le cri d'alarme des chercheurs, L'Obs, 7 décembre 2012.
  8. (en) Himani Upadhyaya (2017) Review of Kailas Histories: Renunciate Traditions and the Construction of Himalayan Sacred Geography by Alex McKay, HIMALAYA, the Journal of the Association for Nepal and Himalayan Studies: Vol. 37 : No. 2 , Article 28.
  9. https://www.ssoar.info/ssoar/bitstream/handle/document/32371/ssoar-2007-mckay_-Their_footprints_remain_biomedical_beginnings.pdf?sequence=1
  10. https://digitalcommons.macalester.edu/cgi/viewcontent.cgi?referer=https://www.google.com/&httpsredir=1&article=1704&context=himalaya
  11. https://www.cambridge.org/core/journals/bulletin-of-the-school-of-oriental-and-african-studies/article/alex-mckay-kailas-histories-renunciate-traditions-and-the-construction-of-himalayan-sacred-geography-brills-tibetan-studies-library-xx-530-pp-leiden-brill-2015-139-isbn-978-9-004-30458-1/9F0721B5E09867461878EA1CE735A00A
  12. http://www.tibetarchaeology.com/pdf/Bellezza-Kailas_Histories-Book_Review-April2015.pdf
  13. Compte rendu de lecture par la tibétologue Katia Buffetrille McKay Alex (éd.), Tibet and Her Neighbours: A History Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines

Liens externes[modifier | modifier le code]