Alex Métayer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Métayer.
Alex Métayer
Description de l'image L'hommage d'Informations Ouvrières à Alex Metayer.JPG.
Nom de naissance Alexandre Métayer
Naissance
Berre-l'Étang, Bouches-du-Rhône, France
Décès (à 73 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France française
Profession
Famille

Alex Métayer est un humoriste français né le à Berre-l'Étang et mort à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1930, Alex Métayer suit ses parents en Algérie en 1936 où son père, officier dans l'armée de l'Air, est muté. De retour en France après la Seconde Guerre mondiale, il quitte l'école très tôt, étudie par correspondance, se passionne pour la musique et obtient un premier prix de clarinette. Musicien puis animateur, chef de village, et enfin responsable de l'animation au Club Med, il amorcera son métier de comédien dans les « cabarets rive gauche ».

Il commence véritablement sa carrière en tant que « première partie » de Georges Brassens à Bobino en 1964. Humoriste, il se tourne vers le cabaret puis, pendant deux saisons, participe à L'Oreille en coin animée successivement par Jean Amadou puis par Maurice Horgues sur France Inter. Il jouera au Théâtre de la Ville, à l'Olympia, au Casino de Paris, aux Mathurins, au Palais-Royal, à l'Opéra-Comique. Toujours vêtu d'un costume blanc sur scène, il donna à l'art du one-man-show ses lettres de noblesse, grâce à un regard aigu porté sur la société, qui le classa rapidement parmi les humoristes modernes les plus pertinents, observant toujours avec justesse les travers de Monsieur Tout-le-monde. Formé à la rude école du cabaret, il avait trouvé sa veine en parsemant la trame de ses spectacles d'histoires aux personnages dérisoires, exubérants, toujours émouvants.

Hommage d'Informations ouvrières à Alex Métayer.

Outre sa carrière d'humoriste, comme Le Monde du 24 février 2004 l'a détaillé dans sa nécrologie titrée « Alex Métayer, fabuliste ironique du quotidien », il a eu un parcours de « militant discret de l'Organisation communiste internationaliste » (OCI), organisation trotskyste dite lambertiste à laquelle il adhérait depuis le début des années 1970. Il appartenait à la cellule spectacle dirigé par le chef opérateur Pierre William Glenn, qui compte parmi ses membres - outre Bernard Murat, directeur du Théâtre Edouard VII et des Mathurins -, le cinéaste Alain Corneau, la comédienne Dominique Labourier et un certain Charles Berg, pseudonyme de Jacques Kirsner, devenu producteur de cinéma.

En 1975, il crée son premier one-man-show Mémoire d'un amnésique, puis Nous on s'aime, la Vie en VO, ou Merci disco. Parmi ses spectacles, on peut encore citer le professeur dans Perd la tête ou l'homme déçu dans Opéra comique qui lui valut le Gand Prix de la SACEM.

Passionné de cinéma, il écrit et réalise un court puis deux longs métrages :

. La vie des seins 1973

  • Le bonheur se porte large, 1988 avec Laure Duthilleul, Marie Rivière, Eva Darlan, Eliane Boeri
  • Mohamed Bertrand-Duval, 1991 avec Alex Métayer, Moussa Marskry, Netti, Chafia Boudraa, Marie-Christine Adam

Son dernier spectacle écrit, mais qu'il n'eut pas le temps de jouer, s'appelle Le clone.

Tombe d’Alex Métayer au cimetière du Montparnasse.

Alex Métayer meurt le 21 février 2004 des suites d'un cancer[1]. Il a été enterré le 27 février 2004 à Paris, au cimetière du Montparnasse (9e division - cinquième tombe en partant des marches du moulin) sur des airs de Django Reinhardt et de Stéphane Grappelli. De nombreuses personnalités: Georges Moustaki, les comédiens Claude Brasseur, Gérard Rinaldi, Agnès Soral, Martin Lamotte et Bernard Menez, Éliane Boeri (une des Trois Jeanne), les humoristes Michel Leeb, Sylvie Joly, Popeck et Raphaël Mezrahi, le dessinateur Fred, le metteur en scène Jean-Luc Tardieu, l'accordéoniste Marcel Azzola, l'ancien directeur de l'Olympia Jean-Michel Boris Philippe Caubere... étaient présents.

Famille[modifier | modifier le code]

Son fils, Éric Métayer, né de son premier mariage, est comédien et metteur en scène. Son second fils, Clément Métayer, se lance dans la comédie en 2012. On le verra notamment incarner Gilles, jeune lycéen dans le Paris des années 1970, dans Après mai, film d'Olivier Assayas.

Spectacles[modifier | modifier le code]

Pièce de théâtre[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • 1988 Le Bonheur se porte large, scénario et réalisation
  • 1991 Mohamed Bertrand Duval, scénario et réalisation
  • 1973 La vie des Seins, scénario et réalisation

Acteur[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1990 Délires en scène (Mercure de France/Presse de la Cité)
  • 1993 L'Ancien et le Nouveau mais pas le Testament (Hors Collection/Presse de la Cité)
  • 1993 Opéra Comique (Mercure de France)
  • 1993 Femmes je vous haime (Kiosque Flammarion)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2016 Philippe Laguerre, La parole du personnage absent dans un corpus de textes d'Alex Métayer (Éditions du Net)
  • 2006 Bande dessinée Jungle, Rire contre le racisme, texte d'Alex Métayer « Hymne à la joie » (Steinkis / Casterman)
  • 1995 Barbe, Modèles déposés, textes d'Alex Métayer (Glénat)

Liens externes[modifier | modifier le code]