Alex Gagnon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alex Gagnon, né en 1988, est un chercheur québécois en études littéraires. Son champ de spécialisation est la littérature québécoise, du XIXe siècle au XXIe siècle, de même que les questions d’épistémologie dans les études littéraires. Il emploie notamment le concept d’imaginaire social.

Son mémoire de maîtrise, à l’Université de Sherbrooke, sous la direction de Pierre Hébert, s’intitule « Littérature et subjectivité. Essai d'épistémologie de la théorie littéraire » (2012)[1]. Sa thèse de doctorat, sous la direction de Micheline Cambron, a été soutenue à l’Université de Montréal en 2015 : « La communauté du dehors : imaginaire social et représentations du crime au Québec (XIXe – XXe siècles)[2]. » De 2016 à 2018, il est chercheur postdoctoral, à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la double direction de Sylvano Santini et de Dominique Kalifa[3].

Le livre qu’il tire de sa thèse paraît en 2016 dans la collection « Socius » des Presses de l'Université de Montréal sous le titre La communauté du dehors. Imaginaire social et crimes célèbres au Québec (XIXe – XXe siècles). Il reçoit quatre prix dès sa parution. Le jury du prix Gabrielle-Roy 2016 justifie ainsi sa décision : « Cet ouvrage présente une étude inédite qui retrace avec brio la présence de crimes célèbres qui ont marqué l’imaginaire populaire du Québec et qui sont apparus de façon régulière dans la littérature québécoise de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Par son ouvrage, Alex Gagnon retrace avec rigueur la généalogie d’une série de crimes depuis la trace des événements dans les journaux de l’époque jusqu’aux multiples représentations littéraires dont ils ont fait l’objet. […] En ce sens, la portée de l’ouvrage dépasse la seule étude littéraire et propose, dans une perspective historique, une véritable réflexion anthropologique du traitement de la mémoire du crime dans la société québécoise et de son intégration à l’imaginaire collectif [4]. »

Quelques mois après la parution de ce livre, il en fait paraître un autre, Nouvelles obscurités. Lectures du contemporain. Il y rassemble quelques-unes de ses collaborations au blogue Littéraires après tout[5]. Dans Le Devoir, Louis Cornellier écrit que, dans ce livre, « Alex Gagnon réussit le tour de force d’exploiter des théories littéraires savantes dans un style élégant et accessible. En passant au crible de son analyse du discours social le sens du vote, la démocratie représentative et la tentation cynique en politique, l’essayiste jette une lumière originale sur les obscurités de notre époque. » Il compare l’auteur à André Belleau, un des essayistes les plus reconnus du Québec[6]. « Avec ce livre », note Anthony Lacroix, « Gagnon couvre large, mais il le fait avec justesse [7] ».

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • La communauté du dehors. Imaginaire social et crimes célèbres au Québec (XIXe – XXe siècles), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Socius », 2016, 492 p. (ISBN 978-2-7606-3687-3)
  • Nouvelles obscurités. Lectures du contemporain, Montréal, Del Busso éditeur, 2016, 228 p. (ISBN 978-2-924719-02-2)

Direction de numéro de revue et de livre[modifier | modifier le code]

Articles et chapitres de livres (sélection)[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]