Alex (Haute-Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Haute-Savoie
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Haute-Savoie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alex.
Alex
Vue du village depuis le Parmelan.On distingue le lac d'Annecy en arrière-plan.
Vue du village depuis le Parmelan.
On distingue le lac d'Annecy en arrière-plan.
Image illustrative de l'article Alex (Haute-Savoie)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Canton de Faverges
Intercommunalité CC des Vallées de Thônes
Maire
Mandat
Catherine Haueter
2014-2020
Code postal 74290
Code commune 74003
Démographie
Population
municipale
1 031 hab. (2014)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 23″ nord, 6° 14′ 21″ est
Altitude Min. 516 m – Max. 1 852 m
Superficie 17,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Alex

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Alex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alex

Alex est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Alex est un village proche du lac d'Annecy, situé entre Annecy-le-Vieux et Thônes, au pied du massif des Aravis, plus précisément dans le massif des Bornes au pied des dents de Lanfon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte montrant Alex et les communes voisines.
Ales et les communes voisines.
Rose des vents Annecy (Annecy-le-Vieux) Dingy-Saint-Clair Rose des vents
Veyrier-du-Lac
Menthon-Saint-Bernard
Bluffy
N La Balme-de-Thuy
O    Alex    E
S
Talloires-Montmin Thônes

Climat[modifier | modifier le code]

La situation d'Alex, d'une altitude médiane de 576 m, se trouve dans un climat continental montagnard caractérisé par une humidité marquée[1]. Les hivers sont plus froids et neigeux que ceux observés dans l'avant-pays, comme à Chambéry ou Annecy, et la saison estivale douce avec parfois des épisodes orageux. Les intersaisons (avril et octobre) sont aussi en moyenne plus humides.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Alex semble être celui d'une ancienne villa gallo-romaine Alaia, correspondant probablement à l'ethnonyme Alaius. Il s'agirait du nom d'une tribu mentionnée au Ve siècle[2].

Le site de la commune indique quant à lui que le toponyme Alaia doit être rapproché du nom de famille seigneuriale, qui possédait le château d'Arenthon ou d'Alex, les Alai. En effet, en 1383, Pierre d'Arenthon épouse Marguerite d'Alaia, donnant naissance aux seigneurs d'Arenthon d'Alex[M 1]. Ce patronyme s'apparenterait au mot « eau ». Selon les récits locaux, le village serait en partie édifié, dans sa partie basse, à l'emplacement d'un ancien lac glaciaire d'où serait sortie une source d'eau sulfureuse[M 2].

Le village est mentionné par « ecclesiam de Alaia » en 1143, « Alaya » en 1145, « Alay » en 1271, puis « Alaxis »[2]. Le Alia mentionné dans le Régeste genevois pourrait également correspondre au village[2].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Alé, selon la graphie de Conflans[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire se trouve en territoire des Allobroges qui contrôlent l'avant-pays plat, entre le Rhône et les Alpes[4].

En 1143, apparaît la première mention de la paroisse d'« Alaia » ; elle dépend alors de l'abbaye de Talloires. Au Moyen Âge, pas moins de sept maisons fortes et châteaux sont construits sur le territoire de la commune mais il n'en reste plus qu'un seul.

En 1341[5], le comte de Genève concède aux seigneurs des Clets la juridiction sur la paroisse ainsi que sur celles du Grand-Bornand et de Manigod.

Les noces de Marguerite d'Alex et de Pierre d'Arenthon, en 1383, marquent la naissance de la famille d'Arenthon d'Alex qui s'éteindra au milieu du XVIIIe siècle[M 1].

En 1792, le duché de Savoie est annexé à la France révolutionnaire. En 1793, Alex est l'un des points fort du mouvement contre-révolutionnaire qui éclate au printemps dans la vallée de Thônes[5]. Durant cette période, le Concordat détache le hameaux de Charvet de la paroisse pour le donner à la Balme-de-Thuy[6].

Une verrerie y est créée en 1801. En 1825 elle devient manufacture royale et emploiera plus de 200 ouvriers. Après la réunion en 1860 de la Savoie à la France, la verrerie ferme l'année suivante.

En 1943, le premier maquis armé de la région de Thônes, le maquis de Lanfon est créé à Alex.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Attachée à l'ancien canton d'Annecy-le-Vieux, la commune appartient depuis le redécoupage cantonal de 2014, au canton de Faverges. Il comporte 27 communes dont La Balme-de-Thuy, Bluffy, Le Bouchet-Mont-Charvin, Chevaline, Les Clefs, La Clusaz, Cons-Sainte-Colombe, Dingy-Saint-Clair, Doussard, Entremont, Giez, Le Grand-Bornand, Lathuile, Manigod, Marlens, Menthon-Saint-Bernard, Montmin, Saint-Ferréol, Saint-Jean-de-Sixt, Serraval, Seythenex, Talloires, Thônes, Veyrier-du-Lac, Les Villards-sur-Thônes. La ville de Faverges en est le bureau centralisateur[7].

Alex est membre de la communauté de communes des vallées de Thônes qui compte treize communes.

La commune relève de l'arrondissement d'Annecy et de la deuxième circonscription de la Haute-Savoie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Jean-Claude Dal Gobbo    
2001
2008
Nathalie Dutreige DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Alexoises et les Alexois[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 031 habitants, en augmentation de 5,2 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
614 648 697 650 790 842 919 803 795
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
722 613 557 595 569 554 448 470 444
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
397 364 355 344 294 297 261 246 268
1982 1990 1999 2008 2013 2014 - - -
429 574 792 970 1 011 1 031 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006 [11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Alex est située dans l'académie de Grenoble. En 2015, elle administre une école maternelle et une école élémentaire regroupant 133 élèves[12].

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La ville est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS radio, Radio Semnoz… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Rhône-Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Genevois, le Courrier savoyard.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • , une attaque de loups tue cinq moutons dans leur enclos d'une ferme du hameau des Villard-Dessus.

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune d'Alex appartient à la paroisse Saint-Germain du lac qui regroupe l'ensemble les communes de la rive droite du lac d'Annecy dont Menthon-Saint-Bernard est le centre[13]. Cette paroisse fait partie du doyenné d'Annecy, rattaché au diocèse d'Annecy[14].

Les Alexois disposent d'un lieu de cultes catholiques : l'église de La Nativité-de-Marie.

Économie[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, le village possède une verrerie d'une centaine d'ouvriers propriété de François Perravex, de Mornex[15].

Depuis le début des années 1990, l'affineur et producteur de fromages Schmidhauser est installé à Alex où il a construit ses nouvelles caves pouvant contenir jusqu'à 500 tonnes de fromages pour un affinage de 7 à 9 semaines. Auparavant l'entreprise familiale utilisait depuis les années 1960 les souterrains du château d'Annecy. À partir de 2001, l'entreprise s'implique dans la production et exploite aussi des unités de production à Massingy, à Saint-Ours (73) et à Trévignin (73). L'entreprise produit, affine et vend de la tomme de Savoie, de la tome des Bauges, de la raclette de Savoie et plusieurs spécialités maison (chartreux, moelleux, tomme crayeuse).[réf. nécessaire]

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la station, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 1 102 lits touristiques répartis dans 94 structures[Note 2]. Les hébergements se répartissent comme suit : 42 meublés ; une structure d'hôtellerie de plein air ; un centre ou village de vacances et un refuge ou gîte d'étape[16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte un monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques[17], mais aucun lieu répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[18]. Par ailleurs, elle compte quatre objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[19] et aucun répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[20].

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.
  • Château d'Alex, près du centre du village. Après l'extinction de la famille d'Arenthon d'Alex au milieu du XVIIIe siècle, le château connaîtra une succession de propriétaires qui lui feront subir d'importantes démolitions. Y était installée la Fondation d'art contemporain Salomon, qui accueillait une galerie d'œuvres contemporaines et des expositions.
  • Croix d'Alex : une très belle croix sculptée en pierre du XVIe siècle se dresse sur la place du village. Elle est classée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre d'Arenthon épouse en 1383 Marguerite d'Alaia.
  • Jean d'Arenthon d'Alex, né en 1620 au château d'Alex. Il fut prince-évêque de Genève, successeur de saint François de Sales. Il fit construire le grand séminaire d'Annecy.
  • Pierre Augereau (1918-1999), abbé, curé de Saint-Stanilas-des-Blagis à Fontenay-aux-Roses de 1968 à 1973, doyen des Hauts-de-Seine, y avait une maison de campagne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 571-576 , « Le canton de Thônes », 588-589, « Alex ».
  • François Pochat-Baron, Mémoires et documents de l'Académie Salésienne : Histoire de Thônes depuis les origines jusqu'à 1792, vol. Tome 43e, Annecy, Imprimerie commerciale, , 532 p. (lire en ligne)
  • François Pochat-Baron, Mémoires et documents de l'Académie Salésienne : Histoire de Thônes depuis les origines les plus lointaines jusqu'à nos jours, vol. Tome 44e, Annecy, Imprimerie commerciale, , 557 p. (lire en ligne)
  • François Pochat-Baron, Mémoires et documents de l'Académie Salésienne : Les paroisses de la vallée de Thônes, vol. Tome 60e, Belley, Imprimerie A. Chaduc, , 255 p. (lire en ligne)
  • François Pochat-Baron, Mémoires et documents de l'Académie Salésienne : Les paroisses de la vallée de Thônes (Suite), vol. Tome 61e, Belley, Imprimerie A. Chaduc, , 280 p. (lire en ligne), p. 435-461. 

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[16].

Références[modifier | modifier le code]

Sources communales[modifier | modifier le code]

  • Données issues du site de la mairie d'Alex
  1. a et b « Histoire locale - Alex et ses châteaux » (consulté en novembre 2014).
  2. « Notre identité - À la découverte du village » (consulté en novembre 2014).

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Ministère de l'Agriculture et de la Forêt - Direction de l'espace rural et de la forêt, « Section « 1.2.2. - Climat » », Département de la Haute-Savoie - Résultats du deuxième inventaire forestier (tome 1), sur site du Service de l’inventaire forestier et statistique - Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) - inventaire-forestier.ign.fr,‎ (consulté en août 2014), p. 4.
  2. a, b et c Henry Suter, « Alex », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch,‎ 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté en octobre 2014).
  3. Lexique Français - Franocprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 12
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  4. Henri Ménabréa, Histoire de la Savoie, Bernard Grasset, (réimpr. 1960, 1976, 2009), p. 10.
  5. a et b Christian Regat - François Aubert 1999, p. 12-13.
  6. a et b « Alex », Accueil > Ressources > Communes, sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 12 novembre 2016), Ressources - Les communes.
  7. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance,‎ (consulté en août 2014).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Haute-Savoie (74) > Alex > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 5 août 2015).
  13. « Paroisse Paroisse Saint-Germain du lac », sur le site du diocèse d'Annecy (consulté le 12 novembre 2016).
  14. « Doyenné d'Annecy », sur le site du diocèse d'Annecy (consulté le 12 novembre 2016).
  15. Guy Gavard (préf. Paul Guichonnet), Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 439 p. (ISBN 978-2-8420-6342-9, présentation en ligne), p. 205.
  16. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com,‎ (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  17. « Liste des monuments historiques de la commune d'Alex », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Liste des lieux et monuments de la commune d'Alex à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Liste des objets historiques de la commune d'Alex », base Palissy, ministère français de la Culture.
  20. « Liste des objets de la commune d'Alex à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.