Alesh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alesh
Description de cette image, également commentée ci-après
Alesh en 2021
Informations générales
Surnom Alesh, Kinglesh, Mwana ‘a nzambe
Nom de naissance Alain Chirwisa
Naissance (37 ans)
Kisangani, Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
Activité principale Rappeur, slameur, auteur-compositeur, producteur
Genre musical Afropop, rap
Instruments Voix
Années actives Depuis 2003
Labels Mental engagé
Influences Michael Jackson, James Brown, Elvis Presley, MC Hammer, MC Solaar
Site officiel https://www.aleshmusic.com/

Alesh, de son vrai nom Alain Chirwisa, est un artiste musicien, rappeur engagé[1] et auteur-compositeur congolais, originaire de la ville de Kisangani dans la Région des Grands Lacs, né le .

Carrière[modifier | modifier le code]

Né d’une famille passionnée d'arts, Alesh est un artiste vocaliste (chanteur, rappeur, slammeur, animateur/atalaku), producteur d'artistes et homme d'affaires qui vit et travaille entre Kinshasa et le reste du monde. Il tombe très amoureux de la musique dès son jeune âge, sous les influences sonores de son grand-frère et mentor Patrick Chirwisa, décédé lors d'un crash en septembre 2008, qui fut également artiste (dessinateur, peintre et comédien au sein de la troupe théâtrale Toozgoal)[réf. nécessaire].

Une enfance très sensible déclenche en lui une révolte intérieure, la nécessité de dire, d’extérioriser ce qu’il a en lui, tout en témoignant à sa façon ce qui se passe autour de lui. Non pas "la" vérité, mais "sa" vérité. Survivant de guerres marqué par les drames découlant des violences armées ayant ravagé le Nord-Est et l'Est de la RDC durant les années de son enfance et de son adolescence, Alesh a choisi de faire de sa musique, non seulement un produit commercial de haute qualité, mais aussi un outil de sensibilisation à la prise de conscience collective, à l'unité des peuples, et à la paix. Alesh affirme à travers elle sa vision du monde. Des textes acérés qui égayent, racontent, rappellent, interpellent et revendiquent quand il le faut. Cela a d’ailleurs failli lui coûter la vie[2] ou le contraindre à l'éxil à plusieurs reprises.

Son éducation et sa formation intellectuelle lui permettent d’user de sa musique comme moyen efficace pour sensibiliser les jeunes de son pays la RDC à une citoyenneté avertie, vigilante et responsable, tout en tenant de vrais débats de fond avec des décideurs du continent, et de la RDC. Alesh a pour approche de ramener élites et membres ordinaires de sa communauté à la conscience, à travers ses chansons car selon lui, la responsabilité de développement du pays incombe à tout le monde. C’est ainsi qu’il pousse la jeunesse à l’éveil, parce qu’il estime que la jeunesse a le pouvoir de changer les choses[3].

Alesh débute la scène en 2002 sous le pseudonyme « le prince de la ville » avec les Hot Boyz dans l’ancienne Stanleyville, groupe qu’il quitte en 2005 pour une carrière solo, une carrière qui s’enchaine peu après avec des tournées internationales ayant fait de lui « King Lesh » puis « Mwana Nzambe » comme on l’appelle en Lingala, pseudo pouvant être traduit comme « enfant de Dieu ». Cette dernière appellation qu’il avoue lui-même beaucoup chérir car, elle constitue une profession de foi et un moyen pour lui de donner un exemple à la jeunesse que l’on peut réussir tout en s’accrochant à certaines valeurs spirituelles[4].

Confirmation et Ascension[modifier | modifier le code]

C’est alors en 2006 que Alesh s’impose vraiment sur le sol de sa ville natale avec son single « Éveil », un morceau très engagé qui bat son plein dans toute la ville en pleine période électorale. Et en 2010, soit quatre années après, l’artiste lance son premier album contentant 10 titres en mélange de styles. Quelque temps après, une association à but non lucratif formée avec quelques amis à Kisangani entre 2008 et 2009, dénommée « mental engagé » devient son label discographique pour pouvoir produire et promouvoir les initiatives artistiques dans le domaine du Hip-hop, mais avec un contenu socialement ou politiquement engagé[4].

En 2014, il réalise une tournée aux États-Unis[5] et rencontre l’ancien président Barak Obama à la maison-Blanche pour lui remettre en main propre le CD de son premier album. Après cette tournée, Il se produit désormais en lingala tout en promettant de ne pas arrêter ses productions en français et en anglais[6].

Thématique[modifier | modifier le code]

À peine 15 ans, après qu’il découvre un moyen très efficace de s’exprimer par le micro, Alesh se lance d’abord dans la chronique et la critique musicales à la Télévision Nationale Congolaise (RTNC) avec Freddy Saleh. Ce n’est que trois ans plus tard qu’il intègre les « HOT BOYS » et devient l’un de trois cerveaux moteurs de l’équipe deux ans après, avant de tracer son propre chemin. Le mental engagé qu'il est, devient par la suite une figure incontournable de la scène musicale grâce notamment à sa plume engagée, et marque sa présence avec une distinction sur les thèmes souvent abordés dans la musique congolaise[4].

De 2017 jusqu’à 2021, l’artiste ne cesse de marquer l’esprit de ses auditeurs avec ses morceaux engagés. De « O’a Motema Mabe » qui se traduit en français par : « Tu as un mauvais cœur » à « Biloko Ya Boye » (Ce genre de chose en français). Ces 2 textes sortis successivement en 2017 et 2018 ont fait le carton et sont devenus des refrains des discours des opposants en République démocratique du Congo en plein combat contre le régime en place qui avait déjà epuisé ses 2 mandats, mais aussi elles sensibilisent également la population face à l’insalubrité[7].

Plusieurs supposent même que ces titres sont l’une des armes qui ont même poussé l’ex-président à abandonner l’idée de faire un troisième mandant (S’il en avait). Et parfois ses morceaux de musique sont interprétés comme des chansons à tendance politique[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Alesh est père d'une fille depuis 2019, la nouvelle se fait connaitre à travers une publication que lui-même partage avec ses fans[8]. En 2020, Alesh se retrouve dans une affaire en justice contre la société « Bracongo » qu'il accuse d'avoir violé ses droits d’auteur par l'utilisation sans son autorisation de sa chanson « Youyou » lors d'une video publicitaire de la société diffusée sur facebook[9],[10].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

  • 2010: La mort dans l’âme
  • 2021: (21 Mai) Mongongo

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Éveil
  • 2017 : O'a motema mabe
  • 2018 : Biloko ya boye
  • 2019 : Youyou
  • 2019 : Mutu (feat Bill clinton kalonji)
  • 2020 : Nawe (feat Percy et Badi)
  • 2020 : Akata[11]
  • 2021 : Na ndenge ya mabe te[12]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alesh, la voix de la jeunesse congolaise », sur BBC News Afrique, (consulté le )
  2. « Alesh : rappeur pensant sur des rythmes dansants - PAM | Pan African Music », sur PAM | Pan African Music, (consulté le )
  3. « RDC : pour le rappeur Alesh, "la jeunesse a le pouvoir de changer les choses" », sur TV5MONDE, (consulté le )
  4. a b c et d « RD Congo : L’artiste-musicien Alesh, un « mental engagé » pour chanter le quotidien - Vatican News », sur www.vaticannews.va, (consulté le )
  5. « Musique : Alesh, le rappeur de Kisangani, en tournée aux Etats-Unis d’Amérique », sur Radio Okapi, (consulté le )
  6. « Alesh, futur King de l'afrobeat à Kinshasa ? - Radio Nova », sur https://www.nova.fr/ (consulté le )
  7. « En RDC, Alesh donne le tempo – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  8. « Alesh, heureux de la naissance de sa fille : « Tu es la plus belle chose au monde qui me soit arrivée » », sur MBOTE, (consulté le )
  9. « Le rappeur Alesh Chirwisa en justice contre Bracongo: l’audience renvoyée au mois de septembre », sur www.msn.com (consulté le )
  10. « mediacongo.net - Actualités - Affaire Alesh vs Bracongo : la Socoda s’illustre comme témoin au profit de la brasserie », sur www.mediacongo.net (consulté le )
  11. « « Akata », ce nouveau tube de King Alesh qui interpelle les filles », sur Afrik.com, (consulté le )
  12. Raphael KWAZI, « « Na ndenge ya mabe te » d’Alesh sort le 19 mars », sur Lemag, (consulté le )
  13. « Alesh, lauréat du Prix Découvertes RFI 2021 », sur RFI Musique, (consulté le )
  14. « Lokua à Alesh: « tu dégages quelque chose qui est fort, tu as une belle plume et tu oses des choses, c’est ça un artiste » », sur Actualite.cd, (consulté le )