Ales Adamovitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
image illustrant un écrivain image illustrant biélorusse
Cet article est une ébauche concernant un écrivain biélorusse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ales Adamovitch
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université d'État biélorusse (en)
Université d'État de Moscou
Cours supérieurs pour les scénaristes et réalisateurs de films (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Écrivain, spécialiste en littérature, scénariste, critique littéraireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinctions
Liste détaillée
Ordre de l'Insigne d'honneur
Médaille Alexandre Fadeïev (d)
Ordre du Drapeau rouge du Travail
Ordre de la Guerre patriotique de 2e classe (d)
Médaille de Défenseur de la Russie libre (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alexandre Mikhaïlovitch Adamovitch (en russe : Александр Михайлович Адамович) dit Alès Adamovitch est un écrivain soviétique et biélorusse russophone (né le à Gloucha, dans la province de Minsk, décédé le ). A 15 ans il rejoint les partisans dans la forêt avec sa mère. Après la guerre il devient écrivain. Dans son premier ouvrage, Je suis d'un village en feu, il recueille les témoignages des habitants qui vivaient dans les villages incendiés par les nazis en représailles contre les actions des partisans durant la Grande Guerre patriotique. Sa méthode de travail a été adoptée par Svetlana Aleksievitch, prix nobel de littérature en 2015[1]. Il eut son heure de gloire pendant la période soviétique. En 1985 il s'est installé à Moscou profitant du renouveau dû à la Perestroïka.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Interview de Svetlana Alexandrievitch par Emmanuel Hecht, Hebdomadaire Le Vif-l'Express,BEL/LUX/ n° 46 du 13-19 novembre 2015 /ISSN 0774-2711 p. 11