Aleksandr Iefimov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iefimov.
Aleksandr Iefimov
Alex Yefimov.jpg

Aleksandr Iefimov en 2002

Fonction
Parlementaire du Soviet suprême de l'Union soviétique
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Kantemirovka (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Formation
Académie militaire de l'État major des forces armées de la Fédération de Russie (en) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Grades militaires
Sergent-major (d) (à partir de )
Sergent (à partir de )
Sous-lieutenant (à partir de )
Lieutenant (à partir de )
Premier-lieutenant (en) (à partir de )
Capitaine (à partir de )
Major (à partir de )
Podpolkovnik (à partir de )
Colonel ()
Major-général de l'Aviation (d) (à partir de )
Lieutenant-général de l'Aviation (d) (à partir de )
Colonel-général de l'Aviation (d) (à partir de )
Maréchal de branche armée (en) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Guerre de Allemagne-URSS (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée
Order of the Cross of Grunwald, 2nd class (d)
Médaille du Jubilé "60e anniversaire de la Victoire dans la Grande Guerre Patriotique 1941-1945" (en)
Medal of Victory and Freedom 1945 (en)
Médaille « Pour le développement des terres vierges » (en)
Médaille pour la conquête de Königsberg (en)
Médaille pour le renforcement de la fraternité dans les armes (en)
Médaille pour la Défense de Moscou
Médaille du Jubilé "65e anniversaire de la Victoire dans la Grande Guerre Patriotique 1941-1945 (en)
Ordre du Drapeau rouge (d)
Q4286835
Médaille commémorative du 850e anniversaire de Moscou (en)
Médaille « vétéran des forces armées de l'URSS » (en)
Croix de la Valeur ()
Médaille Pour Distinction en gardant la frontière d’État de l'URSS (en)
Médaille du Jubilé "50e anniversaire de la Victoire dans la Grande Guerre Patriotique 1941-1945 (en)
Médaille pour la victoire sur l'Allemagne dans la Grande guerre patriotique de 1941-1945
Médaille de Joukov (en)
Ordre du Drapeau rouge (, , , et )
Ordre de la Guerre patriotique de 1re classe (d) ( et )
Ordre d'Alexandre Nevski ()
Étoile d'or ( et )
Héros de l'Union soviétique ( et )
Ordre de Lénine (, et )
Médaille pour le service en bataille (en) ()
Ordre de l'Étoile rouge ()
Officier de l'ordre Polonia Restituta (d) ()
Order of 9 September 1944 (en) ()
Ordre du Service pour la Patrie dans les Forces armées de 3e classe (d) ()
Prix national d'URSS ()
Order of Georgi Dimitrov (en) ()
Commandeur de l'ordre du Mérite de la République de Pologne (d) ()
Ordre de la Révolution d'Octobre ()
Ordre du Mérite pour la Patrie - 4e classe (d) ()
Ordre du Courage ()
Ordre du Mérite pour la Patrie - 3e classe (d) ()
Ordre du Mérite pour la Patrie - 2e classe (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Aleksandr Nikolaïevitch Iefimov (en russe : Александр Николаевич Ефимов) est un aviateur soviétique[1], né le et décédé le . Le plus grand as des pilotes d'assaut des Forces aériennes soviétiques (VVS), il était l'équivalent soviétique de l'as allemand Hans-Ulrich Rudel. Ses exploits lui valurent d'être distingué à deux reprises par le titre de Héros de l'Union soviétique.

Carrière et combats[modifier | modifier le code]

Aleksandr Iefimov est né le dans le village de Kantemirovka (actuelle oblast de Voronej). Il reçut ses premières leçons de vol à l'aéroclub de Lougansk (en RSS d'Ukraine), avant de rejoindre les rangs de l'Armée rouge dès l'annonce de l'invasion de l'Union soviétique par les armées allemandes, le . Après avoir été diplômé du collège militaire de l'Air de Lougansk, il fut muté, en , au 198.ShIAP (régiment d'aviation d'assaut). Il était alors serjant (sergent).

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Aux commandes d'un Iliouchine Il-2 Sturmovik, Iefimov participa aux combats de Rjev, Briansk et Smolensk, sur le front occidental. À la fin , il abattit un Messerschmitt Bf 109, après que celui-ci l'eut gravement endommagé ; ce qui ne l'empêcha pas de rejoindre sa base. Le 13 juillet suivant, il fut nommé leader de la 2e escadrille de son régiment, nomination qui fut suivie peu après, à l'automne 1943, par sa promotion au statut d'officier : il était désormais starshii leitenant (lieutenant). Au cours de l'hiver 1943-1944, en compagnie de son mitrailleur-arrière, le sergent G. P. Dobrov, ils obtinrent 4 victoires, dont 2 en coopération.

En , après avoir accompli 100 missions de guerre, Iefimov fut promu kapitan (capitaine) et nommé commandant d'escadrille. En , transféré au 62.ShAP, il prit part à la campagne de libération de la Pologne, effectuant sa 200e mission de combat au-dessus de Gdansk. Le , il décolla pour accomplir sa 222e et dernière sortie de la guerre.

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, Iefimov poursuivit sa carrière au sein de la VVS, commandant successivement un ShAP, équipé d'Il-10 (en), puis une ShAD (division d'aviation d'assaut) volant sur Mikoyan-Gourevitch MiG-15 et MiG-17. Diplômé de l'Académie militaire de l'Air, en 1951, et de l'Académie de l'état-major général, en 1957, il accumula les postes à responsabilité : en 1967 adjoint au commandement de l'Armée de l'Air, avec le grade de general-polkovnik (colonel-général ou général d'armée) ; en 1975 il reçut la distinction de maréchal avant d'être nommé commandant en chef de l'Armée de l'air et ministre-adjoint à la Défense en 1984.

Aleksandr Iefimov est décédé à Moscou le . Il est enterré au cimetière de Novodevitchi.

Il est l'auteur d'un livre de souvenirs sur son expérience de la guerre : Nad polem boya (Au-dessus du champ de bataille) .

Palmarès et décorations[modifier | modifier le code]

Tableau de chasse[modifier | modifier le code]

Aleksandr Iefimov est crédité de 7 victoires homologuées, dont 2 individuelles et 5 en coopération, obtenues au cours de 222 missions de guerre. Mais c'est surtout pour son tableau de chasse de destructions au sol qu'il est renommé :

  • 126 chars
  • 85 avions
  • 30 locomotives
  • 193 pièces d'artillerie
  • 43 canons de DCA

Décorations[modifier | modifier le code]

le (médaille no 4845),
le (médaille no 73) ;

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Tomas Polak et Christopher Shores, Stalin's Falcons : the aces of the red star : a tribute to the notable fighter pilots of the Soviet Air Forces 1918-1953, London, Grub Street, , 381 p. (ISBN 1-902-30401-2 et 978-1-902-30401-4)
  • (en) Hans D Seidl (préf. Günther Rall & Vitalij Popkov), Stalin's eagles : an illustrated study of the Soviet aces of World War II and Korea, Atglen (Pennsylvanie), Schiffer Pub, coll. « military history », , 368 p. (ISBN 0-764-30476-3 et 978-0-764-30476-7, lire en ligne)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. De citoyenneté soviétique et de nationalité russe, selon sa fiche biographique sur le site www.warheroes.ru.

Liens externes[modifier | modifier le code]