Aldo Naouri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un médecin image illustrant la psychologie
image illustrant une personnalité image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un médecin, la psychologie et une personnalité française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Naouri.
Aldo Naouri
Aldo Naouri-Strasbourg-2011 (1).jpg

Aldo Naouri (Strasbourg, 2011)

Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Aldo Naouri, né le à Benghazi, est un pédiatre et spécialiste des relation intra-familiales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Benghazi en Libye italienne le dans la communauté juive libyenne.

Il est le dixième enfant de sa mère, veuve à 34 ans[1].

Après avoir été expulsé de Libye avec sa famille en 1942 en raison de sa nationalité française, Aldo Naouri s'installe en Algérie, puis en 1956 dans la ville de Besançon et enfin à Paris pour suivre des études de médecine[2]. Sa famille le rejoint en 1962. Il termine ses études de médecine en 1966.

Aldo Naouri est le père de trois enfants : deux filles, la romancière Agnès Desarthe et la metteur en scène d'opéra Elsa Rooke, ainsi que du chanteur d'opéra Laurent Naouri.

Psychanalyse[modifier | modifier le code]

Il a été influencé par la psychanalyse et a hésité à devenir psychanalyste. La psychanalyse a marqué sa pratique de pédiatre[3].

Critiques[modifier | modifier le code]

Des propos tenus par le pédiatre dans les années 2010 font polémique. Quelques-unes de ses positions sont qualifiées de « réactionnaires[4] » par une journaliste du Point[5].

En 2013, une polémique naît de propos tenus par Aldo Naouri dans son livre Prendre la vie à pleine main. L'auteur évoque en effet le cas d'un couple dont la femme ne fait plus l'amour avec son mari après un accouchement. Il raconte alors avoir conseillé le couple en disant à son mari « violez-la[6],[7],[8],[9],[10],[11] ! ». Ses propos ont été considérés comme « apologie du viol conjugal[12] ».

D'autres de ses propos sur le viol parus dans un ouvrage en 1998 ont aussi suscité polémique et l'ont « totalement disqualifié » pour Janine Mossuz-Lavau[13].

Aldo Naouri et Marcel Rufo font l'objet d'une vive critique à propos du respect de la dignité des enfants dans une lettre ouverte[14]écrite par David Dutartre, membre de l'Observatoire de la violence éducative ordinaire.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L’enfant porté, 1982, Éditions du Seuil
  • Une place pour le père, 1985, Éditions du Seuil
  • Parier sur l'enfant, 1987, Éditions du Seuil
  • L’enfant bien portant, 1993, Éditions du Seuil - rééd. 2010, Éditions Odile Jacob
  • De l'inceste, 1994, Éditions Odile Jacob
  • Le Couple et l’Enfant, 1995, Éditions Odile Jacob
  • Les Filles et leurs mères, 1998, Éditions Odile Jacob, (ISBN 2-7381-0796-6)
  • Questions d’enfants, 1999, Éditions Odile Jacob
  • Réponses de pédiatre, 2000, Éditions Odile Jacob
  • L’enfant bien portant, 2004, Éditions du Seuil
  • Les Pères et les Mères, 2004, Éditions Odile Jacob
  • Les mères juives n'existent pas, 2005, Éditions Odile Jacob
  • Adultères, 2006, Éditions Odile Jacob
  • Éduquer ses enfants. L'urgence d'aujourd'hui, 2008, Éditions Odile Jacob, (ISBN 2-7381-2073-3)
  • Faut-il être plus sévère avec nos enfants ? avec Edwige Antier, 2008, Éditions du Panama, (ISBN 2-7557-0404-7)
  • Les belles-mères, les beaux-pères, leurs brus et leurs gendres, 2011, Éditions Odile Jacob, (ISBN 978-2-7381-2679-5)
  • Prendre la vie à pleines mains, 2013, Éditions Odile Jacob
  • Les couples et leur argent, 2015, Éditions Odile Jacob

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] « Ma mère a été veuve à 34 ans. Elle était enceinte de sept mois, elle m'attendait, j'étais son dixième enfant. Je suis un fils posthume. »
  2. Aldo Naouri sur Evene (consulté le 8 novembre 2012).
  3. Site
  4. Aldo Naouri, le pédiatre / promoteur du viol
  5. « Vous l'aurez compris, le charmant réactionnaire n'a pas choisi de ménager ses lecteurs, ni de s'attacher les bienveillances des critiques. », Émilie Lanez, Le Point, le 8 septembre 2011
  6. [2] (consulté le 20 avril 2013).
  7. [3] Aldo Naouri : « Mais violez-la, monsieur » par Quentin Girard, 18 avril 2013, Libération next
  8. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/820245-violez-la-l-etrange-humour-du-pediatre-aldo-naouri-et-la-complaisance-de-elle.html
  9. http://www.elle.fr/Societe/Interviews/Violez-la-Aldo-Naouri-repond-a-la-polemique-dans-ELLE-2426174
  10. http://www.elle.fr/Societe/News/Martin-Winckler-Je-regrette-que-l-on-assimile-Naouri-et-le-magazine-ELLE-2425681
  11. http://www.elle.fr/Societe/News/Polemique-a-propos-de-l-interview-d-Aldo-Naouri-dans-Elle-2425685
  12. Christine Lambert, « “Violez-la !” : le conseil du bon Dr Aldo Naouri », 16 avril 2013.
  13. Mélanges, Armelle Le Bras-Chopard, Gouverner les violences : Le processus civilisationnel en question, sous la direction de Josepha Laroche et de Yves Poirmeur, Éditions L'Harmattan, 2010, p. 135, article « Vers l'indifférenciation » de Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherche du CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Politiques et membre de l’observatoire de la parité.
  14. « Lettre ouverte à Aldo Naouri et Marcel Rufo | OVEO »,‎ (consulté le 6 juillet 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Noëlle Lovenfosse, « Et si on réessayait le bon sens », in Entrées libres, septembre 2008, p. 2-3.

Liens externes[modifier | modifier le code]