Aldéhyde déshydrogénase 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'aldéhyde déshydrogénase 2 est une enzyme hépatique permettant la transformation de l'éthanal en acide acétique. Son gène est le ALDH2 situé sur le chromosome 12 humain.

Génétique[modifier | modifier le code]

Il existe des variants du gène ALDH2 entraînant une diminution de l'activité de l'enzyme, essentiellement présents en Extrême-Orient[1] et entraînant une intolérance à la prise d'alcool. En effet, l'alcool, une première fois métabolisé en éthanal, n'est plus transformé en acide acétique (ou acétate), suscitant une sensation désagréable de nausée, proche de celle ressentie lors d'une gueule de bois ou sous l'effet du disulfirame, un médicament utilisé contre l'alcoolisme [2],[3]. Cette variante du gène ALDH2 à elle seule ne suffit toutefois pas à empêcher l'alcoolisme: on a ainsi constaté qu'entre 1972 et 1992, le nombre de Japonais porteurs de cette variante et ayant des comportements alcooliques avait augmenté de 2,5% à 13%, notamment sous l'influence d'une culture de la boisson s'étant développé dans les milieux d'affaires [2].

Ce variant est également associé avec un risque accru d'angor spastique[4] et de syndrome coronarien aigu en favorisant probablement l'inflammation et la circulation de cellules souches endothéliales[5]. Il augmente également le risque de survenue d'un cancer, d'un diabète ainsi que de certaines maladies neurodégénératives[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Li H, Borinskaya S, Yoshimura K et al. Refined geographic distribution of the oriental ALDH2*504Lys (nee 487Lys) variant, Ann Hum Genet, 2009;73:335–345
  2. a et b Maia Szalavitz, "Genetics: No more addictive personality", Nature, no 522, S48–S49, (25 June 2015), doi:10.1038/522S48a
  3. Pour une explication grand public, voir aussi Alcool, effets sur la santé : une expertise collective de l'Inserm, Futura-Sciences, 21 septembre 2002
  4. Mizuno Y, Harada E, Morita S et al. East Asian variant of Aldehyde Dehydrogenase 2 is associated with coronary spastic angina: Possible roles of reactive aldehydes and implications of alcohol flushing syndrome, Circulation, 2015;131:1665-1673
  5. Xu F, Chen YG, Xue L et al. Role of aldehyde dehydrogenase 2 Glu504lys polymorphism in acute coronary syndrome, J Cell Mol Med, 2011;15:1955–1962
  6. Chen CH, Ferreira JC, Gross ER, Mochly-Rosen D, Targeting aldehyde dehydrogenase 2: new therapeutic opportunities, Physiol Rev, 2014;94:1-34