Alcyone et Céyx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alcyone.
Morphée apparaît à Alcyone sous les traîts de Céyx, gravure de pour le livre XI des Métamorphoses d'Ovide
Céyx prenant congé d'Alcyone (France, XVe siècle).

Alcyone et Céyx (en grec ancien Αλκυόνη καὶ Κήυξ / Alkuónê kaì Kếux) sont un couple célèbre de la mythologie grecque.

Mythe[modifier | modifier le code]

Céyx, fils d'Éosphoros (l'Étoile du matin), est roi de Trachis en Thessalie. Son épouse Alcyone passe, selon les auteurs, soit pour la fille d'Éole (le maître des Vents), soit pour la fille d'Éole (fils d'Hellen).

Céyx reçoit Héraclès qui fuit Eurysthée. Le héros le remercie en l'aidant à chasser les Dryopes de son royaume. L'un des fils de Céyx, Hippase, se fait tuer lors de l'expédition menée par Héraclès contre le roi Eurytos. Céyx devient le tuteur des enfants d'Héraclès après sa mort. Il les confie à Thésée, pour les prémunir de la haine d'Eurysthée. Céyx abrite également Pélée, exilé d'Égine pour le meurtre de Phocos.

Il existe deux versions de la légende d'Alcyone et Céyx :

  1. Céyx se rend à Claros pour consulter un oracle, mais il se noie durant la traversée. Avertie par Morphée de la mort de son époux, Alcyone part à la recherche de son corps et finit par le retrouver. Pris de pitié devant son chagrin, les dieux métamorphosèrent le couple en martins-pêcheurs . Cette version est corroborée par le fait que lorsqu'une accalmie règne en mer, cette période est désignée sous le nom de « jours alcyoniques ».
  2. Pris de vanité, le couple ose s'assimiler à Zeus et Héra. Pour ce sacrilège, Alcyone est métamorphosée en alcyon (martin-pêcheur) et Céyx, en fou de Bassan.

L'alcyon du pseudo-Platon[modifier | modifier le code]

Dans le dialogue pseudo-platonicien également attribué à Lucien de Samosate, Alcyone a fait le tour de la terre pour retrouver Céyx et elle est métamorphosée par les dieux en récompense de son amour[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Brisson 2008, p. 62

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :