Alchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alchi
Alchi Gompa.JPG
Présentation
Type
Religion
Patrimonialité
Monument d'importance nationale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Flag of India.svg Inde
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Inde
voir sur la carte de l’Inde
Red pog.svg

Alchi Gompa est situé à 67 km de Leh, la capitale du Ladakh, (tibétain : གླེ, Wylie : gle, THL : ་ ; hindî : लेह, translit. iso : lēha), du district du même nom, dans l'État du Jammu-et-Cachemire en Inde à une altitude de 3 510 m.

Description[modifier | modifier le code]

Alchi Gompa est situé dans le tehsil, sur la rive de l'Indus 70 km en aval de la capitale dans Leh. A la différence des autres gompas au Ladakh, Alchi est situé sur les basses terres, pas sur une colline[1]. De ces quatre hameaux, le monastère d'Alchi serait le plus ancien et le plus célèbre. Il est administré par le Likir Gompa[2].

Le monastère a été construit, selon la tradition locale, par le grand traducteur Guru Rinchen Zangpo entre 958 et 1055. Cependant, les inscriptions dans les monuments préservés l'attribuent à un noble tibétain appelé Kal-dan Shes-rab plus tard dans le XIe siècle[3].

Le Temple principal (gTsug-lag-khang), est un temple à trois étages appelé le Sumtseg (gSum-brtsegs), Dukhang ou Assembly Hall est construit dans le style Cachemire comme dans beaucoup de monastères; le troisième temple s'appelle le temple de Manjushri (Jam-dpal lHa-khang). Les Chörten sont nombreux dans le complexe. Les détails artistiques et spirituels du bouddhisme et de la religion hindous propres aux rois de l'époque au Cachemire et à l'Himachal Pradesh se reflètent dans les peintures murales du monastère. Ce sont quelques-unes des plus anciennes peintures survivantes au Ladakh. Le complexe possède également d'immenses statues du Bouddha et des sculptures en bois élaborées et des œuvres d'art comparables au style baroque.

Avalokiteshvara

Le temple principal est dédié à Vairocana, les autres statues et images incluent les cinq familles de bouddha, ainsi que leurs divinités[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction du complexe d'Alchi, au Xe siècle, avec le Lamayuru, le Wanla, le Mang-gyu et le Sumda, est attribuée au moine érudit-traducteur Rinchen Zangpo (958-1055). Dans le Tibet au Xe siècle, le roi Yeshe Od de Guge, affecta 21 savants dans cette région trans-himalayenne, de manière à y répandre le bouddhisme. Cependant, compte tenu des conditions climatiques et topographiques difficiles, seuls deux ont survécu, dont l'érudit et traducteur estimé Rinchen Zangpo. Son influence dans la région du Ladakh et notamment dans l'Himachal Pradesh et au Sikkim fut grande. Il s'est également déplacé dans les pays voisins du Népal, du Bhoutan et du Tibet. Rinchen Zangpo fut reconnu par l'épithète "Lohtsawa" ou le "grand traducteur". Il est crédité de la construction de 108 monastères dans la région trans-Himalaya dans sa quête pour disséminer le bouddhisme. Il a institutionnalisé le bouddhisme dans la région; ces monastères sont considérés comme le pilier du Vajrayana bouddhisme tibétain. Rinchen Zangpo a recruté des artistes du Kashmir pour réaliser des peintures murales et des sculptures dans les 108 monastères légendaires, dont seuls quelques-uns d'entre eux ont survécu. Le complexe du monastère d'Alchi au Ladakh occupe une place de choix parmi ces monastères construits.

Les Chörten ou stūpas en tibétain[modifier | modifier le code]

Grand Chörten d'Alchi

Les plus anciens Chortens recensés sont le Grand Chorten et le Petit Chorten datés du début du XIIIe siècle, après la construction du Sumtseg. Ces chortens sont des portes décorées, connues localement comme «Kakani Chörten» et «Ka-ka-ni mchod-rten», ont un lien historique avec d'autres monuments. Elles sont uniques à Alchi, et antérieures aux autres chortens qui ont été érigés jusqu'au XIVe siècle.

Détail d'une fresque

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Smythe Sewn Painted Walls of Lamayuru Monastery Clouds Lined Par Paperblanks Book Company, The Handa, c. o. (1987). Monastères bouddhistes en Himachal Pradesh. L'Indus Publishing Company, New Delhi. (ISBN 81-85182-03-5)
  • Handa, c. o. (1987). Monastères bouddhistes en Himachal Pradesh. L'Indus Publishing Company, New Delhi. (ISBN 81-85182-03-5).
  • Kapadia, Harish. (1999). Spiti : Aventures dans l'Himalaya Trans-. Deuxième édition. L'Indus Publishing Company, New Delhi. (ISBN 81-7387-093-4).
  • Janet Rizvi. (1996). Ladakh : carrefour de l'Asie. Deuxième édition. Oxford University Press, Delhi. (ISBN 019564546-4).
  • Cunningham, Alexander. (1854). LADĀK : physique, statistiques et historique avec les avis des pays voisins. Londres. Réimpression : Sagar publications (1977).
  • Francke, a. h. (1977). Une histoire du Ladakh. (Initialement publié comme, une histoire du Tibet occidental, (1907). Édition 1977 avec introduction critique et annotations par s. s. Gergan & f. M. *Hassnain. Sterling Publishers, New Delhi.
  • Francke, a. h. (1914). Antiquités du Tibet indien. Deux volumes. Calcutta. Réimpression de 1972: s. Chand, New Delhi.
  • Sarina Singh, et coll., Inde. (2007). 12e édition. Lonely Planet. (ISBN 978-1741043082).
  • Schettler, Margaret & Rolf. (1981) Kashmir, Ladakh & Zanskar. Lonely Planet, South Yarra, Vic., France.
  • Tucci, Giuseppe. (1988). Rin-chen-bzan-po et la Renaissance du Bouddhisme au Tibet dans le Millenium. Première édition italienne 1932. Tout d'abord un projet de traduction en anglais par Nancy Kipp Smith, sous la direction de Thomas J. Pritzker. Édité par Lokesh Chandra. Version anglaise de Indo-Tibetica II. Aditya Rakashan, New Delhi. (ISBN 978-8185179216)
  • Francke, A. H. (1914, 1926). Antiquities of Indian Tibet. Two Volumes. Calcutta. 1972 reprint: S. Chand, New Delhi.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Schettler, Margaret & Rolf. (1981) Cachemire, Ladakh et Zanskar. Lonely Planet, South Yarra, Vic., Australie, p. 104.
  2. Christian Luczanits, Buddhist sculpture in clay: early western Himalayan art, late 10th to early ..., Serindia Publications, Inc, , 125–127 p. (ISBN 1-932476-02-4, lire en ligne)
  3. name=Rizvi (1996), p. 243
  4. « Monasteries of Ladakh/Alchi », sur buddhist-temples.com (consulté le 5 novembre 2017).

Notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Buddhist Monasteries. Alchi.