Alberto Ruz Lhuillier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alberto Ruz Lhuillier
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Albert François Charles RuzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
MonumentAlbertoRuzLHuillierPalenque.JPG
Vue de la sépulture.

Alberto Ruz Lhuillier est un archéologue franco mexicain né à Paris le [1] et mort à Montréal le . Il s'est spécialisé dans l'archéologie précolombienne mésoaméricaine, et est connu pour avoir dirigé les fouilles de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) sur le site maya de Palenque, où il a découvert le tombeau du souverain maya K'inich Janaab' Pakal I.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alberto Ruz Lhuillier naît à Paris d'un père cubain et d'une mère française. Ses grands-parents paternels, José Francesco Ruz et Marie Miracla Mas quittent Cuba pour Paris. Sa tante, María Adolfina Clemencia Isaura Ruz, épouse en 1883 le compositeur et musicien Gustave Dauvin (1844-1902)[2],[3],[4].

Lorsque Ruz a déménagé à Cuba dans les années 1930 et apprend l’impact de l’ingérence américaine dans les affaires cubaines, il s’est profondément impliqué dans la révolution socialiste pour libérer son pays de l’impérialisme des Etats-Unis[5], en outre, ces premières expériences de la vie étudiante l'ont exposé à d'autres étudiants qui ont épousé les théories et les idées de Karl Marx. Plus tard, Ruz utilisera certaines de ces théories pour expliquer le développement et la chute de l'ancienne civilisation maya[5],[6],[7].

Il fait ses études au collège de La Havane, à Cuba[5], puis au Mexique où il obtient le titre d'archéologue de l’Escuela Nacional de Antropología e Historia[8].

En 1936, il a adopté la citoyenneté mexicaine. De retour en France , il a fait des études de troisième cycle à l'Institut d'Ethnologie, au Musée de l'Homme et à l'École des Langues Orientales à Paris.

Après plusieurs années en France, il est retourné au Mexique pour travailler à l'Université nationale autonome du Mexique notamment comme directeur du séminaire sur la culture maya[9].

À la mort de Miguel Ángel Fernández en 1945, il est chargé des recherches de l'INAH sur le site maya de Palenque[10]. Pendant qu'il officie en tant que Directeur des Monuments Pré-Hispaniques dans la section sud de l'INAH, Ruz Lhuillier fouille une grande partie de la ville, et gère la restauration et la conservation certains édifices, comme le palais de Palenque. En 1948, il découvre l'entrée de la tombe du souverain maya K'inich Janaab' Pakal I, cachée sous le Temple des Inscriptions.

Après quatre saisons passées à déblayer l'escalier enfoui sous les décombres, il met au jour le sarcophage et le corps de Pakal. Il découvre également la Tablette du Palais, qui servit de dossier à un trône, et la Tablette des Esclaves qui représente un cahal au milieu des captifs enchaînés. Il continue à travailler sur le site jusqu'en 1958[5].

En 1964, il a reçu le titre de docteur en anthropologie de l'Université autonome du Mexique.

Il était membre de plusieurs institutions académiques dont la Société mexicaine d'anthropologie, la Société des Américanistes, la Société Suisse des Américanistes et la Society of American Archaeology.

Ruz Lhuillier meurt à Montréal, au Canada, le . Plusieurs de ses livres sur les Mayas, y compris son ouvrage majeur Los Antiguos Mayas, ont été publiés à titre posthume. Rendant un ultime hommage au travail de cet homme, le gouvernement mexicain a donné son autorisation pour enterrer ses restes en face de la nécropole découverte par lui à Palenque.

Œuvres majeures[modifier | modifier le code]

  • Los Antiguos Mayas, Una Antologia (français : Les Anciens Mayas : Anthologie) - ()
  • El Pueblo Maya (français : Le peuple Maya) - ()
  • Al Frente Pasado De Los Mayas (français : Face au passé des Mayas) - ()
  • El Templo De Las Inscripciones, Palenque (français : Le Temple des Inscriptions) - ()
  • Palenque 1947-1958 - ()

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives en ligne de Paris, 8e arrondissement, année 1906, acte de naissance no 197, cote 8N 141, vue 4/31
  2. frederic beziaud, « francegenweb.org - votre service benevole d'assistance genealogique », sur www.francegenweb.org (consulté le )
  3. frederic beziaud, « francegenweb.org - votre service benevole d'assistance genealogique », sur www.francegenweb.org (consulté le )
  4. « Gustave Dauvin (18..-1902) », sur data.bnf.fr (consulté le )
  5. a b c et d (en) Elaine Schele, « Profile of Alberto Ruz Lhuillier as a Young Man », Bulletin of the History of Archaeology, vol. 22, no 2,‎ , p. 4–11 (ISSN 2047-6930, DOI 10.5334/bha.22202, lire en ligne, consulté le ).
  6. (es) Carlos E. Bojórquez Urzaiz, « El modo de producción entre los mayas, una discusión inconclusa », dans El debate permanente : Modos de producción y revolución en América Latina, Ariadna Ediciones, coll. « Filosofía », (ISBN 979-10-365-6051-4, lire en ligne), p. 169–178
  7. (es) Collectif, El debate permanente: Modos de producción y revolución en América Latina, Ariadna Ediciones, (ISBN 979-10-365-6051-4, lire en ligne)
  8. Pierre Becquelin, « Alberto Ruz Lhuillier 1906-1979 », Journal de la société des américanistes, vol. 68, no 1,‎ , p. 207–207 (lire en ligne, consulté le )
  9. « Alberto Ruz L'Huillier - EcuRed », sur www.ecured.cu (consulté le )
  10. @NatGeoFrance, « Le mystère de la Reine Rouge de Palenque », sur National Geographic, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]