Alberto Nagel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alberto Nagel
Alberto Nagel.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (55 ans)
MilanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Alberto Nicola Nagel (Milan, ) est un banquier et manager italien, administrateur délégué de Mediobanca et ancien vice-président d’Assicurazioni Generali.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu le baccalauréat, section classique en 1984 auprès de l'Institut Léon XIII (it), il s’est inscrit à la faculté d’Économie de l’Entreprise de l'Université "Bocconi" de Milan, où il a obtenu sa maîtrise en 1990. En 1991, il est appelé à Mediobanca[1],[2].

Marié et père de deux enfants, Alberto Nagel réside en Italie et vit entre Milan et Londres, où il travaille une partie de la semaine.

La carrière chez Mediobanca [modifier | modifier le code]

Entré à Mediobanca le , Alberto Nagel mène toute sa carrière en assumant de plus en plus de responsabilités au sein de l’établissement, tout d’abord auprès du service financier, puis au secrétariat général dont il devient le responsable en 1997. L’évolution de la structure organisationnelle de Mediobanca permet à Alberto Nagel d’assumer ensuite le poste de responsable de la division des services bancaires d’investissement.

Alberto Nagel est nommé cadre le , directeur central le , vice-directeur général le , et il est directeur général depuis le . En , Alberto Nagel est nommé conseiller délégué et, en  administrateur délégué de Mediobanca[3], poste qu’il occupe encore aujourd’hui.[4]

Dans les années quatre-vingt-dix, il participe aux privatisations italiennes suivies par Mediobanca. On compte parmi ces privatisations celles de Enel (1999),de BNL (1998) et de Finmeccanica (2000).

Au cours des mêmes années, il participe à certaines des plus grandes opérations de fusion-acquisition italiennes. En 1994-1995, il a dirigé l l’offre publique d'achat du Credito Italiano sur le Credito Romagnolo (it); il participe en 1999 à l’O.P.A. de «Olivetti» sur «Telecom Italia» et en 2000-2001, il suit l’O.P.A. de «Generali» sur «INA Assitalia» (it). Il a également suivi le processus de consolidation des Banques populaires italiennes.[5].

En 2004, en qualité de directeur général, il présente à la communauté financière le premier plan industriel de Mediobanca.

Il est l’auteur du plan stratégique triennal 2014-2016 qui est présenté à la communauté financière le . Ce plan est largement repris par les médias nationaux et internationaux[6] qui le décrivent comme un tournant pour le capitalisme italien.

Aujourd'hui, le nouvel équilibre réalisé par Nagel grâce à la diversification du business  a apporté des résultats significatifs et a repositionné l'activité de la banque.

C’est à lui que l’on doit l'expansion du Corporate & Investment banking de Mediobanca sur les  marchés étrangers dont les sièges se trouvent à Paris (2004), Moscou et Luxembourg (2005), Francfort, Madrid et New York (2007), Londres (2008), Istanbul (2013).

En même temps que l'ouverture des bureaux à l'étranger, il entame le développement du pôle banque de détail du groupe Mediobanca. Ce développement commence en 2007 avec l'acquisition de « Linea » de la part de «Compass (it)» et se poursuit en 2008 lorsqu’il présente sur le marché « CheBanca! », la nouvelle banque de détail du groupe et aujourd'hui parmi les principales banques en ligne en Italie. À la fin de 2015, le pôle banque de détail se voit consolidé avec l'acquisition d'un périmètre sélectionné des opérations de vente au détail de «Barclays Italia»[7].

En 2015, Nagel inaugure le business de gestion alternative d’actifs grâce à l'acquisition d'une participation majoritaire de «Cairn Capital», le gestionnaire de credit asset de Londres[8].

En 2016, Alberto Nagel présente à la communauté financière son plan stratégique triennal jusqu’en 2019. Le plan prévoit l'accélération sur le développement de la gestion de patrimoine en synergie avec l'activité principale du service bancaire de financement et d’investissement. C’est dans ce contexte que rentre l'acquisition complète de « Banca Esperia », annoncée par Nagel dans le cadre du plan, qui apparaît comme fonctionnelle au développement de services de private banking réservés aux grands patrimoines.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Alberto Nagel - Ultime notizie su Alberto Nagel - Argomenti del Sole 24 Ore », sur Argomenti Argomenti del Sole 24 Ore (consulté le 27 mars 2017).
  2. (it) Guillaume Delacroix, « Le mystère Mario Monti », sur Google Books, Plon, (consulté le 27 mars 2017).
  3. (it) « Alberto Nagel », sur mediobanca.com (consulté le 27 mars 2017).
  4. « Alberto Nagel, directeur général de Mediobanca », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2017)
  5. (it) « Come fa soldi ora Mediobanca - MilanoFinanza.it », sur milanofinanza.it (consulté le 27 mars 2017).
  6. (en-US) Andrew Peaple, « Mediobanca Bids Arrivederci to Italy Inc. », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 12 août 2017)
  7. (it) « Mediobanca: CheBanca! compra 89 filiali Barclays », sur Repubblica.it, (consulté le 27 mars 2017).
  8. (en) « Mediobanca takes control of London-based Cairn Capital », sur Financial Times (consulté le 27 mars 2017).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]