Alberti (famille)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alberti.
La maison-tour des Alberti à Florence

Alberti est le nom d'une des plus anciennes familles nobles de Florence.

Son premier membre en est le juge Rustico Alberti du Valdarno supérieur du Casentino et pour cette raison, leurs armoiries comportent deux chaînes entrecroisées.

Banquiers comme les Médicis, elle lui disputa longtemps le pouvoir ainsi qu'aux Albizzi, et se fit remarquer par son zèle pour l'égalité républicaine.

Benedetto Alberti en 1378 renversa la faction des Albizzi. Renversé à son tour (1381) par les Albizzi, il mourut en exil.

Les Alberti furent rappelés (1435) par les Médicis.

La famille Alberti a essaimé, en France dont les principales branches sont celles des seigneurs de Luynes (d'Albert de Luynes) et de Chaulnes[1] et serait issue des Alberti de Florence mais les sources ne sont pas consensuelles à ce jour. En Italie, la famille degli Alberti a essaimé par l'alliance au XVème siècle avec la famille Lascaris Vingtimille qui est à l'origine de la branche des Comtes d'Alberti della Briga représentée à ce jour par Theodore d'Alberti della Briga.

Particularité[modifier | modifier le code]

Selon Werner Sombart, dans son essai Le Bourgeois (1913, 1966 en français), en réponse aux thèses de Max Weber, Alberti a déjà défini au XVe siècle "toute la gamme des vertus bourgeoises dont Weber avait trouvé l'expression chez les calvinistes puritains"".

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Marcello Vannucci, Splendidi palazzi di Firenze, Le Lettere, Florence, 1995 (ISBN 88-7166-230-X)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Albert » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (Wikisource)