Albert de Lapparent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Albert de Lapparent
Albert de Lapparent (1839-1908).jpg
Albert de Lapparent
Fonctions
Président
Société française de minéralogie et de cristallographie
Président
Société géologique de France
Biographie
Naissance
Décès
(à 68 ans)
Paris
Nom dans la langue maternelle
Albert-Auguste Cochon de LapparentVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Albert Auguste Cochon de Lapparent[1]
Nationalité
Formation
Activités
Famille
Conjoint
Adèle Chenest
Enfants
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction

Albert de Lapparent, né à Bourges le et mort à Paris le , est un géologue français, membre de l'Académie des sciences.

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert de Lapparent naît le à Bourges. Il est le fils de Rémi de Lapparent, officier du génie. Il entre en 1858 à l’École polytechnique dont il sort major en 1860[1]. La même année il suit les cours de géologie d'Élie de Beaumont à l'École des mines de Paris. Il participe à deux voyages d'étude en Allemagne en 1862 et 1863. Son journal donne lieu à une étude sur la constitution géologique du Tyrol méridional publié dans les Annales des Mines[2].

En 1865 il commence ses recherches personnelles qui portent sur la levée des feuilles géologiques du Nord-Pas de Calais-Picardie et de Normandie (Beauvais, Rouen, Neufchâtel, Laon...). Il est choisi par Beaumont et Chancourtois pour réaliser la carte géologique de la France avec Fuchs et Potier. Suppléant de Chancourtois, il est rapporteur des conférences publiques internationales instituées en vue de l'unification des poids et mesures. Il épouse Adèle Chenest l'année suivante, fille du banquier Alfred Chenest et de Clémence Camion. Lors de la guerre de 1870 il est lieutenant de la garde nationale et travaille à la mise au point des cartes d’état-majors. À partir de 1874 il travaille sur un projet de tunnel sous la Manche. Ses travaux sont très remarqués et il est fait chevalier de la Légion d'honneur[2]. Entre 1879 et 1892 il publie de nombreux ouvrages dont notamment Mémoire sur le pays de Bray. Il inaugure l'enseignement de la géographie physique en 1892 et une chaire magistrale de la même discipline est créée à la Sorbonne cinq ans plus tard, année ou il est élu à l’Académie des sciences. En , il en devient le secrétaire perpétuel pour les sciences physiques, à la suite de Marcellin Berthelot. Il meurt l'année suivante à Paris[3],[4].

Albert de Lapparent est le père du minéralogiste Jacques de Lapparent et de l'artiste peintre et essayiste en art Paul de Lapparent et le grand-père du prêtre paléontologue Albert-Félix de Lapparent.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Mémoires pour servir à l'explication de la carte géographique détaillée de la France : Le Pays de Bray, Paris, A. Quantin, 1879 [lire en ligne]
  • Traité de géologie, 1882, deuxième édition revue et très augmentée, 1885, sur Gallica
  • Abrégé de géologie
  • Cours de minéralogie, F. Savy (Paris), 1884, Texte en ligne disponible sur IRIS, édition 1884 sur Gallica, édition 2 revue et augmentée, 1890, sur Gallica
  • La Formation des combustibles minéraux, 1886
  • Le Niveau de la mer et ses variations, 1886
  • Les Tremblements de terre, 1887
  • La Géologie en chemin de fer. Description géologique du Bassin parisien et des régions adjacentes (Bretagne aux Vosges, Belgique à Auvergne), 1888
  • Précis de minéralogie, Paris, F. Savy, 1889 [lire en ligne]
  • Le Siècle du fer, 1890
  • La question du charbon de terre, Paris, F. Savy, (lire en ligne)
  • Notice sur les travaux scientifiques de M. Albert de Lapparent. Supplément à la notice sur les travaux scientifiques de M. Albert de Lapparent. Deuxième supplément à la notice sur les travaux scientifiques de M. Albert de Lapparent, Paris, Gauthier-Villars, (lire en ligne)
  • Les Anciens glaciers, 1893
  • Leçons de géographie physique, 1896
  • Notions générales sur l'écorce terrestre, 1897
  • Le Globe terrestre, 1899, en trois volumes :
    • I. — La Formation de l’écorce terrestre ;
    • II. — La Nature des mouvements de l’écorce terrestre ;
    • III. — La Destinée de la terre ferme et la durée des temps.
  • La Providence créatrice,
  • Les Silex taillés et l’ancienneté de l’homme,
  • Volcans et tremblements de terre,
  • La Philosophie minérale,
  • Science et Philosophie,
  • Science et apologétique, six conférences faites à l’Institut catholique de Paris, 1905
  • Cours de minéralogie réédition augmentée Édit. Masson. 1908.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Cochon-Delapparent, Albert Auguste (X 1858 ; 1839-1908) », sur le site de la bibliothèque de l’École polytechnique, Palaiseau : « Cochon de Lapparent, Albert Auguste (X 1858 ; autre forme du nom ; 1839-1908) » et sur le document numérique en annexe : « […] le 24 juillet 1860, l'acte de naissance de M. Cochon Delapparent a été modifié ainsi qu'il suit : M. Cochon de Lapparent ».
  2. a et b « Albert-Auguste de Lapparent (1839-1908) », sur www.annales.org (consulté le 1er septembre 2016)
  3. Nécrologie « L'Écho des mines et de la métallurgie 11 mai 1908
  4. Obsèques d'Albert de Lapparent, inhumation à La Cassine (Ardennes) « Journal des débats politiques et littéraires » 8 mai 1908

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]