Albert Willm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Albert Willm
Image dans Infobox.
Caricature d'Albert Willm publiée dans Les Hommes du jour.
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Philippe Albert WillmVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Distinction

Albert Willm (né le à Brest (Finistère), décédé le dans le 8e arrondissement de Paris[1]), est un avocat et journaliste, militant socialiste, qui fut député de la Seine entre 1906 et 1914.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille est d'origine alsacienne (son père, Charles Willm, un ouvrier, est né à Barr (Haut-Rhin) en 1836) qui a quitté l'Alsace après l'annexion par l'Allemagne consécutive à la guerre de 1870 et s'est installé à Brest.

Après des études à Brest (lycée, puis études de droit), Albert Willm milite très jeune dans les milieux socialistes et des sociétés de bienfaisance[2] locaux et commence à écrire très jeune des articles pour des publications locales comme Le Petit Breton, Le Petit Brestois, Le Travailleur du Finistère. Parti à Paris, où il achève ses études de droit, puis s'inscrit au barreau de Paris, il adhère en 1896 au Parti socialiste révolutionnaire et commence à collaborer à divers journaux parisiens comme le Petit bleu, le Soir, le Socialiste, L'Humanité, le Journal du dimanche, L'Action, etc., tout en commençant un travail d'avocat, se spécialisant dans les procès politiques et d'affaires de presse. Il se maria avec une demoiselle Guillemot.

Albert Willm aurait joué un rôle notable en 1905 dans le choix du sigle du Parti SFIO :

« L’avocat Albert Willm, du Parti socialiste ouvrier révolutionnaire (PSOR), aurait alors voulu marquer la préoccupation ouvriériste du courant allemaniste et obtenu l’adjonction d’ ouvrière. Là se trouve l’explication de la présence incongrue de l’expression Internationale ouvrière alors qu'à l’époque tous les textes officiels traduits en français se réfèrent aux décisions de l’Internationale socialiste[3]. »

Le , il est élu député de la 4e circonscription de la Seine (Saint-Denis) et il s'inscrit au groupe socialiste. Il est réélu le . En 1914, se présentant cette fois dans la 5e circonscription de la Seine, il est battu au second tour de scrutin par Jean Émile Bon, lui aussi socialiste.

« Le député sortant de la quatrième circonscription de la Seine, celle de l'arrondissement de Saint-Denis, était en effet l'avocat socialiste Albert Willm, qui jouissait d'une forte implantation locale et détestait la contradiction dans son fief. Les mauvaises langues disaient qu'il ne devait ses succès qu'à son assiduité dans les bistrots, où il rencontrait tous les ouvriers. Il était en effet considéré comme un alcoolique notoire[4]. »

Albert Willm fut un parlementaire très actif, prenant fréquemment la parole et rédigeant de nombreux rapports, dénonçant par exemple les spéculations financières en Bourse (en ), les emprunts russes[5], les exactions en Algérie (), défendant des syndicalistes et grévistes, se prononçant contre la peine de mort[6] et défendant en toutes occasions la République[7].

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Albert Willm », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives en ligne de Paris, 8e arrondissement, année 1944, acte de décès no 520, cote 8D 230, vue 22/31
  2. Albert Willm, Société de bienfaisance mutuelle de Brest. Rapport présenté par M. Willm, délégué par la Société au Congrès international de la Mutualité, réuni à Paris du 6 au 10 juin 1900 au Palais des congrès à l'Exposition universelle, , 20 p. (lire en ligne)
  3. L'Ours (L'Office Universitaire de Recherche Socialiste), consultable http://www.lours.org/default.asp?pid=404
  4. Bertrand Favreau, Georges Mandel ou la passion de la République (1885-1944), Fayard, 1996, [ (ISBN 2-213-66023-9)], consultable https://books.google.fr/books?id=odpNEsHFsJ8C&pg=PT83&lpg=PT83&dq=Albert+Willm&source=bl&ots=PSUzNecdJy&sig=xBs98pplHdUdvMBeJDeitVZqIrs&hl=fr&sa=X&ei=BuHXULyiEdKV0QWCkYCADQ&ved=0CEsQ6AEwBDgU
  5. Auguste Marie Joseph Jean Jaurès, Ferdinand Meslier, Gustave Rouanet, Albert Willm, Les Emprunts russes dénoncés au Parlement français. Interpellation du Parti socialiste, 1907
  6. http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/peinedemort/03_07_1908.asp
  7. http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?num_dept=7423#