Albert Rohmer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes. (septembre 2015).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rohmer.
Albert Rohmer
Naissance
Huttenheim, Reichsland Elsaß-Lothringen
Décès (à 92 ans)
Strasbourg, France
Origine Drapeau de l'Alsace-Lorraine Alsace-Lorraine
Allégeance Forces françaises de l'intérieur
Grade Médecin-Capitaine
Conflits Seconde Guerre mondiale
Distinctions Officier de la Légion d'honneur
Croix de guerre 1939-1945
Médaille de la Résistance
Autres fonctions Professeur de médecine

Albert Rohmer, né le à Huttenheim et mort le à Strasbourg, est un professeur de pédiatrie français, résistant déporté au camp de concentration de Neuengamme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Résistance et déportation[modifier | modifier le code]

Pédiatre de formation, tout comme l'était son oncle, Paul Rohmer (1876-1977), Albert Rohmer exerce en 1943 comme chef de clinique à Clermont-Ferrand lorsqu'il est recruté dans la Résistance par un de ses confrères. Servant d'abord de « boîte au lettres », on lui propose d'utiliser par la suite ses compétences de médecin au sein du M.U.R. pour la région Auvergne.

Le , un attentat majeur secoue Clermont-Ferrand. Une rafle s'ensuivit dans le milieu universitaire strasbourgeois replié en Auvergne. Dénoncé par un de ses collègues, Albert Rohmer est arrêté par la Gestapo, puis est envoyé à la prison du 92e R.I. de Clermont-Ferrand. Trois mois plus tard, Il est déporté à Neuengamme après avoir transité par Compiègne. À son arrivée le , on lui attribua le matricule 37037, puis on l'envoya comme (déporté-)responsable de l'infirmerie du kommando de Helmstedt dépendant de Neuengamme.

Après trois semaines dans cette infirmerie, le commandement nazi du camp lui ordonna d'euthanasier des déportés fiévreux en masse. Le docteur Rohmer refusa fermement d'obéir, en conséquence de quoi il est condamné à la potence. Prévue le lendemain, cette mise à mort est cependant commuée au dernier moment en raison du manque important de main-d'œuvre. « Cassé », il terminera la guerre dans la mine de sel de « Schacht-Marie (de) » comme simple triangle rouge.

Reçu par le général James M. Gavin le en compagnie de David Rousset, Albert Rohmer ne sera rapatrié que le à Paris en raison de son état de santé. Il fera d'ailleurs la une des journaux car il sera choisi pour incarner le millionième Français rapatrié ancien prisonnier de guerre en compagnie de Jules Garron.

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

À son retour de déportation, il retrouva ses fonctions de chef de clinique infantile de Strasbourg. De 1946 à 1951, il fut le directeur du Centre interdépartemental d'éducation sanitaire du Haut-Rhin, Bas-Rhin et de la Moselle ; tandis qu'en 1966, il fut nommé Professeur de pédiatrie à la Faculté de médecine de Strasbourg (fonction qu'il occupa jusqu'en 1982, moment où il prit sa retraite).

Décorations[modifier | modifier le code]

Albert Rohmer était officier de la Légion d'honneur, titulaire de la croix de guerre 1939-1945 avec palme et de la Médaille de la Résistance ainsi que de plusieurs autres décorations civiles et militaires.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Des universités aux camps de concentration - témoignages strasbourgeois ISBN 2-86820-714-6, un chapitre écrit par Albert Rohmer sur la vie au camp de Neuengamme intitulé : "Helmstedt, Mine de Sel"
  • Le retour des absents, Un millionième cache l'autre, A. Navarro, Éd. Stock, 2015

Note[modifier | modifier le code]

  • Albert Rohmer a servi de modèle pour le personnage d'Albert, médecin français déporté qui fut affecté à une infirmerie d'un camp de concentration avant d'être cassé par les kapos, dans les livre Les jours de notre mort par David Rousset, 1947, ISBN 2-01-279266-9, livre écrit sous la forme d'un roman mais basé sur des témoignages de rescapés.

Liens externes[modifier | modifier le code]