Albert Regnard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Albert Regnard
Neurdein - Albert Regnard.jpg
portrait d'Albert Regnard par le studio Neurdein vers 1870
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvements

Adrien Albert Regnard dit Albert-Adrien ou Albert Regnard, né à La Charité-sur-Loire le [1] et mort à Paris 5e le [2], est un militant socialiste français du XIXe siècle, leader des étudiants blanquistes, libre-penseur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est reçu[Quand ?] au concours de l'Internat des hôpitaux de Paris. Il représente le courant matérialiste scientifique au premier congrès international des étudiants[3] de Liège, fin octobre 1865. À la suite de cette manifestation, il est exclu de la faculté de médecine[pourquoi ?]. Il ouvre des cours particuliers de médecine et publie la Revue encyclopédique avec son ami Georges Clemenceau.[Quand ?] Il collabore à La Libre Pensée, dont il est l'un des fondateurs.

En 1869, il représente la France à l'anti-concile[4] de Naples avec son camarade athée Gustave Tridon. En 1871, il participe à la Commune de Paris et devient secrétaire général de la Préfecture de police. Lors de la répression politique, il se réfugie à Londres, puis se rallie à Gambetta. Comme nombre de socialistes communards, Régnard est à la fois anticlérical et violemment antisémite. En 1887, il publie dans La Revue socialiste son texte sur "les aryens et les sémites"[5].

De retour à Paris après l'amnistie de 1880, il devient inspecteur général des services administratifs du Ministère de l'intérieur, membre du Conseil supérieur des prisons[6] et demeure 68 boulevard Saint-Marcel. Veuf[Depuis quand ?], il se remarie le , à Françoise Weinmann, Mairie du 5e arrondissement de Paris.

Caricature d'Albert Regnard par Henri Demare en 1885 dans la revue "Les Hommes d'aujourd'hui", n°205

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il écrit aussi une série d'articles de philosophie politique et sociale :

  • « Du respect dû à l'État et aux lois »,
  • « De la Force révolutionnaire »,
  • « Du rôle de la Commune de Paris ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Zeev Sternhell, La Droite révolutionnaire : 1885-1914, les origines françaises du fascisme. Première édition : éditions du Seuil, coll. « L'Univers historique », Paris, 1978, 441 p., (ISBN 2-02-004844-2). Réédition, augmentée d'un essai inédit : éditions Fayard, Paris, 2000, 436 p., (ISBN 2-213-60581-5).

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]