Albert Rakoto Ratsimamanga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Albert Rakoto Ratsimamanga
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
Nationalités
Activité
Conjoint
Suzanne Urverg-Ratsimamanga (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

Albert Rakoto Ratsimamanga, né le à Tananarive et mort le , est un scientifique malgache Andriana d'extraction princière dont le grand-père était l'oncle utérin de la Reine Ranavalona III.

Il est le fondateur avec sa femme Suzanne, Pierre Boiteau et Raymond William Rabemananjara entre autres, de l'Institut malgache de recherches appliquées (IMRA) renommé « Fondation Albert et Suzanne Rakoto Ratsimamanga » et reconnue d'utilité publique par le Conseil de gouvernement le [1]. La création de l'institut fut rendue possible grâce aux retombées financières d'un médicament cicatrisant, le Madécassol, qu'ils tirèrent de la plante Centella asiatica. Il est également un des cinq premiers scouts malgaches.

Cursus universitaire[modifier | modifier le code]

  • Docteur en sciences (Paris)
  • Docteur en médecine (Paris)
  • Diplômé de l'Institut de médecine exotique (Paris)
  • Ancien élève de l'Institut Pasteur de Paris
  • Ancien élève de l'École des hautes études internationales

Autres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Tache pigmentaire héréditaire et origine des malgaches, Thèse de Doctorat en Médecine, extrait paru dans : "Revue anthropologique", (50e année, janvier-) N°1-3.
  • Acide ascorbique et travail musculaire, Chatenay, 140 pages, Éditions Paris
  • Les plus beaux écrits de l'union française, Paris, 240 pages, Éditions de la Colombe
  • Acide ascorbique, Paris, 250 pages, Hermann et Cie Éditions
  • Histoire des Littératures Encyclopédiques de la Pléiade, littérature orale, vol. Éditions Gallimard, Paris, 1940
  • La vitamine C, Encyclopédie Médico-chirurgicale (1958)
  • Les triterpénoïdes en chimie physiologie végétale et thérapeutique, 1 385 pages, Éditions Gauthier-Villars Paris-Churchill London
  • Nouveaux catalogues des plantes médicinales malgaches (noms scientifiques et vernaculaires de 43 600 espèces (268 pages) un volume de 1972)
  • Éléments de pharmacopées malgaches, 350 pages, Imprimerie nationale de Madagascar (1963)
  • Rapports d'activités officiels destinés au Gouvernement : de 1960 à 1974 : 10 tomes de 56 pages chacun
  • Plus de 350 publications scientifiques dans diverses revues depuis 1933, en particulier de l'Académie des sciences de Paris
  • Une centaine de conférences et de discours politiques et diplomatiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]