Albert Mosséri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Albert Mosséri
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Albert Mosseri, né en 1925, et mort le , était adepte de l'hygiénisme (Shelton). Il conseille une alimentation à 80% crue et une pratique du jeûne encadrée. Il a écrit de nombreux ouvrages à ce sujet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Mosseri vécut la première partie de sa vie au Caire, où, dès sa jeunesse, il commence à diffuser l'hygiénisme. Mais d'abord, il se consacre notamment à la naturopathie. Multilingue, il lit beaucoup de livres d'auteurs d'hygiène naturelle et de naturopathie, dans leurs langues originales; lui-même, à l'âge de 20-24 ans commence à publier. En raison des conditions défavorables en Égypte, dans les années 1960, il quitte Le Caire pour s'installer en France, où il diffuse l'hygiénisme, en introduisant, entre autres, des auteurs américains tels que Herbert Shelton, John Henry Tilden et Charles Leslie Thompson[1],[2] .
Mosseri déclare dans une interview: « ... la pratique de l’hygiénisme tel que je la pratique actuellement elle est venue par étapes, de très nombreuses étapes. Parce que d’abord il faut chercher le bon régime, les bonnes idées, ce n’est pas facile à trouver, et quand on les a trouvées, les tentations extérieures et intérieures sont tellement fortes qu’on ne peut pas d’emblée les appliquer. Il faut des années et des années pour pouvoir pratiquer l’hygiénisme pur[3]. »

Régime alimentaire proposé par Mosseri[modifier | modifier le code]

Le principe de base de l'alimentation hygiéniste est de se rapprocher de l'alimentation naturelle, qui est, selon Mosséri, similaire à celle des grands singes (gorilles, chimpanzés, orang-outangs...), c'est-à-dire une alimentation avec peu de produits animaux, et essentiellement composée de fruits, de légumes, et de noix.
D'après Mosséri, l'homme n'est pas non plus un granivore, et il exclut donc les graines et les céréales. Il exclut aussi les épices, les aromates, les condiments comme la moutarde, le poivre, le sel, la mayonnaise, etc. et le tabac, l'’alcool, le vin.
Dans la pratique, le régime proposé par Mosseri se réfère d'abord conformément à celui de Shelton.
Plus tard, au cours de sa longue formation à l'hygiènisme par sa propre expérimentation, il diminue la consommation quotidienne excessive de noix (en moyenne 120-200 grammes proposés par Shelton) à environ 20, 30 grammes. Cette consommation limitée de noix, explique Mosseri, est dû au fait que les noix sont indigestes si elles sont consommées en abondance, ce qui provoque une putréfaction au niveau intestinal et des flatulences [3].

Interdiction de faire de la publicité pour l'hygiénisme[modifier | modifier le code]

Le , L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé interdit à Albert Mosséri toute publicité pour l'hygiénisme[4].
Il lui est, par exemple, interdit de présenter le but de la nutrition hygiéniste en ces termes:
« (...) pour éliminer les causes de la maladie en désintoxiquant l'organisme et lui permettre de mieux assimiler les nouveaux aliments (...). ».
« (...) toutes les maladies courantes (...), pour chacune d'elles (...), apprendre comment permettre au corps de se rétablir en suivant les lois de la nature. »
La publication faite au Journal officiel explique en outre que cette interdiction de publicité se base sur le fait « qu'aucune preuve scientifique n'a été apportée par Albert Mosséri, à l'appui de ces affirmations. »

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1951. Comment guérir le rhume, cet inconnu. La Nouvelle Science de l'hygiène naturiste et ses lois
  • 1954. Hygiénisme. La Santé par la nourriture. Orthotropie
  • 1955. Comment soigner sans opération hernie, hémorroïdes, ptoses, varices, déplacements de la matrice, déviations utérines (basé sur les travaux de Herbet M. Shelton et d'autres spécialistes)
  • 1957. La Science de la santé. Le Système hygiéniste et les Lois de la vie (basé sur les travaux de Herbet M. Shelton)
  • 1958. Comment guérir le rhume cet inconnu suivi de la constipation, l'appendicite et le diabète
  • 1960. La Santé par la nourriture
  • 1962. L'Art de se nourrir pour se fortifier (basé sur les travaux de Herbet M. Shelton et et J. C. Thomson)
  • 1976. La Nourriture idéale et les Combinaisons simplifiées. L'Hygiènisme en pratique
  • 1980. Jeuner pour revivre
  • 1987. Vivre sans sida, le goulag du sida
  • 1987. Le Goulag du sida. Symptômes-cause... Médical/traitement naturel/histoires de guérisons vécues.
  • 1989. Sante radieuse par le jeune
  • 1989. L'Homme, le Singe et le Paradis
  • 1994. Confiez votre santé à la nature
  • 1995. L'Hygiénisme : Disciplines de la santé naturelle
  • 1998. Les Supercheries de la médecine
  • 2001. La nutrition hygiéniste
  • 2003. L'Antimédecine
  • 2010. Le Jeûne, meilleur remède de la nature

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dr Raphaël Perez, « Hommage à Albert Mosseri » : « C’est à Albert Mosseri qu’on doit véritablement l’introduction de l’hygiénisme en France. Il a traduit plusieurs livres de l’anglais et il a écrit lui-même de nombreux ouvrages. Albert Mosseri fut et restera un des grands noms de l’hygiénisme en France et même en dehors de nos frontières. »
  2. Jean Yves Henry, « Principes d’hygiène vitale » : « Albert MOSSERI a été le premier personnage important pour la diffusion des méthodes hygiénistes en France. »
  3. a et b Frederic Patenaude, « Entrevue Avec Albert Mosseri »,
  4. Journal Officiel, « Décision du 5 décembre 2003 interdisant, en application des articles L. 5122-15, L. 5422-12, L. 5422-14 et R. 5055 à R. 5055-6 du code de la santé publique, la publicité pour un objet, appareil ou méthode présenté comme bénéfique pour la santé lorsqu'il n'est pas établi que ledit objet, appareil ou méthode possède les propriétés annoncées »