Albert Lilar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Albert Lilar
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Albert Lilar dans les années 1960
Fonctions
Ministre de la Justice
-
Ministre de la Justice
-
Charles du Bus de Warnaffe (d)
Ministre de la Justice
-
Ministre de la Justice
-
Adolphe Van Glabbeke (d)
Sénateur
Titres de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
Nationalité
Activités
Conjoint
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Archives conservées par

Albert Jean Julien François baron[1] Lilar (Anvers, - ) est un homme politique belge du parti libéral et ministre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lilar était docteur en droit et avocat renommé de droit maritime et droit international privé à Anvers, et président du Comité maritime international. Il fut aussi professeur de droit à l’Université libre de Bruxelles et la Vrije Universiteit Brussel. Il était l'époux de l’écrivaine, la baronne[2] Suzanne Lilar et père de l’écrivain Françoise Mallet-Joris (1930-2016) et de l’historienne d’art spécialiste du XVIIIe siècle, Marie Fredericq-Lilar (née en 1934).

Il était un Sénateur libéral de l’arrondissement d’Anvers (1946-1971), quatre fois ministre de la Justice (1946-1947, 1949-1950, 1954-1958 en 1960-1961) et ministre d'État à partir de 1969. Sous le gouvernement Gaston Eyskens (1958-1960) Lilar est chargé de la vice-présidence du Conseil de Cabinet. En tant que vice-Premier ministre belge, Albert Lilar fut élu président de la Table ronde en 1960 et participa aux discussions menant à l'indépendance du Congo belge. Grand humaniste, il fut un fervent défenseur des droits de l’homme.

Le prix Albert-Lilar du Comité maritime international est attribué pour un travail principal sur la loi maritime publié en n'importe quelle langue dans le monde pendant les cinq années précédentes.

Le roi Baudouin lui a octroyé concession de noblesse et le titre personnel de baron. Toutefois la levée des lettres patentes n'a pu avoir lieu qu'après son décès, en 1977, et ont donc été délivrées à titre posthume[1]. Par la même occasion, le roi Baudouin a concédé le titre personnel de baronne à son épouse Suzanne Verbist[2].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Philippe de Bounam de Ryckolt et Georges de Hemptinne, Lettres de noblesse octroyées par Sa Majesté Baudouin Roi des Belges (1951-1991), Bruxelles, Collection Heraldica Belgica, , 316 p. (ISBN 2872630570), p. 168
  2. a et b Philippe de Bounam de Ryckolt et Georges de Hemptinne, Lettres de noblesse octroyées par Sa Majesté Baudouin Roi des Belges (1951-1991), Bruxelles, Collection Heraldica Belgica, , 316 p. (ISBN 2872630570), p. 277