Albert Haas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haas.
Albert Haas
Description de l'image Haas, Albert.jpg.
Naissance
Zalalövő (Hongrie)
Décès (à 85 ans)
New York

Albert Haas (orthographié aussi Hassz), né le à Zalalövő (Hongrie) et mort le à New York[1], est un résistant, médecin et écrivain français d'origine hongroise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Action dans la Résistance[modifier | modifier le code]

Après la défaite de la bataille de France, Haas et sa femme fuient en Angleterre. Recruté par les Forces françaises libres du général de Gaulle, il est intégré au réseau Marco-Polo en tant qu'agent P2. Après une formation d'espion, il est parachuté en France. Durant un an et demi, il effectue différentes missions d'espionnage. Fin 1942, il est arrêté par la Gestapo. Torturé, il ne parle pas. Il est condamné à mort pour espionnage fin 1943 et est finalement déporté au camp de Dachau.

Déportation[modifier | modifier le code]

À Dachau, il officie comme médecin-prisonnier. Il réussit à s'évader mais est repris quelques jours plus tard. Renvoyé à Dachau, il y est de nouveau torturé. Il est ensuite déporté à Flossenburg, Buna, Laurahutte et enfin Gusen II. Haas doit notamment sa survie dans les camps au fait que les SS ignorent qu'il est juif, ce qui lui vaut ainsi d'être traité comme un médecin-prisonnier aryen.

Après la guerre[modifier | modifier le code]

En 1950, il entre au service de recherche médicale de l'université de New York.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Autobiographie[modifier | modifier le code]

Après la guerre, Haas écrit ses mémoires :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]