Albert Einstein Institution

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Albert Einstein Institution
Logo de l'organisation
AEI sur Cottage Street à East Boston.
Situation
Création
Type Association à but non lucratif
Domaine To advancing the study and use of strategic nonviolent action in conflicts throughout the world.
Siège East Boston, Massachusetts, United States
Langue anglais
Organisation
Directeur exécutif Jamila Raqib[1]
Personnes clés Gene Sharp (fondateur)

Site web https://www.aeinstein.org

L'Albert Einstein Institution est une association à but non lucratif spécialisée dans l'étude des méthodes de résistance non violente dans les conflits. Elle s'implique en particulier dans des situations contemporaines et communique par des livres, conférences, consultations et ateliers. Le fondateur est Gene Sharp, connu pour ses ouvrages sur la stratégie de l'action non violente. Les buts de l'Albert Einstein Institution sont la défense de la liberté et de la démocratie, et la réduction de la violence par l'action non violente.

Historique[modifier | modifier le code]

L'Albert Einstein Institution a été créé en 1983 et fonctionne depuis un petit bureau au domicile de Gene Sharp à East Boston au Massachusetts. L'Albert Einstein Institution est membre du réseau de « Renforcement de la société civile » du National Endowment for Democracy[2].

Projets[modifier | modifier le code]

Hugo Chávez, la Syrie, l'Iran et Thierry Meyssan, fondateur du site complotiste Réseau Voltaire, ont accusé l'Albert Einstein Institution d'être une « vitrine de la CIA »[3].

La fondation a apporté « sa réflexion intellectuelle et son expérience de l'action » au mouvement politique Otpor, considéré comme un acteur important dans la chute du régime de Slobodan Milošević en Serbie[4].

Études et recherches[modifier | modifier le code]

Textes traduits de l'anglais et publiés en 2009 à l’initiative de l’École de la paix (Grenoble) aux éditions L'Harmattan :

  • Gene Sharp et Bruce Jenkins, L'anti-coup d’État (1re éd. 2003) (lire en ligne [PDF]) ;
  • Gene Sharp, De la dictature à la démocratie (1re éd. 2003) (lire en ligne [PDF]) ;
  • Gene Sharp, La force sans la violence (1re éd. 2003) (lire en ligne [PDF]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jamila Raqib », sur Albert Einstein Institution (consulté le ).
  2. (en) « Civil Society Strengthening », National Endowment for Democracy (consulté le ).
  3. Zineb Dryef, « Gene Sharp, l'Américain qui a inspiré les révolutions arabes ? », L'Obs, .
  4. Slovodan Naumovic, « Otpor ! Et « La révolution électorale » en Serbie », socio-anthropologie.revues.org (consulté le ), paragraphe 22.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]