Albert Ebossé Bodjongo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albert Ebossé Bodjongo
Albert Ebossé, 2014-08-23.jpg
Albert Ebossé avant son dernier match le 23 août 2014.
Biographie
Nom Albert Dominique Ebossé Bodjongo Dika
Nationalité Drapeau : Cameroun Camerounais
Naissance
Lieu Douala (Cameroun)
Décès (à 24 ans)
Lieu Tizi Ouzou (Algérie)
Taille 1,89 m (6 2)
Période pro. 2008 - 2014
Poste Attaquant
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
2008-2010 Drapeau : Cameroun Coton Sport
2010-2011 Drapeau : Cameroun Unisport Bafang
2012-2013 Drapeau : Cameroun Douala AC 10 0(9)
2012-2013 Drapeau : Malaya Perak FA 16 (11)
2013-2014 Drapeau : Algérie JS Kabylie 44 (23)
Sélections en équipe nationale
Années Sélection M (B.)
Flag of Cameroon.svg Cameroun -20 ans
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 24 août 2014

Albert Ebossé Bodjongo, surnommé B9[1], est un footballeur camerounais, né le à Douala et mort le à Tizi Ouzou. Il évolue au poste d'attaquant de la fin des années 2000 au milieu des années 2010. Après des débuts au Coton Sport, il joue au Unisport Bafang puis au Douala AC avant de rejoindre le club malaisien de Perak FA. Son dernier club est la JS Kabylie, où il est meilleur buteur du championnat d'Algérie de football 2013-2014. Il meurt au début de la saison suivante, dans des circonstances faisant toujours l'objet d'une enquête, après une défaite de son équipe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Ebossé joue avec son club de ville natale Douala Athletic Club, un club de MTN Elite Two, deuxième division nationale du Cameroun. Il évolue ensuite au Coton Sport FC et à Unisport Bafang, deux clubs de l'élite.

Il s'engage avec le club malaisien du Perak FA, le 15 avril 2012, en remplacement de l'attaquant sortant Lazar Popović[2],[3]. Il fait ses débuts en championnat, le , dans un match face au Sabah FA, se concluant sur match nul deux buts partout. Il inscrit son premier but pour le club, le , face au Terengganu FA qui se termine également sur un match nul deux buts partout.

En juillet 2013, Albert Ebossé signe pour la JS Kabylie. Peu après son arrivée, il déclare que son « rêve, c'est de jouer dans un très bon championnat, en France, en Europe[4] ». Il termine meilleur buteur du championnat d'Algérie en 2014 avec 17 buts inscrits.

Ebossé compte six sélections avec l'équipe nationale du Cameroun (principalement avec l'équipe 'B') et a également joué pour l'équipe des moins de 20 ans en 2009.

Mort et hommage[modifier | modifier le code]

Le , à l'occasion de la deuxième journée du championnat, la JS Kabylie s'incline 2-1 face à l'USM Alger malgré un but d'Albert Ebossé sur penalty à la 27e minute. À l'issue du match, alors qu'il s'apprête à regagner les vestiaires, Albert Ebossé aurait reçu sur la tête une pierre lancée des tribunes par les supporters de la JS Kabylie et meurt à l'hôpital des suites d'un traumatisme crânien[5]. Le jour même, le ministre de l'Intérieur algérien Tayeb Belaiz demande l'ouverture d'une enquête[6].

Par conséquent, la Ligue de football professionnel ordonne la fermeture du stade du 1er-Novembre jusqu'à nouvel ordre[7]. Le lendemain, la Fédération reporte les matchs prévus les 29 et pour rendre « hommage au joueur Albert Ebossé tragiquement décédé » et protester contre les « agissements irresponsables de certains énergumènes et hooligans qui entretiennent la violence dans les stades et qui a atteint des proportions inacceptables »[8].

Par ailleurs, le club s'engage à verser une indemnité de 100 000 dollars et le salaire du joueur à la famille Ebossé[8]. Le 13 décembre 2014, lors d'une conférence de presse au Cameroun, des membres de la famille Ebossé déclarent qu'aucune indemnisation n'a été perçue ( indemnisation finalement perçue [9]) et que, de plus il ne s'agirait pas d'un accident mais d'un homicide.

Controverse sur les causes de la mort[modifier | modifier le code]

Les premiers témoins citent une hémorragie soit carotidienne, soit cérébrale, ayant entraîné un choc hémorragique fatal. Le médecin légiste ayant réalisé l'autopsie relève un traumatisme crânien et une plaie (hémorragique) au crâne. Ces éléments laissent conclure que les jets de pierres sont la cause directe du décès. Or personne ne conteste que des projectiles aient été jetés à partir des tribunes des supporteurs de la JSK, ce qui aggrave la responsabilité du club, dans tous les cas responsable de l'ensemble de la sécurité du stade et des abords.

Le , le président de la JSK, Mohand Chérif Hannachi déclare que selon les médecins du club, Albert Ebossé serait mort d'une crise cardiaque causée par un malaise et non pas d'un traumatisme crânien, notamment en raison des efforts consentis pendant le match de haut niveau. Ceci laisse entendre que la mort serait fortuite et sans lien avec les incidents et la responsabilité du club[10]. Finalement, un jour après sa mort, le parquet de Tizi Ouzou déclare que l'autopsie a prouvé que le joueur a été tué par le projectile en question[11].

Le , le ministère algérien des Sports déclare que l'objet qui a provoqué la mort du joueur est un « morceau tranchant d'ardoise »[12].

Mais le , le site Afrik.com révèle qu'une contre-autopsie menée par les docteurs André Mouné et Fabien Fouda à la mi-septembre au Cameroun remet en cause la thèse officielle. Selon cette autopsie, Ebossé serait décédé « des suites d’une agression brutale avec polytraumatisme crânien ». Le médecin de la famille camerounaise estime qu'il y a eu « volonté de dissimulation » dans les autopsies précédemment réalisées. Interrogé par l'AFP, le docteur Mouné estime qu'Ebossé a été tué lors d'une rixe dans les vestiaires. La luxation de l'épaule gauche révélerait une lutte au cours de laquelle Ebossé « aurait été immobilisé, on lui a pris le bras gauche vers l’arrière et, en se débattant, son épaule s’est déboitée. » Le joueur camerounais aurait ensuite reçu un coup de « matraque à la tête », car son crâne serait terriblement endommagé, ainsi que ses vertèbres cervicales. Des photos de la dépouille sont données à la presse kabyle, qui conclu qu'Albert Ebossé aurait été victime d'une bavure policière. Selon le site "l'agence d'information kabyle" l'existence d'un projectile lancé depuis les tribunes serait tout bonnement remise en cause. Néanmoins, médicalement les conclusions de l'autopsie camerounaise (matraque) n'empêchent pas les conclusions de l'autopsie algérienne (plusieurs projectiles dont un lourd et un tranchant)[13],[14],[15],[16],[17].

Le , une enquête est ouverte par la Justice algérienne[18].

En février 2016, Hugo Broos déclare que le joueur aurait été assassiné par les supporters de la JSK[19]. Le , l'agent du joueur, Léo Emassi Raouf, révèle, lors d'une interview avec le quotidien sportif Compétition, que Ébossé et Broos ne s'entendaient pas[20].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le documentaire « Sport Confidentiel : Le football en Algérie : passion et déraison. »
  2. (en) « Perak dump Popovic for Bodjongo », sur nst.com.my (consulté le 17 décembre 2014)
  3. (my) « Perak turun Bodjongo », sur hmetro.com.my (consulté le 17 décembre 2014)
  4. « JSK : Ebossé a signé hier son contrat », sur maracanafoot.com (consulté le 17 décembre 2014)
  5. Mort d'Ebossé en Algérie: "C'est plus un jeu, c'est de la haine", France info, 24 août 2014
  6. JSK : On a tué Ebossé !, L. A., Le Buteur, 24 août 2014
  7. http://www.afrik.com/jsk-le-stade-du-1er-novembre-ferme-jusqu-a-nouvel-ordre
  8. a et b http://www.rfi.fr/afrique-foot/20140825-mort-albert-ebosse-premieres-decisions-prises-algerie-jsk-kabylie-usm-alger/
  9. « No answers a year after Ebosse's death », sur www.aljazeera.com (consulté le 31 octobre 2015)
  10. http://www.lebuteur.com/article/detail?id=13011&titre=ebosse-est-mort-suite-a-une-crise-cardiaque
  11. http://www.lebuteur.com/article/detail?titre=jsk-le-parquet-general-de-tizi-confirme-la-mort-debosse-suite-a-un-jet-de-projectile-%C2%A0&id=13057
  12. http://www.lebuteur.com/article/detail?titre=albert-ebosse-tue-par-un-jet-dardoise-tranchante&id=14132
  13. Romain Lantheaume, « Décès d’Albert Ebossé : le rapport qui accuse », sur http://www.afrik.com/, (consulté le 17 décembre 2014)
  14. L'Équipe, « Ebossé tué dans les vestiaires ? », sur http://www.lequipe.fr, (consulté le 17 décembre 2014)
  15. Le Parisien, « Mort d'Albert Ebossé : la thèse officielle démentie par une contre-autopsie », sur http://www.leparisien.fr, (consulté le 17 décembre 2014)
  16. Algérie: Ebossé a succombé à un tabassage, pas à un projectile, affirme une contre-autopsie, « Décès d’Albert Ebossé : le rapport qui accuse », sur AFP, (consulté le 17 décembre 2014)
  17. AFP, « Algérie - Albert Ebossé a succombé à un tabassage, pas à un projectile », sur http://www.eurosport.fr, (consulté le 17 décembre 2014)
  18. http://www.afrik.com/affaire-ebosse-la-justice-algerienne-ouvre-une-enquete
  19. Kreo, « Ligue 1 & 2 : Broos : «Ebossé a été assassiné par les supporters de la JSK» », sur http://www.lebuteur.com (consulté le 21 février 2016)
  20. Competition.dz, « Léo : «Ebossé m'a dit que Broos est à la limite raciste» » (consulté le 26 février 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :