Adalbert Deganne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Albert Deganne)
Aller à : navigation, rechercher
Adalbert Deganne
Fonction
Maire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
ArcachonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Adalbert Alexandre Iphycles Deganne, né le à Vertus (Marne) et mort le à Arcachon (Gironde), était « ingénieur », propriétaire foncier et maire d'Arcachon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il avait coopéré à la construction du chemin de fer de Versailles et en 1841 à celui de Bordeaux à La-Teste-de-Buch dont il devint responsable de l'exploitation en 1845.

Il se fixa à Arcachon après son mariage en 1845 avec la Testerine Marie-Anne dite Nelly Robert (1816-1872) et participa à la naissance de cette station balnéaire, notamment par le prolongement de la voie ferrée et de nombreux équipements immobiliers. Il devint maire d'Arcachon à plusieurs reprises, en 1870-1871 et en 1876-1880.

Il avait reçu en dot de sa femme des hectares de forêt sur la future commune d'Arcachon (officiellement créée en 1857) dont la revente en parcelles constructibles lui donna une immense fortune. Il en usa en dotant la ville d'un château, inspiré de celui de Boursault (1843-1848), d'un théâtre, d'un gymnase, de divers autres établissements et de larges avenues, ces dons et investissements donnant de la plus-value aux terrains qu'il vendait...

Il avait rassemblé dans son château construit au bord de la plage une importante collection de tableaux, acquis principalement aux Salons de Paris et de Bordeaux.

Adalbert Deganne n'a pas oublié qu'il était né à Vertus ; de son vivant, il subvenait aux besoins des sociétés de secours mutuel, de musique, etc., et les pauvres connaissaient cet homme charitable à qui on ne s'adressait jamais en vain. Par testament il laissa à la ville de Vertus les propriétés et les habitations qu'il y possédait et le cinquième du produit de la vente des terrains qu'il possédait à Arcachon et où étaient élevées de nombreuses et somptueuses villas. Ce legs était fait à la condition que la commune de Vertus consacrât la somme nécessaire à la construction et à l'entretien d'un hôpital pour les vieillards, qui porterait son nom ; il semble qu'elle ait refusé ce don...

Il était chevalier de la Légion d'honneur.

Sources[modifier | modifier le code]