Albert Bourla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Albert Bourla
Albert Bourla.jpg
Fonction
Directeur général
Pfizer
depuis le
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Αλβέρτος ΜπουρλάVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Alvértos Bourlá
Nationalité
Domiciles
Formation
Activités
Chef d'entreprise, vétérinaire, pharmacologue, participant au forum international, patronVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Pfizer (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Religion
Membre de
Biotechnology Innovation Organization
Catalyst (en)
Partnership for New York City (en)
Pharmaceutical Research and Manufacturers of America (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alvértos Bourlá (en grec moderne : Αλβέρτος Μπουρλά), connu à l’étranger sous le nom d’Albert Bourla, né le à Thessalonique, en Grèce, est un docteur vétérinaire et chef d'entreprise grec. Il est le directeur général de Pfizer depuis le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Alvértos Bourlá naît à Thessalonique, en Grèce, de parents juifs ayant survécu à la Shoah[1].

Il obtient un diplôme de vétérinaire puis valide un doctorat en biotechnologie de la reproduction à l'université Aristote de Thessalonique. Il rejoint le groupe Pfizer en 1993 en tant que docteur vétérinaire et directeur technique de la division santé animale en Grèce. Son rôle s'étend à l'Europe, l'Afrique puis à l'Asie et l'Océanie à partir de 2005.

Dans les années 2010, Albert Bourla occupe plusieurs rôles exécutifs au sein d'entreprises appartenant à Pfizer[2].

Le , il devient le directeur général de Pfizer en replacement de Ian Read, nommé président exécutif du comité de direction du groupe[3],[4].

En 2020, Albert Bourla décide de diriger tous les efforts de l'entreprise pour tenter de trouver un vaccin contre un nouveau virus qui vient d'apparaître en Chine et va frapper le monde[5]. Un an plus tard, son travail paye, les autorisations de produire et vendre le vaccin Pfizer sont accordées.

En , son nom apparaît dans la presse mondiale après qu'une polémique le concerne au sujet du vaccin contre le Covid-19 développé par Pfizer. En effet, il est accusé d'avoir refusé d'essayer le vaccin sur lui-même, accusation qu'il dément[6] :

« Dès que je pourrai, je le ferai. Le seul problème c’est que je ne veux pas donner l’exemple de quelqu'un qui veut passer avant les autres. J’ai 59 ans, je suis en bonne santé, je ne travaille pas en première ligne, donc mon profil n’est pas recommandé pour la vaccination[7]. »

En mars 2021, la presse israélienne rapporte qu'il n'avait reçu qu'une injection unique[8]. Il recevra toutefois la seconde le même mois[9],[10].

En janvier 2022, Albert Bourla reçoit le prix Genesis de l'année (équivalent à un montant d’un million de dollars) pour avoir réussi avec ses équipes de Pfizer à développer un vaccin contre le Covid-19[11].

Le 15 août 2022, il annonce sur Twitter avoir contracté le Covid-19, alors qu'il avait reçu quatre doses de vaccin. Placé à l'isolement il a débuté un traitement de l'antiviral Paxlovid[12].

En décembre 2022, il refuse une nouvelle fois de se présenter au Parlement européen, où la commission spéciale sur le Covid-19 l’avait invité à venir donner des explications sur les accords passés avec la Commission européenne pour fournir des vaccins aux pays de l’UE. Les eurodéputés souhaitent avoir accès à tous les documents relatifs aux négociations ayant précédé les contrats d’achat anticipé de vaccins contre le Covid-19. Ceux-ci manquent pour le troisième contrat passé avec la société Pfizer[13].

Polémiques[modifier | modifier le code]

En , Albert Bourla fait l'objet de critiques pour avoir revendu pour 5,6 millions de dollars d'actions qu'il détenait au sein du capital de Pfizer, le jour de l'annonce de la fiabilité à 94 % du vaccin contre le Covid-19[14]. L'opération d'Albert Bourla (imité par sa vice-présidente, Sally Susman, qui a vendu pour 1,8 million de dollars d'actions et par d'autres dirigeants d'autres laboratoires) est jugée peu morale mais est tout à fait légale[15],[16].

Ses participations au Forum économique mondial et aux réunions du groupe Bilderberg[17] depuis son arrivée à la tête de Pfizer sont également décriées, car elles semblent participer d'une oligarchie à une période où l'entreprise Pfizer a centralisé une grande influence sur le monde entier, influence décriée par les complotistes et les mouvements de protestation face au vaccin contre la COVID-19[Interprétation personnelle ?][source secondaire nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le PDG de Pfizer explique comment sa famille a survécu à l’Holocauste », cqvc.online, 7 février 2021.
  2. « Pfizer : qui est Albert Bourla, le PDG derrière le vaccin… », sur closermag.fr, (consulté le ).
  3. « Albert Bourla nommé directeur général de Pfizer », sur industriepharma.fr, (consulté le ).
  4. « Laboratoire Pfizer : le PDG Ian Read remplacé par Albert Bourla », sur latribune.fr, (consulté le ).
  5. (en) Chris Dall, « CEO says Pfizer won't cut corners in COVID vaccine race », Center for Infectious Disease Research and Policy, .
  6. Checknews, « Non, le PDG de Pfizer n'a pas refusé de se faire vacciner », sur Libération.fr, (consulté le ).
  7. (en) Will Feuer, « Pfizer's CEO hasn't gotten his Covid vaccine yet, saying he doesn't want to cut in line », CNBC, (consulté le ).
  8. Pfizer CEO postponed Israel visit because he isn’t fully vaccinated — report
  9. Pfizer CEO was fully vaccinated in March
  10. Fact Check- Pfizer CEO received his second dose of the COVID-19 vaccine on March 2021
  11. i24NEWS, « Albert Bourla Remporte Le Prestigieux Prix Genesis », sur I24news (consulté le )
  12. « Covid-19: le patron de Pfizer testé positif après avoir reçu 4 doses de son vaccin », sur MSN (consulté le )
  13. Coronavirus : le patron de Pfizer refuse d’être interrogé au Parlement européen, rtbf.be, 5 décembre 2022
  14. « Le patron de Pfizer pris en flagrant délit de financiarisation du secteur pharma », sur novethic.fr (consulté le ).
  15. « Le brief éco. Covid-19 : certains patrons de laboratoire créent la polémique en vendant leurs actions », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  16. « Le PDG de Pfizer a vendu un lot d’actions le jour de l’annonce de l’efficacité du vaccin », sur lavenir.net (consulté le ).
  17. (en) « Réunions du groupe Bilderberg du 2 au 5 juin 2022 »