Albert Bonneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonneau.
Albert Bonneau
Alias
Maurice de Moulins,
Jean Voussac,
Jacques Chambon,
capitaine Francoeur,
Lucien Farnay
Naissance
Moulins, Allier, Drapeau de la France France
Décès (à 68 ans)
Chambon-sur-Voueize, Creuse, Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Albert Bonneau, né le à Moulins et mort le à Chambon-sur-Voueize, est un auteur de romans d'aventures, de cape et d'épée et de westerns (notamment la série Catamount). Il a utilisé, dans le cadre de son activité d'écrivain, une bonne douzaine de pseudonymes comme Maurice de Moulins, Jean Voussac, Jacques Chambon, Capitaine Franc'ur, Norma Kingston, Jehan Bourbonnais, Henri Gaillard ou Tante Élise[1]. Certains de ses pseudonymes font référence à la région Auvergne où il a vécu, ainsi Moulins et Voussac qui sont deux agglomérations du département de l'Allier[2].

Réformé du fait d'une claudication, il ne put jamais devenir militaire comme il l'avait voulu. Il embrassa la carrière de journaliste, d'abord à la revue Comédia[2],puis rédacteur à Cinémagazine de 1922 à 1925. Il a écrit des scénarios pour des bandes-dessinées comme Petit Riquet.

La prolificité d'Albert Bonneau est une des caractéristiques de son œuvre, à tel point qu'Alain Sanders par exemple jugeait en 2012 "impossible" de dénombrer l'ensemble de sa production[2], d'où son qualificatif d'homme au mille romans[2]. Marcel Chameau et Pascal Jonnard dans leur biographie Sur la piste d’Albert Bonneau avancent l'existence de plus de 750 titres[1] parus sous les différents pseudonymes. Ce nombre s'explique par la force de travail de l'écrivain, capable de fournir un manuscrit tous les quinze jours[2],

Bibliographie partielle[modifier | modifier le code]

Série des Catamount[modifier | modifier le code]

Catamount, qui signifie puma ou chat sauvage dans certaines langues indiennes, est un nom qu'Albert Bonneau a emprunté à Fenimore Cooper dans le Dernier des Mohicans[2]. Les aventures de Catamount ont été publiées des années 1920 aux années 1950[2].

  • La Jeunesse de Catamount, 1947

Autres séries[modifier | modifier le code]

  • Nicolas la tempête, frère de la côte
  • Les Condors De L'Équateur - Jules Tallandier, 1930
  • Bastien le chevrier - Le Roman du Jeudi no 64, 1935
  • La Merveilleuse Tournée - Collection Fama, 1937
  • Le Jugement de la Tigresse - Police et Mystère no 235
  • La Nuit des neuf errants - Le Lynxno 28, 1941
  • Un drame en plein ciel - Mon roman policier no 143
  • La Vallée des buffalos, 1951
  • Le Djebel de la mort, 1953
  • La Danseuse du grand Mogol
  • Petit Riquet détective, BD
  • Le Samouraï du soleil pourpre
  • La Marque du léopard
Maurice de Moulins
Jean Voussac
Jacques Chambon
Lucien Farnay

Ouvrages réédités depuis 2010

Le Capitaine Providence, Les Orphelins de la Prairie, Meurtre au cirque, La Colonelle sans nom, Nicolas la Tempête frère de la Côte, La Courtisane Jaune, Jujube le Dégourdi, Le mystère des trois suicidés, La Vénus de Cristal, L'usine ensorcelée, Fauvette et Papillon, Le postillon de Varennes, Les Exilés de la Taïga, Le Conquérant de l'Ile du Bronze, Coupe-Gorge et Compagnie, Le désert aux cent mirages, Ragnar le Viking, Le Favori de la Bégum, Le petit cahier rose, Ma chère petite ville, Bastien le Chevrier, Les voleurs de Silver Hill, L'Espionne du Sud, Vie et Aventures de Buffalo Bill.

Les éditions récentes sont révisées par Odile Bonneau, la fille d'Albert Bonneau[2]. La langue très influencée à l'origine par le style Balzacien est modernisée. Ces retouches, limitées, concernent surtout la longueur des phrases qu'elle tend à raccourcir, l'utilisation de l'imparfait du subjonctif dont elle limite l'emploi et la suppression de certaines répétitions[2].

Adaptation en bande-dessinées[modifier | modifier le code]

La Jeunesse de Catamount a été adaptée en bande-dessinée en 1953 dans le magazine Hurrah[3] par le dessinateur Roger Melliès. Elle est à nouveau adapté par Benjamin Blasco-Martinez en 2015 dans un album paru aux éditions Physalis[4].

Analyse et portée de l’œuvre[modifier | modifier le code]

Les romans d'Albert se classent dans plusieurs collections: Catamount (ainsi que les Nouvelles Aventures de Catamount), les Aventures du Far-Ouest, les grandes aventures et voyages excentriques, les romans héroïques, les romans de cape et d'épée, Voyages et Aventures[2]. Il faut noter qu'il n'a pas jamais écrit de récits d'anticipation.

Gros lecteur, sa passion de l'histoire et de la géographie d'Albert Bonneau a nourri ses romans, qui sont alimentés par un travail de documentation très important[2]. Transmettre son savoir à travers ses œuvres était un des objectifs de l'écrivain[2]. Le type de production sériel d'Albert Bonneau, utilisant des systèmes d'annonce pour accrocher le public (qu'on peut comparer aux actuels teasing) s'inscrit dans la tradition du feuilleton empoignant[2] cher à Émile de Girardin.

Il peut être considéré comme l'héritier littéraire de Michel Zévaco[2]. Il s'inscrit également en droite ligne d'auteurs populaires comme Fenimore Cooper, de Gustave Aimard ou Gabriel Ferry. Féru de films (il fut profondément marqué par l'Attaque du Grand Rapid, un des tout premier western), l'originalité de son œuvre est qu'il va s'attacher à donner un découpage cinématographique à ses récits[2] en particulier en ce qui concerne la série des Catamount. Concernant ses romans de capes et d'épées, tout en s'inspirant de Paul Féval et d'Alexandre Dumas il a réussi a modernisé le genre[2].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Sur la piste d’Albert Bonneau pour passionnés d’aventures », sur lamontagne.fr, (consulté le 27 octobre 2016)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p « Albert Bonneau, "l'homme aux mille romans" », sur France Culture, émission "Tire la langue" animé par Antoine Perraud, (consulté le 25 octobre 2016)
  3. « Hurrah-Super Aventure en 1953 », sur bdoubliees.com (consulté le 6 novembre 2016)
  4. Philippe MAGNERON, « La jeunesse de Catamount - BD, informations, cotes », sur www.bedetheque.com (consulté le 6 novembre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]