Albert Bayet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la sociologie image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la sociologie et un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Albert Bayet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Albert Pierre Jules Joseph BayetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique
Membre de
Distinction
Plaque Albert Bayet, 2 rue Monsieur-le-Prince, Paris 6.jpg

Plaque commémorative apposée sur le domicile parisien d'Albert Bayet au no 2 de la rue Monsieur-le-Prince.

Albert Pierre Jules Joseph Bayet, né à Lyon le [1], et, mort dans le 7e arrondissement de Paris le , est un sociologue français, professeur à la Sorbonne et à l'École pratique des hautes études.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Charles Bayet, historien de l’art byzantin, directeur de l'enseignement supérieur, et le gendre de l’historien Alphonse Aulard. Normalien, il est agrégé de lettres en 1901 et docteur ès lettres en 1922, puis professeur au lycée Louis-le-Grand. En 1923, il devient directeur d’études de la section « Histoire des idées morales » de l’École pratique des hautes études, puis chargé de cours de morale à la Sorbonne[2].

Il est président de la Fédération nationale de la presse française du 25 août 1944 à sa mort en 1961. De novembre 1944 à août 1945, il siège à l'Assemblée consultative, où il représente le mouvement de Résistance Franc-tireur. Après avoir été président de la Fédération nationale de la presse clandestine en 1943 et 1944, il participe avec Victor Charbonnel au journal L'Action. Il est également membre de la Ligue des droits de l'homme pendant de longues années, président de la Ligue de l'enseignement de 1949 à 1959, et secrétaire général de l’Union rationaliste. Il fait également partie de ceux qui, peu après la Libération, quittent le Parti radical-socialiste pour rejoindre l'Union progressiste, le parti politique des « compagnons de routes » du Parti communiste français.

Comme de nombreux socialistes, il incarne sur la question coloniale, une tendance favorable à la mission civilisatrice de l'Empire colonial français. Violemment hostile au rejet global de la colonisation et à la possibilité d'une certaine auto-détermination pour les peuples indigènes, il pense au contraire qu'il est du devoir des puissances coloniales de civiliser les indigènes jusqu'au moment où ceux-ci seront capables d'exercer leurs droits humains[3]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Écrivains politiques du XVIIIe siècle, extraits avec une introduction et des notes par Albert Bayet et François Albert, 1904
  • La Morale scientifique, essai sur les applications morales des sciences sociologiques, 1905
  • L'Idée de Bien, essai sur le principe de l'art moral rationnel, 1908
  • Les Idées mortes, 1908
  • Le Mirage de la vertu, 1912
  • La Casuistique chrétienne contemporaine, 1913
  • Le Suicide et la Morale, 1922 ; 1975 ; 2007
  • La Science des faites moraux, 1925
  • Notre morale, 1926
  • Les Morales de l'Évangile, 1927
  • Le Livre de morale des écoles primaires. Cours moyen et supérieur, 1928
  • Les Provinciales de Pascal, 1929
  • Histoire de la morale en France, 2 vol., 1930-1931
  • La Morale de la Science, 1931 ; 1947
  • Le Problème de Jésus et les Origines du christianisme, avec Prosper Alfaric et Paul-Louis Couchoud, 1932
  • Le Radicalisme, 1932
  • Pacifisme et Christianisme aux premiers siècles, 1934
  • Attentats et terreur : instruments de conquête politique, Comité franco-espagnol, brochure, 1937
  • Histoire de France, 1938
  • Qu'est-ce que le rationalisme ? 1939
  • Histoire de la Déclaration des droits de l'homme : du 89 politique au 89 économique, 1939
  • Pétain et la Cinquième Colonne, 1944 (publié clandestinement durant l'Occupation)
  • Les Pensées de Pascal, 1948
  • Pour une réconciliation française. Laïcité XXe siècle, 1958
  • Histoire de la libre-pensée, 1959 ; « Que sais-je ? » no 848, 1970

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francis-Vincent Féraud, Christiane et Monique Bayet, La Vraie Légende d'Albert Bayet, Nouvelles Éditions latines, 1965

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives municipales numérisées de l'état civil de Lyon, acte de naissance no 2/1880/268, date et lieu du décès mentionnés en marge de l'acte (consulté le 25 janvier 2013)
  2. http://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2004-3-page-41.htm
  3. Alain Herbeth, « La gauche "Algérie française », Nouvelle Revue d'Histoire, n°85 de juillet-août 2016, p. 27-29

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]