Albatros (patrouilleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Albatros.
Albatros
Image illustrative de l'article Albatros (patrouilleur)
Le patrouilleur Albatros (au premier plan à l'extrême gauche) lors d'un rassemblement de la flotte australe à La Réunion en 2002.

Autres noms Névé
Type Patrouilleur
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Lancement
Statut Désarmé en juillet 2015
Équipage
Équipage 8 officiers dont 1 médecin
28 officiers mariniers
14 quartiers-maîtres et marins
15 passagers éventuellement
Caractéristiques techniques
Longueur 85 mètres
Maître-bau 13,50 mètres
Tirant d'eau 6 mètres
Tirant d'air 27 mètres
Déplacement 1 940 tonnes et 2 800 tonnes à pleine charge
Port en lourd 200 tonnes
Propulsion 2 diesel-électriques SACM-Wärtsilä UD 33 V 12 S 4 x 1.120 kW
2 moteurs électriques de propulsion MCC x 810 kW
1 hélice
Puissance 2 200 chevaux
Vitesse 14 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 1 canon Bofors 40 mm AA
2 mitrailleuses de 12,7 millimètres
Électronique 2 radars de navigation DRBN-38 (Racal-Decca)
1 détecteur ARBR-16
Système de transmission par satellite Inmarsat
Rayon d'action 25 000 nautiques à 9 nœuds, 14 700 nautiques à 14 nœuds
Carrière
Port d'attache Port de la Pointe des Galets

L’Albatros est un patrouilleur de la marine française. Il s'agit d'un ancien chalutier congélateur de pêche hauturière de la Société navale caennaise inscrit au quartier maritime du Havre. Mis sur cale le , il a été lancé le 12 décembre suivant, sous le nom de Névé. Acheté par la Marine nationale en 1983, il est transformé en patrouilleur austral et admis au service en 1984. Il a pour mission de surveiller les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). Il a été désarmé en 2015 et sera remplacé par un navire logistique polaire (PLV, Polar Logistic Vessel), L'Astrolabe[1],[2]. Amarré au port de Brest pour son désarmement en 2015, il a subi un nettoyage afin d'être préparé à son démantèlement. Il a rejoint le proche cimetière de Landévennec en septembre 2016, dans l'attente de son démantèlement, il pourrait néanmoins servir à partir de 2018 de brise-lames à Lorient, en remplacement de l’ex-BSM Rhône.

Missions[modifier | modifier le code]

Ses missions spécifiques consistent à :

  • affirmer la souveraineté française aux TAAF ;
  • assurer la surveillance des pêches dans leurs ZEE ;
  • contribuer au soutien logistique des bases scientifiques.

Activité opérationnelle[modifier | modifier le code]

Basé au port de la Pointe des Galets, le principal port de l'île de La Réunion, un département d'outre-mer français dans le sud-ouest de l'océan Indien, il porte le numéro de coque P681 et est parrainé par la ville de Saint-Denis. En 2014, il prévu qu’il soit désarmé en juillet 2015[3]. Le 19 mai 2015, il quitte La Réunion pour être désarmé à Brest[4]. Au cours de son dernier trimestre d'activité, deux marins ont été portés disparus en mer, résultant très probablement d'action « volontaire »[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]