Albaron (hameau)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Albaron.

Albaron
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Ville Arles
Canton Arles-Ouest
Géographie
Coordonnées 43° 36′ 39″ nord, 4° 28′ 31″ est
Altitude m
Cours d’eau Rhône
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Albaron

Albaron est un hameau de la commune d'Arles, dans les Bouches-du-Rhône.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce hameau de la commune d'Arles est situé à 16 km à l'ouest de son agglomération de rattachement, Arles. Il est accessible par la route départementale 570, reliant Arles aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Un autre accès permet de relier Saint-Gilles à l'étang de Vaccarès, via Albaron : la route départementale 37.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Mas d'Albaron, vestige du château, au milieu du XIXe siècle

Le lieu-dit Albaron est mentionné très tôt dans l'Histoire. Vers 1032-1039, l’abbaye Saint-Césaire possède une grande partie de la Camargue notamment les « fiefs de Saint-Cesaire » à Bozaringue, Albaron et Trinquetaille (diplôme de Frédéric II, 1224, confirmant un diplôme de Conrad le Salique, 1032/1039, BN nouv. Acq. Lat.1367 f°193[1]). Peu après, en 1063, la présence d’un château à Albaron est déjà attestée. La garde de ce château est confiée au cours de l'année entre ses deux propriétaires, le comte d’Arles pendant six mois, puis le prévôt du chapitre d’Arles durant les six mois suivants[2].

Lors de la crise ouverte par la mort de la reine Jeanne Ire, Jame Gantelme, seigneur d’Albaron, soutient Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le ralliement d’Arles à la cause angevine, en , entraîne son changement d’engagement, et il prête hommage le [3].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Un grand mas camarguais à proximité d'Albaron : le mas du Juge.

L'économie du hameau est essentiellement tournée vers l'agriculture et l'élevage.

L'activité touristique est également bien implantée, avec plusieurs camping et gîtes ruraux, permettant l'hébergement de vacanciers.

Éducation[modifier | modifier le code]

Les élèves d'Albaron débutent leur étude au sein du hameau, au groupe scolaire, comportant école maternelle et primaire (code éducation nationale : 0130329M). En , l'école comptaient 74 élèves[4]

Transports publics[modifier | modifier le code]

Albaron est desservi par une ligne de bus, reliant Arles aux Saintes-Maries-de-la-Mer[5].

Santé[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église d'Albaron en 2003
  • Église Saint Vincent, reconnue en paroisse en 1230, elle fut partiellement détruite par les guerres de religions. Elle est alors reconstruite en 1638, avec l'accord de l'archevêque J. Aubert de Barraut, aux frais des paroissiens. L'église actuelle est un nouvel édifice, datant de 1884, car la seconde avait été pillé lors de la révolution française[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre PolyLa Provence et la société féodale 879-1166 – Bordas, Paris, 1976 – p. 82, note 27
  2. Jean-Pierre PolyLa Provence et la société féodale 879-1166 – Bordas, Paris, 1976 – (ISBN 2-04-007740-5)
  3. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 422.
  4. fichier de l'éducation nationale
  5. Horaires de bus
  6. Paroisse Saint Vincent