Albaicín de Grenade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Albaicin de Grenade)

Alhambra, Généralife et Albaicín, Grenade *
Image illustrative de l’article Albaicín de Grenade
Albaicín
Coordonnées 37° 10′ 36″ nord, 3° 35′ 40″ ouest
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Subdivision Province de Grenade, Andalousie
Type Culturel
Critères (i) (iii) (iv)
Numéro
d’identification
314bis
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1984 (8e session)
Année d’extension 1994 (18e session)
Image illustrative de l’article Albaicín de Grenade
Emplacement du quartier de l'Albaicín à Grenade
Géolocalisation sur la carte : Espagne
(Voir situation sur carte : Espagne)
Alhambra, Généralife et Albaicín, Grenade
Géolocalisation sur la carte : Andalousie
(Voir situation sur carte : Andalousie)
Alhambra, Généralife et Albaicín, Grenade
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification UNESCO
Albaicín de Grenade
Image dans Infobox.
Géographie
Pays
Communauté autonome
Comarque
Province
Ville
Partie de
Alhambra, Generalife et Albaicin, Grenade (d), Centro Histórico de Granada (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Fonctionnement
Patrimonialité
Partie d'un site du patrimoine mondial UNESCO (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
TGN

L'Albaicín ou Albayzín est un quartier bâti sur une colline de Grenade en Espagne, qui hébergeait le noyau primitif de la cité antique d’Elvira. Son aspect fait de maisons blanches et de rues étroites, peu propices à la circulation automobile, a peu changé depuis les temps mauresques.

Nom de la colline[modifier | modifier le code]

Il provient de l'arabe dialectal al-ba'isîn : les maçons[réf. nécessaire]. Ce quartier était à l'époque des Nasrides un faubourg peuplé très majoritairement par des maçons arabes qui ont contribué à la construction des habitations[1].

Il s’agit peut-être également d’un double oronyme préceltique *Bar- + *Cin- désignant des rochers ou des hauteurs, et attesté à plusieurs endroits en Europe du sud (Barcillonnette, Barcelonnette)[2].

Situation[modifier | modifier le code]

En bas se trouve la rue Elvira (calle Elvira), ancienne rue principale d'accès à la ville du temps d'Al-Andalus ; cette rue sépare la colline de la ville moderne, construite à compter des temps de la domination chrétienne de la ville.

Le prolongement de cette colline permet de parvenir au quartier de Sacromonte (en).

Bâtiments et lieux notables[modifier | modifier le code]

En haut, le mirador de Saint-Nicolas permet de contempler l'enceinte de l'Alhambra et ses nombreux palais sur la colline de la Sabika.

L'Albaicín est surmontée de l'Alcazaba Cadima (es), ancienne citadelle de guerre, qu'il ne faut pas confondre avec l'Alcazaba de l'Alhambra, sa voisine.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de Grenade, Sophie Makariou, Gabriel Martinez-Gros, Fayard, 2018.
  2. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, Éditions Sud-Ouest, coll. « Sud Ouest Université », 2002, 128 p. (ISBN 978-2-87901-442-5), p. 18
  3. (es) « Piden buscar a los dos banderilleros enterrados con García Lorca », sur Ideal,
  4. (es) « » Antonina Rodrigo » Bajo Albayzín »